RechercherRechercher  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bonne année 2020 !
Mystic Swan vous présente ses meilleurs vœux pour cette nouvelle année ♥️
Soutenez MS !
Un petit mot sur Bazzart, PRD et quelques votes ♥️
Mystic Swan recherche
L'hôtel a besoin de Guardians Et surtout d'hommes pour renflouer ses rangs.
Nous invitons les potentiels nouveaux à privilégier les scénarios !
Event #8 ~ À venir
stay tuned
Partagez
Mystic Swan :: Hors-Jeu :: Archives :: RPs abandonnés
Aller en bas 

 there's blood in the water | wedelia

Anonymous
Invité
Invité
 Sujet: there's blood in the water | wedelia    posté le Sam 5 Oct 2019 - 17:12

BUT IT TASTES SO SWEET
Sommeil perdu. Dans les couloirs, elle erre comme pourrait le faire une détenue. Malgré la sérénité facétieuse qui orne son visage, la fatigue et la frustration ne cessent de dévorer ses méninges. Jusqu'à la déliquescence, c'est son essence qui peu à peu se fane. Honesty fantasme, d'un jour, déguerpir. Elle se fiche bien des méandres du pire et parvient même à en sourire. Certains disent qu'elle perd pied et qu'elle n'est plus qu'obscurité. Il paraît qu'il ne fait pas bon de la croiser puisque depuis Orion, elle est vue comme une estropiée. Il faut dire aussi qu'elle ne cherche pas à nier, Honesty. Plutôt crever que de les sucer. Dans l'ombre, et à toutes leurs illusions, elle préfère se liquéfier. Il n'est pas question de courage lorsqu'on ne vit qu'à travers un triste mirage. Avant de succomber à la réalité, ce n'est que l'équité qui la motivait. Elle était de ces âmes qui étaient prêtes à tout donner, si au reste du monde, ça promettait un peu de paix. L'esclavage moderne la révoltait. Tout comme ces pantins qui se prenaient pour Dieu mais qui n'étaient rien.

En son intérieur, la rage était latente. Son effervescence constante flirtait avec les fièvres imperceptibles de son muscle moteur. Elle bouillonne, Honesty. Constamment. Là, sous sa poitrine, sans que personne ne le devine, se cache un volcan. Parfois elle se demande même jusqu'où ces sombres colères pourraient la mener. Ce n'était pas humain d'être ainsi enfermé et de devoir accepter d'être traité comme un lamentable objet. Pour qui ils se prenaient, ces idiots d'invités ? Par A+B, Honesty, elle pourrait les démonter ; un par un, sans se soucier de leurs lendemains. Mais à défaut d'exploser, elle ne dit rien, prisonnière de ses propres silences ; dans les bras de l'autodestruction, elle ne se lie qu'au malsain. À croire que ça l'amuse de comprendre qu'elle-même s'abuse. C'est en se sacrifiant qu'elle défie les vivants. Il n'y a, au final, rien d'intriguant dans ces mots cinglants. C'est dans l'inaction qu'elle réclame sa liberté et c'est son inutilité qui lui offre l'immunité.

Elle a du mal à comprendre, Honesty, comment on peut se donner à n'importe qui. Ça lui échappe et ne lui inspire que du mépris. Tout est froid et dénué de passion ici. La française, de tout ce qu'il se passe en ces lieux, n'en retient que la poudre balancée aux yeux. De quoi alimenter ces envies, de plus en plus carnassières. Celles qui lui suggèrent de tout foutre en l'air, quitte à finir à terre. Y a aucune gloire à vivre à travers de fausses chimères. Honesty préfère s'imposer en réfractaire plutôt que de tout faire pour les satisfaire. Impossible pour elle de comprendre ces filles qui s'enorgueillissent de combler, d'un autre, tous les vices. Celles-là, d'ailleurs, elle les condamne sans état d'âme. Même si elle ne dit jamais rien, elle n'en pense pas moins. En elle, ça coule comme un venin. C'est un terrible refrain. Honesty, elle rêve de se tirer et de reprendre sa vie là où elle l'a laissée. De quel droit ils se permettent de la garder sous la main ? Et pourquoi personne, à tout ça, n'ose mettre de frein ?

C'est dans son pessimisme qu'elle s'étouffait, Honesty. Elle n'avait plus rien de solaire. Son cœur suintait d'amer et l'étau de ses ressentiments devenait un véritable calvaire. Ça la démangeait de hurler, de mordre, de frapper. De simplement tout faire exploser. Ce n'est pas comme si elle en avait quelque chose à cirer de tout ce qu'ils pouvaient penser. Honesty avait beau se calfeutrer dans une froide placidité, elle n'était pas certaine de pouvoir encore longtemps résister. Dans un des salons elle s'est réfugiée, abandonnant la fébrilité de sa silhouette dans un fauteuil usé. Honesty, elle n'avait envie de voir personne. C'était bien pour s'isoler qu'elle venait de s'échouer. Elle espérait éloigner toutes ces sales pensées qui, dans sa tête, ne cessaient de fredonner. Malheureusement, son agacement n'était pas prêt d'annoncer sa défaite puisque le confort de son silence vint s'agiter d'une nouvelle présence. Il s'agissait d'elle. D'une de ces filles qui autrefois se pensait reine.

Wedelia, elle ne la connaissait pas. Autour de sa personnalité, il n'y avait qu'un tas d'hostilités dont il était préférable de s'éloigner. Comme si, pour elle, la méchanceté était simplement innée. Toutefois, récemment, les choses avaient changé. Le cygne s'était fait briser la nuque et avait sombré. Du moins, c'est ce que les rumeurs chuchotaient. Et Honesty, elle ne pouvait pas s'empêcher de se demander comment elle le vivait et ce que ça lui faisait ; d'avoir été balancée comme une simple poupée dont on avait fini par se lasser. En guise de salutations, elle ne fait que soupirer. Ce n'était clairement pas le moment de la chauffer. Toutes ses remarques à la con, elle pouvait se les garder. Ce n'était même pas la peine d'essayer.

« J'te préviens, à ta place je me tairai si c'est pour me faire part de tes saletés. »

Avertissement dont elle aurait probablement dû se garder. Mais pour une fois, ça avait été plus fort qu'elle, les mots avaient dépassé sa pensée. En elle, Honesty avait bien trop d'électricité.
Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
there's blood in the water | wedelia
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Mystic Swan :: Hors-Jeu :: Archives :: RPs abandonnés
+
Sauter vers: