RechercherRechercher  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bonne année 2020 !
Mystic Swan vous présente ses meilleurs vœux pour cette nouvelle année ♥️
Soutenez MS !
Un petit mot sur Bazzart, PRD et quelques votes ♥️
Mystic Swan recherche
L'hôtel a besoin de Guardians Et surtout d'hommes pour renflouer ses rangs.
Nous invitons les potentiels nouveaux à privilégier les scénarios !
Event #8 ~ À venir
stay tuned
Partagez
Mystic Swan :: Hors-Jeu :: Archives :: RPs abandonnés
Aller en bas 

 nisi dominus | aries

Anonymous
Invité
Invité
 Sujet: nisi dominus | aries   posté le Ven 18 Oct 2019 - 13:58

NISI DOMINUS
Vivaldi. Et l'une de ses partitions, afin de lui esquisser l'ombre factice d'un paradis. Quelques notes de piano pour remplacer le sang qui traîne encore dans ses mots. C'est dans la salle d'exercices qu'elle décide de flâner à sa guise. À l'abri des regards indiscrets, Honesty s'autorise le luxe de quelques désirs circonspects. Ces derniers n'étant pourtant que le fruit de sa passion musicale. Exaltation aimée dont l'instrument à queue fait principalement l'objet. Il lui rappelle l'existence qu'on lui a volé et les embruns passés d'un bonheur à présent chiffonné. L'intensité de ses sons enchevêtrés insufflait en son esprit les beautés qu'à Paris elle a délaissé. Le bois usé mais sublimé d'ancienneté d'un piano-forte, les monuments décadents qui persistaient inlassablement à incarner la grandeur d'antan... Honesty manquait de cet Art omniprésent qui avait enseveli son cœur d'enfant. Elle en venait même à regretter les querelles superficielles qui suintaient régulièrement de la demeure de ses parents. Ce sentiment amer de vouloir revenir en arrière se retrouvait pourtant canalisé par les caresses que ses phalanges discrètes infligeaient aux touches d'ivoire abandonnées. Elle en oubliait presque la pluie qui en son muscle moteur ne cessait jamais de faire du bruit. Entièrement seule, si ce n'est qu'en compagnie de cette cantate sacrée. Celle-là même qui dans son encéphale s'était mise à chanter.

Pourtant, coincée entre les murs de l'hôtel, elle était loin d'aimer l'idée que l'un de ses talents puissent être dévoilé. C'était un euphémisme de dire qu'elle crachait sur l'idée de devenir l'une de ces esclaves domptées. Cet établissement, elle n'acceptait vraiment pas de le faire tourner. Puisque son concept la révoltait, tout autant que cette réalité lui murmurant sans cesse qu'elle était pratiquement séquestrée. Par défaut, elle était donc catégorisée comme l'une de ces ombres à éviter. Puisque d'ambitions à faire prospérer le patron, elle était complètement dénuée. La française se fichait bien d'être condamnée tant qu'elle ne se soumettait à aucun invité. Certains la trouvaient radicale mais en vérité, elle faisait de son mieux pour ne pas devenir insane. Dehors, le monde continuait à tourner et à son appel, Honesty manquait. Il y avait de quoi s'insurger,  quand bien même c'est en sa poitrine que la haine restait cloîtrée. Si bien, d'ailleurs, qu'elle peinait parfois à respirer. Ces escapades inopinées l'aidaient toutefois à se retrouver. Assise au clavier, c'est bien elle-même qu'elle redevenait. La jeune femme qu'aucune agression ne teintait d'aversion. Celle qui ne portait pas l'infâme étiquette de pucelle violée. De femme bafouée.

Malgré toutes les appréhensions qu'elle éprouvait envers les personnes qui circulaient dans cet hôtel, il était une fois arrivé qu'un homme l'ait retenue afin qu'elle continue à jouer sans déconvenues. Depuis lors, dès qu'elle était en sa compagnie, elle s'était toujours tue. Puisque l'inconnu était plusieurs fois revenu. Ensemble, il leur était quelques fois arrivé de s'abandonner à la symbiose d'un duo improvisé. À ces notes partagées, la française se défaisait sans mot dire de ses regards les plus abîmés. Aux émotions que lui léguait la musique, la gamine se sentait à nouveau exister. Alors cet étranger, Honesty avait étrangement fini par l'accepter. Mieux encore, l'attachement artistique qu'elle lui portait semblait se renforcer. Cette fois, comme d'autres fois, l'homme s'était aventuré jusqu'à la salle. Si elle le soupçonnait parfois de profiter tout comme elle d'un instant de solitude, il lui semblait clair que sa présence ne l'ennuyait guère. Sur le plancher ciré, la shade entendait ses pas. Mais à la place de lui parler, c'est encore en musique qu'elle le saluait. Se risquerait-elle, ce soir, à lui adresser la parole pour la première fois ?
Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
nisi dominus | aries
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Mystic Swan :: Hors-Jeu :: Archives :: RPs abandonnés
+
Sauter vers: