RechercherRechercher  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Soutenez MS !
Un petit mot sur Bazzart, PRD et quelques votes ♥️
Mystic Swan recherche
L'hôtel a besoin de Guardians Et surtout d'hommes pour renflouer ses rangs.
Nous invitons les potentiels nouveaux à privilégier les scénarios !
Event #8 ~ Find your Valentine
La répartition est terminée. Bon rp à tous ♥️
Partagez
Mystic Swan :: Mystic Swan :: Elysium :: Théâtre
Aller en bas 

 terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel)

Jinn (Delizska)
Jinn (Delizska)
Devoted
Identité : Delizska Kryger
Âge et date de naissance : 55 ans
Date d'arrivée : 1981
Occupation à l'hôtel : Metteuse en scène, chorégraphe
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) 191103122206669187

Valeur :
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) JyvYkf113 / 1813 / 18terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Circuler librement au Pandemonium

permanents
Circuler librement au Limbo
Avoir une chambre personnelle
Refuser d'être proposé aux Guests
Avoir un(e) Shade personnel(le)
Avoir l'assistance d'un(e) Jewel
Circuler librement au Purgatory
Circuler librement a Elysium
Participer aux soirées privées des Guardians

Messages : 87
Avantages : 90
Faceclaim : Bellucci
Crédits : ordinn
Multicompte(s) : Cassia, jasmine

 Sujet: terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel)   posté le Dim 20 Oct 2019 - 15:19

if I hurt you, I'd make wine from your tears
Le maître des lieux l'a exigée, on lui a fait parvenir sa demande comme cela se passe d'habitude. Un mots glissé à l'oreille, elle n'a pas le choix que d'obéir, mieux vaut ne pas le vexer. Elle a à lui parler, pourquoi Orion se fait si chaste avec elle ? Alors qu'avec son corps elle trouvait refuge, l'extase qu'il lui donnait infusait son corps d'endorphines pour pallier à son mal-être, elle oubliait tout quand il venait lui donner du plaisir, quelques heures avant de revenir sur terre. Elle ne l'aura plus, et elle craint que Kristian ne finisse par lui retirer tout ce qui est source de joie ou de plaisir pour elle, pour mieux avoir l'emprise sur son âme. Elle hausse les sourcils, elle devra annuler tout ce qu'elle avait prévu ce soir pour aller satisfaire les exigences de Kristian. Passage à la douche d'abord, après avoir entraîne les filles toute la journée, elle revêt ensuite un justaucorps noir et une jupe de danse noire, pas de chaussons, pas de collants, elle lui donne de la danse brute. Elle se rend au théâtre, passe par les loges pour déposer ses affaires.

Et bien entendu les consignes doivent être suivies, comme d'habitude, elle courbe l'échine sous la volonté de Kristian. Elle a toujours courbé l'échine, sa petite poupée de collection, malgré qu'elle se ternisse avec le dépit et la colère, il la garde toujours sous verre. Virginia inspire, rien de préparé, pas besoin de préparer quoi que soit quand on a son expérience. Elle pose ses affaires et sort directement des loges pour aller sur scène. Public vidé, que sous l’œil d'un seul homme qui sera le seul à observer son corps se mouvoir ce soir. Virginia ne danse plus sur scène, l'envie lui est passée malgré la passion de la danse, ses occupations sont autres maintenant. Alors il est privilégié Kristian de pouvoir encore admirer cette étoile qui fut si brillante. Lumière tamisée, le rideau rouge derrière elle fermé. Elle le toise brièvement avant de s'exécuter sur de la musique. Jazzy, sons lents et mélodieux, la danseuse pourtant n'a rien d'aussi innocent que la musique l'inspire. Ses cheveux détachés, les voilures noires et transparentes de sa jupe virevoltent sur le haut de ses cuisses quand elle commence à danser et tournoyer. Ballet contemporain, sur des pas classiques, elle laisse aller ses envies et improvise. Elle se fait plus technique par moments, mais libère ses chaînes le temps d'une danse, parfois plus vive, parfois plus sensuelle. Elle se tord, ses pieds nus ancrés au sol, en pointe, la tiennent pour ses pirouettes. Et ses cheveux noirs viennent lui obstruer la vue, se logent devant son visage, mouvement de tête en arrière ;  le dos se creuse, elle dégage son front en passant ses longs doigts dans ses mèches puis revient glisser ses mains sur son cou gracieux, sa poitrine généreuse, son ventre plat, puis se relève et danse encore sans faire la moindre faute.

Elle se souvient du temps ou elle était seule sur scène durant les spectacles, qu'il lui était arrivé de provoquer un silence total dans la salle sur ses meilleures représentations. Elle a aimé cette sensation d'avoir le pouvoir de leur fermer leurs bouches qui dégoulinent de mensonges et de vices. Certains ne savaient  plus quoi dire, silence religieux devant elle comme si elle avait été une créature sacrée devant laquelle l'on avait d'autre choix que de baisser le regard. Loin de là ce temps, Kristian est son seul public et c'est lui maintenant qu'elle étouffe de son talent jusqu'à ce qu'il en perde les mots. Si elle rêvait de danser sur scène jusqu'à un certain âge elle aurait préféré que ce soit ailleurs, mais elle sait aussi qu'ailleurs elle n'aurait jamais trouvé de regard aussi admirateur que celui de Kristian sur elle. Il l'adule, elle aime ça, mais il l'a fait souffrir aussi. Car elle aussi est toujours sous l'emprise de cette attraction qu'il exerce sur elle, elle l' su dès qu'elle l'a vu qu'il serait source de conflits concernant ses sentiments à son égard. Amitié, haine, amour, rancune, désir, admiration, dédain, tout se mélange et rien n'en ressort. Elle s'applique à lui offrir un beau spectacle, le cœur serré et jusqu'au bout de la musique. Quand celle-ci s'arrête, sa respiration saccadée relève sa poitrine. Elle se remet debout face à la scène, salue le seul public comme l'on clôture traditionnellement un spectacle.
Revenir en haut Aller en bas
Tsadquiel (Kristian)
Tsadquiel (Kristian)
(Admin) Mesmerized
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) Tumblr_pwscykYTBp1wkomkoo3_250

terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) 191103122206669187

terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) 1581619451-crackship3
Identité : Kristian Zablieski
Âge et date de naissance : 59 ans, né le 12.02.1960
Date d'arrivée : 25.02.1991
Occupation à l'hôtel : Propriétaire du Mystic Swan
Côté cœur : Son ex-femme pour la mélancolie, Virginia pour la beauté, Chrysanthe pour être son jouet. Le réel amour, Tsadquiel ignore ce que c'est.

terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) QWU42sS

Valeur :
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) JyvYkf118 / 1818 / 18terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Avoir une chambre personnelle
Circuler librement à Elysium
Circuler librement au Limbo
Circuler librement au Pandemonium
Circuler librement au Purgatory

permanents
Avoir une Shade à son service
Participer aux soirées privées des Guardians

provisoires
Avoir une Swan pour la nuit
Avoir une Jewel pour la nuit

Messages : 435
Avantages : 804
Faceclaim : Mads Mikkelsen
Crédits : av. Venus in Furs / sign. anesidora / ico. vocivus
Multicompte(s) : Sao, Zagan, Orchid, Obsidian, Wolffia & Nebel

 Sujet: Re: terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel)   posté le Lun 21 Oct 2019 - 21:24

If I hurt you, I'd make
wine from your tears
Douce et fraîche journée d'automne. Sombre songe d'un rêve supposé. Bien des pensées tournoyaient dans l'esprit obscur du tenancier. La seule qui échappa à ses lèvres fut la compagnie dont il avait envie : Virginia. Madone aux cheveux noir de jais. Mélancolie accrochée à ses chevilles tels les boulets qu'il lui avait imposé. Cette froideur chaleureuse, cette défiance docile. Impératrice de ses désirs. Une œuvre d'art qui déambulait dans les couloirs de ce château tel le spectre des années écoulées qui venaient hanter chaque lieu qu'il avait visité en sa compagnie.

Le silence assourdissant du théâtre laissait libre cours au mirage de la reine des planches. Lumières faiblardes mais filon doré prêt à souligner les ombres de la Swan des Swans. La plus merveilleuse que Tsadquiel se targue d'avoir connue. Ce talent... Ce qu'elle dégageait... Accompagné d'un verre de Saint Emillion, il en avait déjà l'épiderme embrasée. Le roi se faisait impatient. Sa courtisane favorite devait le divertir, lui faire oublier tout ce qui ne devait plus avoir d'importance. Il souhaitait revenir à cet instant où pour la première fois, le spectacle de Virginia s'était offert à ses yeux.

La danseuse arriva dans un silence des plus absolus. Seul le contact de ses pieds sur la scène se fit entendre. Les cils de Tsadquiel se figèrent pour ne le priver d'aucun mouvement de la Swan. Le contenu du verre qu'il tenait à sa main gauche ne souffrait d'aucune onde, d'aucun mouvement. Très rapidement, quand la danseuse commença ses pas sur le départ de la musique, le souffle du chef des Guardians se retrouva coupé. Les yeux humides, le cœur serré... Ce qui se dégageait de cette créature se bonifiait au fil des années. Il avait façonné la plus précieuse et mirifique des Swans...

Harmonie d'un corps et d'une mélodie, d'une âme et d'une vie. Virginia transcendait le propriétaire de tout son être. Venant lui décocher une larme sur la joue telle une flèche en plein cœur, échappant de sa main son verre dont le liquide carmin se répandit sur le sol. La radieuse reine de ces planches s'inclina et lentement, subjugué, Tsadquiel se leva pour l'applaudir. Un large sourire envoûté habillait ses lèvres fines.

Le silence revenu dans le théâtre, reprenant tout deux leur souffle, il l'invita à le rejoindre d'un geste. "Approche", dit-il de sa voix rauque. Une Shade laissée derrière les portes fut invitée à entrée par l'un des gardes du corps de Tsadquiel. Elle s'empressa de mettre deux verres remplis de vin sur un plateau et de l'apporter à l'ancien directeur. Il saisit les deux coupes alors que l'ombre s'affaira à nettoyer en un éclair le drame. Quelques pas vers Virginia et Tsad tendit le verre pour trinquer. "À ta santé, ta beauté, ton talent encore inégalé", la gratifia-t-il avant de boire une gorgée de ce vin luxueux.

_________________
Fire away something calls on the edge of it all. Face the fire, let it come on the edge of it all. Hold your breath, feel it coming.
Revenir en haut Aller en bas
Jinn (Delizska)
Jinn (Delizska)
Devoted
Identité : Delizska Kryger
Âge et date de naissance : 55 ans
Date d'arrivée : 1981
Occupation à l'hôtel : Metteuse en scène, chorégraphe
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) 191103122206669187

Valeur :
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) JyvYkf113 / 1813 / 18terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Circuler librement au Pandemonium

permanents
Circuler librement au Limbo
Avoir une chambre personnelle
Refuser d'être proposé aux Guests
Avoir un(e) Shade personnel(le)
Avoir l'assistance d'un(e) Jewel
Circuler librement au Purgatory
Circuler librement a Elysium
Participer aux soirées privées des Guardians

Messages : 87
Avantages : 90
Faceclaim : Bellucci
Crédits : ordinn
Multicompte(s) : Cassia, jasmine

 Sujet: Re: terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel)   posté le Lun 21 Oct 2019 - 23:10

if I hurt you, I'd make wine from your tears
Verre qui se brise contre le plancher, le sang déversé en offrande pour la Reine des Cygnes devant son autel, devant sa scène. Elle l'entend, sur la fin, juste avant de saluer son public. Le regard profond balaie la salle avant qu'ils se posent sur Tsadquiel, de marbre elle reste tandis qu'elle se fait applaudir avec vigueur. Virginia se redresse, l'enfer dans les yeux, l'envie de tirer sur la gâchette sur ce démon dont les applaudissements lui deviennent insupportables. Du silence. La créature démonique fend le marbre d'un sourire satisfait d'avoir fait trembler le cœur de son roi, elle change de masque d'un naturel désarmant et avance, réclame une main d'aide afin de descendre la scène. Marche par marche avant de se retrouver à sa hauteur. Elle observe le vin que la Shade s'empresse de nettoyer les preuves de cet écart, de ce saut dans le cœur. Elle le rend fou, elle le sait et elle aime cela. Geste habile ses longs doigts frôlent ceux de Tsadquiel tandis qu'elle prend son verre et que le cristal ne résonne. Ils trinquent, elle porte ce verre à ses lèvres qui anesthésiera un peu plus la douleur constante dans le creux de sa poitrine. Il la félicite, fait l'éloge de son talent et de sa beauté et elle lui répond d'un fin sourire, devenue presque hermétique aux compliments. Sauf ceux de Tsadquiel qui sont profonds, intenses, ils la font frissonner et elle s'en arracherait la peau.

Mais c'est bel et bien un petit sourire qui se forme sur ses lèvres pulpeuses, il est en costume, elle est en justaucorps, elle aurait aimé au moins pouvoir se changer s'ils comptaient passer le reste de la soirée ensemble. Tant pis, elle fera sans son élégance habituelle, et puis si cela la gêne elle se mettra nue pour le gêner lui.

« Veillez à être aux premières loges pour le spectacle de fin d'année Tsadquiel car je vais monter sur scène pour l'occasion. »

Elle mine d'en être contente, elle ne sait toujours pas si le spectacle aura une fin heureuse ou scandaleuse. Mais elle désire marquer les esprits, et surtout le sien. Il aura la surprise quoi qu'il en soit, il s'en souviendra longtemps, c'est une promesse qu'elle se fait. Ses doigts caressent délicatement l'arrondi du menton de Tsadquiel, remontent à ses lèvres fines, lui réclame de garder le secret de son index sur celles ci où cette larme salée s'est logée et qu'elle lui vole.

« D'ici là ce sera un secret entre vous et moi. »

L'accent glisse sur sa langue dans le murmure. Privilégié comme il lui laisse l'honneur d'être une privilégiée. Elle l'emmène, avec elle, glisse sa main à son bras pour l'emmener jusqu'à ce divan au velours rouge, spectateurs de leur propre tragédie grecque puisque tout commença ici. Leur lien s'est fait, d'un regard mesmérique depuis là où l'étoile dansait et que le spectateur la découvrait, désireux d'en faire sa possession sans l'assumer. La suite, fut des plus habituelles pour les lieux : louée pour une nuit de passion frénétique incomparable et qui donna la vie, les problèmes avec. Elle s'assied à ses côtés et défait le contact de sa main sur sa veste coûteuse. Ils se rencontrent parfois, de gestes en regards, sans plus de contacts et ont une bien étrange relation. Elle s’assoit bien à son confort, le dos contre le divan, croise une jambe par dessus l'autre et porte son attention sur Tsadquiel.

« Étiez vous mélancolique du temps ou je dansais sur scène ? »
Revenir en haut Aller en bas
Tsadquiel (Kristian)
Tsadquiel (Kristian)
(Admin) Mesmerized
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) Tumblr_pwscykYTBp1wkomkoo3_250

terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) 191103122206669187

terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) 1581619451-crackship3
Identité : Kristian Zablieski
Âge et date de naissance : 59 ans, né le 12.02.1960
Date d'arrivée : 25.02.1991
Occupation à l'hôtel : Propriétaire du Mystic Swan
Côté cœur : Son ex-femme pour la mélancolie, Virginia pour la beauté, Chrysanthe pour être son jouet. Le réel amour, Tsadquiel ignore ce que c'est.

terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) QWU42sS

Valeur :
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) JyvYkf118 / 1818 / 18terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Avoir une chambre personnelle
Circuler librement à Elysium
Circuler librement au Limbo
Circuler librement au Pandemonium
Circuler librement au Purgatory

permanents
Avoir une Shade à son service
Participer aux soirées privées des Guardians

provisoires
Avoir une Swan pour la nuit
Avoir une Jewel pour la nuit

Messages : 435
Avantages : 804
Faceclaim : Mads Mikkelsen
Crédits : av. Venus in Furs / sign. anesidora / ico. vocivus
Multicompte(s) : Sao, Zagan, Orchid, Obsidian, Wolffia & Nebel

 Sujet: Re: terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel)   posté le Dim 27 Oct 2019 - 12:25

If I hurt you, I'd make
wine from your tears
La proximité avec Virginia ne laisse pas le propriétaire des liens impassible. Elle illuminait son regard autant que ses pensées telle une oasis en plein désert. Il ressentait, et c'était tout ce qui comptait. Être capté par des émotions, c'était le péché mignon de Tsadquiel. Qui l'eut cru ? Apparemment, trop peu de personne. Pourtant, on connaissait ses goûts pour l'art, n'importe quel art. Celui des corps autant que celui de la matière. Le chef des Guardians n'avait aucun tabou face à l'art et les différentes formes qu'il pouvait prendre, c'est bien parce qu'il y avait cette envie de vibrer. Ce besoin presque existentiel d'être perclus de ces émotions souvent bien volages.

Virginia était loin d'être volage... dans leurs regards, leur façon d'être l'un avec l'autre, il y avait une pérennité entretenue par ce jeu séducteur. Oh Tsadquiel ne briserait cela pour rien au monde en venant obtenir d'elle ce que ce jeu est censé apporté en fin de course. Non. S'il n'avait aucun regret d'avoir un jour trompé sa femme pour la madone aux cheveux noirs de jais, Tsadquiel trouverait très inconvenant de goûter une nouvelle fois à cet élixir de jouvence. Une retenue dont se jouait la Swan, effleurant ses phalanges du bout des doigts tel une invitation timide. Car c'est ce que cela signifiait ; toucher innocent par une main coupable. Comme il aimait ça !

Le bal de fin d'année. Une banalité échappée pour une révélation alléchante : Virginia sur scène. Cela pouvait être une merveilleuse surprise, mais ça ne l'était pas. Le visage de Tsadquiel se crispa imperceptiblement. Mais elle devait le voir, le connaissait trop pour ne pas y échapper. La voir danser pour d'autres le vexait tel un enfant privé de son jouet. Elle le sait et en joue. Ses doigts viennent conquérir son visage sans qu'il ne cille. Regard rivé dans le sien. Il s'y noierait à s'en damner l'âme pour l'éternité...

Le murmure dont Virginia le gratifia s'échoua sur les rides du tenancier alerte. Son cœur battait comme s'il était touché pour la première fois. L'ancien directeur se laissait guider. Un fait bien rare et honneur que seule Virginia semblait pouvoir se permettre dans cet hôtel. Et même à l'extérieur à vrai dire. Non pas que Tsadquiel ait été un parfait connard dominateur envers sa femme, loin s'en faut, mais il n'est pas le genre d'homme que l'on osait promener.

Installés sur le divan carmin, Tsadquiel restait songeur, vin en guise de distraction face à l'élégance de Virginia. "Victor Hugo nous apprend que la mélancolie est le bonheur d'être triste. C'est un luxe que je te laisse arborer. Cela te sied telle une couronne sur le chef d'une reine", vint-il déposer élégamment l'indélicatesse. Il avait conscience d'être un poison pour Virginia et en assumait parfaitement la responsabilité. Sans fierté, uniquement de l'orgueil. La Swan avait beau pouvoir se permettre bien des choses face à lui, Tsadquiel savait qu'au bout du compte, c'est entre ses doigts, pressée contre sa paume, que résidait la vie de Virginia. Enchaînée à jamais à ce qu'il souhaiterait faire d'elle.

Une gorgée de spiritueux vint s'écouler le long de son œsophage. Appliqué et minutieux, Tsadquiel ne laissait ni ses mots ni ses silences au hasard. "Je repense à bien des choses nous concernant qui bercent mon cœur sans ressentir le besoin de te voir à nouveau livrer tes pas à la plèbe. Tous les clients ne sont pas dignes de te voir ainsi à nue. Ce que tu échappes en dansant ne devrait pas être offert à n'importe qui", dit-il en penchant légèrement sa tête vers elle. Un sous-entendu lourd pour la madone car entre les lignes, elle pouvait noter le refus du propriétaire de la voir se montrer en spectacle. Il lui faudrait se montrer persuasive pour qu'il autorise une telle chose. Jaloux et possessif de ce bien si précieux à ses yeux : Virginia. La seule et l'unique dont il commençait enfin à se réserver le corps. D'abord Orion, puis les autres. Tsadquiel parviendrait à l'empêcher de se noyer dans un stupre indigne d'elle. Virginia avait depuis longtemps le luxe de pouvoir choisir ses clients. Mais Tsad rêvait de lui imposer de n'en accepter aucun. Les laisser croire, les forcer ainsi à se rabattre sur d'autres, mais la laver de toutes ces fois où elle écarte ses cuisses.

_________________
Fire away something calls on the edge of it all. Face the fire, let it come on the edge of it all. Hold your breath, feel it coming.
Revenir en haut Aller en bas
Jinn (Delizska)
Jinn (Delizska)
Devoted
Identité : Delizska Kryger
Âge et date de naissance : 55 ans
Date d'arrivée : 1981
Occupation à l'hôtel : Metteuse en scène, chorégraphe
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) 191103122206669187

Valeur :
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) JyvYkf113 / 1813 / 18terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Circuler librement au Pandemonium

permanents
Circuler librement au Limbo
Avoir une chambre personnelle
Refuser d'être proposé aux Guests
Avoir un(e) Shade personnel(le)
Avoir l'assistance d'un(e) Jewel
Circuler librement au Purgatory
Circuler librement a Elysium
Participer aux soirées privées des Guardians

Messages : 87
Avantages : 90
Faceclaim : Bellucci
Crédits : ordinn
Multicompte(s) : Cassia, jasmine

 Sujet: Re: terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel)   posté le Dim 27 Oct 2019 - 16:42

if I hurt you, I'd make wine from your tears
Accalmie dans le rythme cardiaque après un show des plus intenses tant sur le plan physique que psychique. Le corps de Virginia infusé de cette hormone de bien être après la danse, elle se sent toujours délivrée d'un poids qui revient finalement peser en présence de Tsadquiel. Assise à ses côtés, les regards s'animent, le les visages, les deux silhouettes qui n'ont de cesse de s'attirer et de se repousser. Et Virginia sent l'emprise de Tsadquiel sur son être comme une main lui empoignant fermement le bras, il lui rappelle sans même parler au creux de l'oreille qu'elle lui appartient, qu'elle ne peut pas faire tout ce qu'elle désire sans qu'il n'ait de regard dessus. L'annonce d'un spectacle où elle est la vedette ne l'enchante pas, elle le voit sur son visage elle le sait ; depuis que sa retraite est prise il se plait à être le seul privilégié à pouvoir poser les yeux sur son corps en mouvement, tordu par la douleur et la mélancolie, léger par sa grâce et son élégance naturelle. Virginia s'embellit en prenant de l'âge, sa beauté de fane pas et il est celui qui désire en profiter. S'il pouvait l'enfermer, s'il en avait la possibilité, être le seul à pouvoir admirer les traits de son visage, peut être qu'il le ferait.

Elle conserve le semblant de liberté qu'elle a toujours eu, tente de grappiller sur le territoire et prend certaines libertés qu'il lui accorde. Metteuse en scène, chorégraphe, elle a un certain monopole sur les spectacle au travers desquels souvent est exprimée la souffrance qui la prend dans le ventre. Et d'emblée lui attacher la mélancolie comme une couronne lui indique et lui rappelle cette emprise là, ses gestes qui sont suite de ses désirs à lui. C'est de cette manière qu'il façonne son œuvre d'art, affiche sur son visage un masque de mélancolie pour mieux en admirer le spectacle. Cela lui sied sans qu'il ne se pose une seule fois la question de savoir ce qu'elle voudrait en faire de cette mélancolie qui la ronge depuis bien des années. Et elle est forte Virginia d'avoir tenu tout ce temps, d'avoir été mise face à son fils grandissant sans pouvoir y toucher. Ces tortures psychologiques continuent avec l'interdiction de lui crier la vérité, Tsadquiel pense sans doute qu'elle pourra supporter encore cela et qu'il pourra continuer de s'inspirer de sa douleur. Il a conscience de la faire souffrir, c'est un art pour lui, c'est voulu. Et alors l'idée d'exposer son joyau à la vue des autres comme elle le faisait auparavant ne le met bien évidemment pas en joie.

Elle aurait dû s'y attendre, elle sait que c'est un jeu constant de tester les nouvelles limites qu'il lui impose car il l'enferme de plus en plus sur les années. Et il n'est pas dans l'idée de la laisser faire, de la laisser s'exposer au regard des autres sur scène comme elle le fait avec lui. La danse est quelque chose d'intime, arrivé à son niveau, personne ne la voit plus danser sauf les swan quand elle les entraîne. Elles savent qu'elle a encore le talent et la grâce d'antan même s'il s'agit de gestes mécaniques et pas de belles improvisations comme elle vient de le faire pour Tsadquiel. Virginia sourit intérieurement, d'autres voient ce que lui pense posséder d'une certaine façon, elle a encore la liberté totale de son corps. D'autres lui apportent la jouissance qu'il ne lui a donnée qu'une fois, et alors elle a la satisfaction depuis longtemps de se dire qu'il n'entrave pas toute liberté de son être contrairement à ce qu'il pense. Elle sourit, passe le cristal de son verre sur ses lèvres afin de s'abreuver de son elixir, pensive.

Elle garde ces petits secrets là pour elle, c'est avec cela qu'elle arrive a garder une main prise sur sa vie. «  Je me demande, ce qui passerait par votre esprit à ce moment là si je montais sur scène. » Le regard dans le vague elle tente de se représenter cet instant là. Alors que tous l'acclament et l'admirent il est dans son coin à les maudire de ne pas comprendre son art et de ne pas l'apprécier à sa juste valeur. Elle sait qu'il est jaloux, qu'il est possessif, et elle aime faire ressortir ces aspects là de sa personnalité, le voir se frustrer pour une cause dont elle est responsable. Elle aimerait le torturer de cette manière, lui montrer ce que cela fait de voir ce qu'on a de plus précieux au monde devenir inaccessible. « Sans doute ce que j'ai ressenti à chaque instant où j'ai croisé Verner sans pouvoir lui dire qu'il est de ma chair et de mon sang. » Puisqu'il a penché sa tête vers elle, elle se redresse pour venir approcher ses lèvres de son oreille et lui susurrer quelques mots doux. « frustration, jalousie, colère... » Elle s'éloigne après un baiser glissé habilement sous son oreille, tout en restant proche de lui, plante son regard sombre dans ses iris glacials. « Quelle cruauté de ma part de vous infliger cela Tsadquiel, ce n'est pas comme si j'avais voué ma vie à la danse. » L'ironie, sur son visage souriant, elle sait qu'il lui en faut plus pour le convaincre, elle n'est pas celle qui écarte les cuisses pour obtenir ce qu'elle désire du saint démon des lieux. Virginia prend son verre, pour s'en abreuver une nouvelle fois, un rire étouffé passe ses lèvres. « Accordez le moi, une dernière fois, prenez le comme mes adieux officiels à la scène et ensuite vous serez mon seul public, mes représentations vous appartiendront je vous en fait la promesse »
Revenir en haut Aller en bas
Tsadquiel (Kristian)
Tsadquiel (Kristian)
(Admin) Mesmerized
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) Tumblr_pwscykYTBp1wkomkoo3_250

terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) 191103122206669187

terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) 1581619451-crackship3
Identité : Kristian Zablieski
Âge et date de naissance : 59 ans, né le 12.02.1960
Date d'arrivée : 25.02.1991
Occupation à l'hôtel : Propriétaire du Mystic Swan
Côté cœur : Son ex-femme pour la mélancolie, Virginia pour la beauté, Chrysanthe pour être son jouet. Le réel amour, Tsadquiel ignore ce que c'est.

terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) QWU42sS

Valeur :
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) JyvYkf118 / 1818 / 18terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Avoir une chambre personnelle
Circuler librement à Elysium
Circuler librement au Limbo
Circuler librement au Pandemonium
Circuler librement au Purgatory

permanents
Avoir une Shade à son service
Participer aux soirées privées des Guardians

provisoires
Avoir une Swan pour la nuit
Avoir une Jewel pour la nuit

Messages : 435
Avantages : 804
Faceclaim : Mads Mikkelsen
Crédits : av. Venus in Furs / sign. anesidora / ico. vocivus
Multicompte(s) : Sao, Zagan, Orchid, Obsidian, Wolffia & Nebel

 Sujet: Re: terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel)   posté le Jeu 31 Oct 2019 - 1:42

If I hurt you, I'd make
wine from your tears
Endorphine encore en bandoulière, la Swan se faisait défiante. Un éclat dont elle cisaillait les contours pour en faire un véritable bijou. Virginia savait s'y prendre pour piéger Tsadquiel sans l'offusquer. Un jeu, soupçonnait-il, pour la madone à l'ombre des regards du public.

L'idée de l'enfermer à double-tour lui est souvent venu à l'esprit. Par possessivité, par peur du manque. Elle n'était pas une femme pour lui mais elle était une oeuvre sculptée pour son plus grand plaisir. Jamais il ne retrouverait de perle pouvant lui arriver ne serait-ce qu'à la cheville. Des Swans que le propriétaire s'amusait à utiliser, il y en avait eu plusieurs. Mais c'est à Virginia qu'il revenait sans cesse. Une minute à l'admirait valait mille coïts de femmes si empressées de le servir, le divertir, le combler. Tsadquiel avait beau détester l'insolence, la crétinerie rebelle, il est en extase face à la défiance de Virginia. Si élégamment tournée, articulée d'autant de mots que de gestes, elle était son caprice, son exception. Celle qu'il ne viendrait jamais battre à moins que des limites impardonnables ne soient franchies.

Entre eux, les limites étaient lointaines... Tsadquiel lui avait accordé de porter l'enfant d'un Guest mais refusé que l'enfant ne sache qu'elle était sa mère. Il lui avait accordé de lui donner un nom sans jamais avoir le droit de le prononcer. Il lui a accordé d'avoir un fils, mais de le voir enchaîné au Mystic Swan. Et le pire dans tout ceci, c'est que Tsadquiel se plaisait à le traiter comme s'il était son fils et ce, devant les yeux de la mère ignorée. A chaque privilège son prix à payer. Et elle était certainement la personne qu'il faisait le plus souffrir dans cet hôtel. Le chef des Guardians en avait conscience mais ne se sentait pas désolé pour autant. Il n'était pas dupe, elle tirait de sa position de favorite du maître des lieux un certain profit dont il savait ignorer les détails. Ce mélange aigre les mettait, en quelque sorte, sur un pied d'égalité. Chacun causant le bien et le mal de l'autre.

A l'image qu'elle lui impose, Tsadquiel vint caresser sa joue, délicatement comme si la Swan était faite de porcelaine. Raffinée mais loin d'être fragile en réalité... "Si vous donniez votre révérence à la scène de la sorte, ma marque serait creusée à la lame sur ton front, ta poitrine et ta féminité. De telle sorte à ce qu'ils n'aient à l'esprit que le regret de n'avoir eu l'occasion de figer le souvenir de tes traits immaculés avant qu'ils n'aient été défigurés", lança-t-il avec un sourire. Bien sûr, il ne lui ferait pas cela. Mais pouvait-elle en déceler le mensonge ? Après tout, elle n'était pas sans savoir qu'il avait fait couper la langue d'une femme réduite à la condition de domestique personnelle. Sa main glissa jusqu'au cou de la danseuse, l'entourant d'une menace qu'il ne se risqua à exécuter. Tsadquiel la maintenait sans l'étrangler un seul instant.

Son verre abandonné au rebord de la banquette, le geôlier se pencha sur sa captive, son visage glissant contre ses longs cheveux noirs impertinents de charme jusqu'à atteindre une oreille attentive à ses dires. "Qu'abandonnerais-tu cette fois-ci, Virginia, pour que cet honneur te soit accordé ?" L'honneur de voir son souhait exhausser mais également d'observer, au fond de la salle, le visage crispé d'un Tsadquiel forcé de partager une nouvelle fois son jouet le plus précieux, auquel il était finalement si attaché que la voir s'envoler lui causerait un chagrin bien plus profond qu'il ne saurait l'admettre.

_________________
Fire away something calls on the edge of it all. Face the fire, let it come on the edge of it all. Hold your breath, feel it coming.
Revenir en haut Aller en bas
Jinn (Delizska)
Jinn (Delizska)
Devoted
Identité : Delizska Kryger
Âge et date de naissance : 55 ans
Date d'arrivée : 1981
Occupation à l'hôtel : Metteuse en scène, chorégraphe
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) 191103122206669187

Valeur :
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) JyvYkf113 / 1813 / 18terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Circuler librement au Pandemonium

permanents
Circuler librement au Limbo
Avoir une chambre personnelle
Refuser d'être proposé aux Guests
Avoir un(e) Shade personnel(le)
Avoir l'assistance d'un(e) Jewel
Circuler librement au Purgatory
Circuler librement a Elysium
Participer aux soirées privées des Guardians

Messages : 87
Avantages : 90
Faceclaim : Bellucci
Crédits : ordinn
Multicompte(s) : Cassia, jasmine

 Sujet: Re: terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel)   posté le Jeu 31 Oct 2019 - 17:11

if I hurt you, I'd make wine from your tears
Elle frissonne et l'horreur des actes commis sur sa domestique lui prouvent qu'il est capable de faire ce genre de choses. Il la punirait de cette façon s'il venait à savoir qu'elle monte sur scène. Et plus il veut la tirer vers le bas, plus elle résiste. La balance penche trop à son goût en la faveur de Tsadquiel bien à ses privilèges qui n'ont plus de réelle importance à ses yeux. Ce qu'elle a perdu n'a pas de prix.Elle voudrait l'humilier en allant sur scène, exposer son testament, exposer la vérité qu'elle garde pour elle depuis bien des années et qui commence à la fatiguer. Tsadquiel la rend plus malheureuse d'années en années.

Les doigts doucereux en caresse se font finalement meurtriers quand la prise à son cou vient la maintenir avec menace. Elle sourit, quand ses gestes se font plus possessifs elle sait qu'elle dépasse les bornes. Et pourtant d'après les règles de cet hôtel rien ne devrait l'empêcher de faire ce qu'elle a envie de faire et monter sur scène. Et c'est là qu'elle les voit, les failles de cet endroit, les failles de Tsadquiel et son règlement qui est respecté que quand ça l'arrange. Elle n'est pas sa jewel, elle n'est pas sa Shade, il n'a aucune exclusivité sur elle et elle est swan, c'est son rôle, grand patron ou pas. Alors Tsadquiel est un capricieux, un roi qui fait ce qu'il veut quand il veut et elle se sent prise au piège d'y céder parce qu'elle lui doit tout, parce que son fils a été nourri et aimé pendant les premières années de sa vie et qu'il n'a manqué de rien. Il l'a autorisé à avoir cet enfant, quand d'autres l'auraient fait avorter, c'est une dette de vie, une dette trop précieuse à ses yeux qu'elle ne désire pas salir et voir son fils payer parce que sa mère n'est pas capable d'assumer jusqu'au bout ce qu'elle a fait. Mais au delà de ça, la possession dont faire preuve Tsadquiel ce soir lui rappelle alors le regard fuyant d'Orion il y a de cela quelques temps alors qu'ils allaient passer la nuit ensemble. Virginia n'est pas stupide, elle se demande si elle n'a pas été marchandée comme un morceau de viande, si le simple fait qu'on la regarde danser le met en horreur, qu'est ce qu'il en est se ses amants ?

« C'est pour ça qu'Orion ne me touche plus ; plus le temps passe et moins tu tolères qu'on me regarde ou qu'on me fasse du bien. »

Elle le fait constater, enfonce son doigt dans sa possessivité et sa jalousie qui est assurément démesurée alors qu'il a l'air de ne pas vouloir le reconnaître puisqu'il ne fait toujours rien pour être le seul à disposer d'elle. Mais elle n'est pas qu'un fantasme, Virginia est bel et bien réelle, et il sent sous cette main, le pouls qui s'accélère. Son oiseau en cage un jour ne chantera plus s'il n'a plus de quoi s'épanouir et noyer le drame de sa vie dans l'endorphine et l'alcool. Elle pose sa main sur la sienne qui maintient son cou de cygne, pose la courbure de son dos contre le bras du divan et l'emmène avec elle lorsqu'elle se penche en arrière. Son visage proche du sien, toujours à jouer avec la limite charnelle qu'il impose et qu'elle impose aussi de son côté en temps normal, elle défie les lois de ses pensées et de sa manière de fonctionner.

« Serre, Tsadquiel.» Elle souffle contre ses lèvres les frôle des siennes dans un baiser qu'elle ne lui donne pas, l'incite à serrer sa prise, à l'étouffer. Puisqu'il veut la posséder il a qu'à le faire correctement et dans les ordres des choses. Un peu plus elle prend de l'âge, sa valeur à son paroxysme, Virginia n'est plus aussi populaire qu'antan et il demeure son plus grand fan malgré cela. Quelle danseuse ne rêve pas d'avoir un public fidèle comme il l'est, touché au plus profond de son être par son art, mécène, admirateur. Mais la colère en elle réside depuis le jour où on lui a arraché son fils, c'est son cœur qui est parti avec. Elle perd patience, alors il doit serrer sa prise, s'il désire toujours l'avoir pour lui. « Serre... » Elle murmure et lui dérobe un baiser finement et lentement déposé sur ses lèvres, voilà trop longtemps qu'elle n'a pas eu le goût de ses lèvres sur les siennes, et le lien de leur deux corps ont créé le plus grand malheur de sa vie. C'est à lui bientôt de tomber. Elle ne craint pas la mort, elle ne craint pas ses sévices,parce qu'il est déjà trop tard pour elle, il devra alors le comprendre qu'elle empoisonnera son âme s'il ne sait pas la tenir.
Revenir en haut Aller en bas
Tsadquiel (Kristian)
Tsadquiel (Kristian)
(Admin) Mesmerized
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) Tumblr_pwscykYTBp1wkomkoo3_250

terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) 191103122206669187

terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) 1581619451-crackship3
Identité : Kristian Zablieski
Âge et date de naissance : 59 ans, né le 12.02.1960
Date d'arrivée : 25.02.1991
Occupation à l'hôtel : Propriétaire du Mystic Swan
Côté cœur : Son ex-femme pour la mélancolie, Virginia pour la beauté, Chrysanthe pour être son jouet. Le réel amour, Tsadquiel ignore ce que c'est.

terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) QWU42sS

Valeur :
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) JyvYkf118 / 1818 / 18terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Avoir une chambre personnelle
Circuler librement à Elysium
Circuler librement au Limbo
Circuler librement au Pandemonium
Circuler librement au Purgatory

permanents
Avoir une Shade à son service
Participer aux soirées privées des Guardians

provisoires
Avoir une Swan pour la nuit
Avoir une Jewel pour la nuit

Messages : 435
Avantages : 804
Faceclaim : Mads Mikkelsen
Crédits : av. Venus in Furs / sign. anesidora / ico. vocivus
Multicompte(s) : Sao, Zagan, Orchid, Obsidian, Wolffia & Nebel

 Sujet: Re: terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel)   posté le Dim 3 Nov 2019 - 3:49

If I hurt you, I'd make
wine from your tears
Destin tracé, liés pour le meilleur et pour le pire sans aucun autre sermon que celui d'être dans le même bateau. Elle était autant liée à lui qu'il l'était à elle, nul besoin de se mentir. Pourtant, Tsadquiel savait se voiler la face et se persuader que cela ne suffisait pas. Il tenait à ce que Virginia comprenne que malgré la place qu'elle avait auprès de lui et dans cet hôtel, tout pourrait se finir dans un claquement de doigts. Au même niveau qu'une débutante à peine entrée dans le hall principale. Il aimait croire qu'elle le croyait et en avait encore quelque chose à faire.

Non pas qu'il jouerait les enfants contrariés, Tsadquiel n'a jamais recherché la moindre réciprocité dans leurs rapports ; bien au contraire même... Mais cela le décevrait grandement. La voir abandonner, se résigner au point de faire comme si plus rien ne comptait, voilà qui le blesserait cruellement.

Mises côte à côte, l'histoire de Tsadquiel et celle de Caïm ne se ressemblaient que trop bien. Le patriarche reprochait au fils ses faiblesses de roi trop possessif et capricieux. Mais Virginia était la preuve vivante que Tsad n'avait aucune légitimité à lui en vouloir pour cette Shade qu'en plus Virginia-même avait prise sous son aile. Cruel sort qui mettrait l'ancien directeur hors de lui si on lui agitait ces faits sous le nez... "Oh ma chère, tu peux prendre tout le plaisir qui peut se présenter à tes pieds, ça je te l'assure. Mais pense à la balance de ta vie : Orion vaut-il ce fils que je t'ai permis d'avoir ? Vaut-il toute l'énergie, l'argent et le cœur que j'ai mis en branle pour cet enfant que tu n'as eu uniquement par négligence ?" Balançait-il d'une voix enragée semblable à une tempête calme et froide. De ces colères qu'on souhaiterait ne jamais avoir provoqué.

Malgré le bonheur procuré par Adonis et sa présence à ses côtés, Tsadquiel n'oublie pas d'où cet enfant provient. Virginia et un vulgaire client... si peu de temps après que lui-même ait cédé à la faiblesse de ce corps qui le met en érection dès qu'en pensées il passe en revu les ses courbes callipyges... Virginia aurait dû faire gaffe. Ne pas faillir dans sa contraception. Mais elle ne l'avait pas fait. Une erreur qu'elle payait au prix fort.

Après ce qu'il considérait avoir fait pour elle, Tsadquiel refusait que Virginia vienne à se plaindre. Elle n'avait pas le droit, pas elle ! Nombre de femmes auraient tué pour être à sa place. Certaines l'avaient d'ailleurs déjà fait. Et c'était là tous les remerciements qu'il obtenait ? Le chef des Guardians se trouvait hors de lui... A serrer en répondant vainement à ces paroles vides de sens. Il savait que ce n'était qu'une provocation, une tentative d'appuyer là où ça faisait mal. De la bouche de n'importe quelle personne, cela l'aurait désabusé au point de ne générer qu'un mépris tel qu'il aurait laissé ses gardes en établir la sanction, détournant son attention vers des choses plus dignes de son intérêt. Mais c'était sa voix à elle qui avait résonné. Litanie empoisonnée, air pestilentiel en parfaite déchéance...

Et il le savait. Et il sentait ces chaînes se resserrer toujours un peu plus. Ce cou qu'il étranglait lui causait une douleur bien trop empathique pour être ignorée. Cela lui faisait mal. Dommage pour la madone dépassée, il aimait ressentir cette douleur. Un exutoire de sa propre faiblesse à ne pas pouvoir s'empêcher de ressentir ces arc électriques le traverser quand ses lèvres frôlent les siennes. Virginia le cherche et il lui faut lutter pour ne pas être trouvé. Une lutte dont Tsadquiel perd le contrôle de plus en plus vite au fil des années. Elle lui manque... elle lui manque tellement... Il lui arracha un baiser sur la bouche à ces lèvres capturées par ses incisives. Il ne peut ignorer ce monstre à l'intérieur de lui qui hurle d'une envie frustrée par ces années d'abstinence.

Virginia est telle une drogue dont il avait espéré se sevrer un jour. Mais elle avait raison : il était jaloux, craignait qu'un jour quelqu'un d'autre la regarde de la manière dont il la regarde. Tsadquiel aimait être son rescapé, celui qui conservait le privilège de la voir s'épanouir à chaque pas de danse... Sa main se desserra finalement à repenser aux arabesques déchirant l'air et l'espace. "Ne me fait pas ça. Je t'interdis de m'entraîner dans ces méandres... Je ne suis pas un client et tu le sais très bien," venait-il la supplier d'une voix amère, sévère et obstinée. Tsadquiel ne voulait pas bafouer ce corps qu'il chérissait tant, il ne voulait pas succomber à ce qu'il pouvait ressentir. Ce ne serait pas une passe, du sexe monnayer. Non. Ce serait plus. Bien trop pour le bien de la Swan et pour son bien à lui.

Lui donner ce qu'elle désirait... impossible. Le patriarche luttait pour conserver cette dernière barrière. La posséder ce soir serait lui accorder ses adieux sur scène. Il ne pouvait pas se le permettre... Deux âmes bien trop liées pour être éloignées, bien trop liées pour être épargnées. Comme deux pédales sur un vélo où chaque mouvement de l'un imposait celui de l'autre.

_________________
Fire away something calls on the edge of it all. Face the fire, let it come on the edge of it all. Hold your breath, feel it coming.
Revenir en haut Aller en bas
Jinn (Delizska)
Jinn (Delizska)
Devoted
Identité : Delizska Kryger
Âge et date de naissance : 55 ans
Date d'arrivée : 1981
Occupation à l'hôtel : Metteuse en scène, chorégraphe
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) 191103122206669187

Valeur :
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) JyvYkf113 / 1813 / 18terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Circuler librement au Pandemonium

permanents
Circuler librement au Limbo
Avoir une chambre personnelle
Refuser d'être proposé aux Guests
Avoir un(e) Shade personnel(le)
Avoir l'assistance d'un(e) Jewel
Circuler librement au Purgatory
Circuler librement a Elysium
Participer aux soirées privées des Guardians

Messages : 87
Avantages : 90
Faceclaim : Bellucci
Crédits : ordinn
Multicompte(s) : Cassia, jasmine

 Sujet: Re: terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel)   posté le Dim 3 Nov 2019 - 14:01

if I hurt you, I'd make wine from your tears
Tsadquiel est le meilleur orateur qu'elle ait connu, transforme ses questions en autres questions, retourne l'arme braquée entre ses yeux pour qu'elle la braque sur elle-même. Et de savoir pourquoi Orion n'a plus le droit de l'approcher elle sait qu'elle n'aura pas de réponse mais devine être au centre d'un marchandage. Quand à l'enfant, il ne s'agit pas de sa négligence, il s'agit de celle de Tsadquiel qui a été plus vite, ne lui a pas laissé le temps de solder sa virginité qu'il s'était déjà jeté sur elle, à ce moment là pas sous contraceptif parce que ce n'est pas de cette façon que les choses se déroulent ici. Et manque d'organisation de ce très grand et très puissant établissement, la passion dévorante de leurs corps emmêlés avait fécondé l’œuf. Noyer le poisson et faire passer la faute sur son dos c'est bien plus facile, et quand il saura la vérité il verra qu'il n'est pas tout puissant. Sorti de sa bouche comme un reproche, elle peut croire que le problème vient du fait qu'elle a eu un enfant avec un guest, aurait il préféré que ce soit lui ? Est ce cela qu'il lui fait payer ?  Sourire énigmatique de Virginia face à ces déclarations concernant l'absence de vigilance. Il n'imagine pas à quel point il la connaît mal. Elle se garde de le lui révéler, comme si c'était là sa dernière arme, son dernier coup à jouer sur cet échiquier, cette partie qu'elle est en train de perdre au fil des années. Et ce soir elle décide d'abattre un autre de ses atouts parce qu'il a vexé la madone. Atout qui traduit simplement leur abstinence frustrée dans les gestes doux qu'ils ont l'un pour l'autre, toutes ces fois où ils ont arrêté avant de basculer. Elle le pousse dans ses limites, l'incite à détruire tout contrôle et rendre leur relation d'autant plus chaotique qu'elle ne l'est déjà.

« Tu as raison, il me restera toujours les nuits d'orgie qui se passent entre mes draps, je suppose que cela me suffira. »


Fébrile sous ses doigts, le pouls tremblant de Tsadquiel vient la satisfaire. C'est la toute première fois qu'elle a un semblant de maîtrise sur lui et qu'elle le sent hésitant. Elle sait que c'est dangereux pour lui, pour elle, mais Adonis est hors d'atteinte de leurs querelles passionnelles désormais, alors il n'y a rien d'autre qui pourrait la dissuader d'arrêter ce qu'elle entreprend. Il craque, lui arrache un baiser auquel elle répond dans une démoniaque douceur, lèvres empoisonnées qui descendent  ensuite marquer de sa trace ce menton à l'allure fière. Tsadquiel la somme de cesser la danse dans laquelle elle l'emmène mais il sait aussi bien qu'elle qu'il est déjà trop tard. Elle recule légèrement la tête, le regard empli de défi sur ce visage gelé qui s'est trop fissuré, elle se glisse sous sa stature, lui laisse l'impression de dominance. Voilà bien longtemps qu'ils n'ont pas été proches de cette manière et c'est une merveilleuse sensation que celle d'enfoncer le doigt dans sa faiblesse.

Elle lui manque, et elle se rend compte malgré la sorcellerie de ses tours qu'il lui manque aussi. Malgré la haine, malgré la colère qu'elle lui portera jusqu'à la fin de ses jours, il a habilement manipulé son être pour qu'elle soit dépendante de lui et il ose se détacher de toute responsabilité quand elle lui demande une étreinte charnelle. De son regard sur elle, elle aime être au centre de son attention, elle aime le voir désireux à ses gestes et tenter de lui résister. Ses longs doigts passent sur son visage, de son pouce passe sur ces lèvres rougies de leurs premiers baisers.

« Oh non Tsadquiel tu n'es pas un client. »


Cette assassine à son cou, elle revient poser sa dextre dessus et fait pression pour qu'il serre encore, qu'il l'étouffe car sa jalousie dissimulée ne l’impressionne plus et ne suffira plus.

« Va au bout de tes pulsions de possession, cesse de prétendre.»

Elle se redresse un peu, le tente encore d'un baiser à ses lèvres, lent, langoureux, elle l’entraîne dans ces méandres qu'il mettait un point d'honneur à ne pas tomber dedans. Et sans cela que lui restera t-il, après ? Comment fera t-il quand il se rendra compte a quel point il est drogué de ses lèvres. Il ne s'agit pas de rébellion ni de provocation, mais bien de lui montrer qu'il a devant lui une adversaire et non plus un jouet car désormais il n'est plus seul à mener la danse. C'est lui qui dans sa mélancolie a nourrit cette rage l'a inspirée, Virginia est une femme blessée et les derniers coups qu'elle portera seront portés par l'adrénaline au détriment de son corps qui se vide de son sang sur ce champ de bataille.

_________________
watch me make them bow

Revenir en haut Aller en bas
Tsadquiel (Kristian)
Tsadquiel (Kristian)
(Admin) Mesmerized
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) Tumblr_pwscykYTBp1wkomkoo3_250

terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) 191103122206669187

terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) 1581619451-crackship3
Identité : Kristian Zablieski
Âge et date de naissance : 59 ans, né le 12.02.1960
Date d'arrivée : 25.02.1991
Occupation à l'hôtel : Propriétaire du Mystic Swan
Côté cœur : Son ex-femme pour la mélancolie, Virginia pour la beauté, Chrysanthe pour être son jouet. Le réel amour, Tsadquiel ignore ce que c'est.

terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) QWU42sS

Valeur :
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) JyvYkf118 / 1818 / 18terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Avoir une chambre personnelle
Circuler librement à Elysium
Circuler librement au Limbo
Circuler librement au Pandemonium
Circuler librement au Purgatory

permanents
Avoir une Shade à son service
Participer aux soirées privées des Guardians

provisoires
Avoir une Swan pour la nuit
Avoir une Jewel pour la nuit

Messages : 435
Avantages : 804
Faceclaim : Mads Mikkelsen
Crédits : av. Venus in Furs / sign. anesidora / ico. vocivus
Multicompte(s) : Sao, Zagan, Orchid, Obsidian, Wolffia & Nebel

 Sujet: Re: terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel)   posté le Mar 5 Nov 2019 - 2:50

If I hurt you, I'd make
wine from your tears
Tenté, aguiché, éprouvé... Son esprit luttait contre son corps appelé par cet être de stupre et de luxure. Non. Virginia était plus que cela. Une Vénus de Milo, une œuvre d'art si chère au cœur des Hommes qu'il ne fallait se risquer à l'érafler... Aphrodite incarnée dans un marbre que les années avaient si soigneusement façonné.

La naïade se fait provocante, dans ses gestes autant que dans ses mots, lui parlant d'orgies organisées sous ses draps. Tsadquiel n'en croyait pas un mot. Pourquoi chercherait-elle à s'abaisser au niveau des mensonges et des duperies ? Une question qui effondrerait son hypothèse. Mais il n'avait pas envie de l'imaginer entourée de ces corps nus prétendants être dignes de pouvoir la toucher.

Myocarde affolé, fébrilité dans chaque muscle, Tsadquiel se sent défaillir et déteste cette sensation d'être dépossédé de lui-même. Perdre le contrôle, il n'y avait rien de pire à ses yeux. Un homme de sang-froid mais qui surtout savait lâcher ses nerfs quand il le fallait, quand il le fallait. Ici, la situation ne s'y prêtait absolument pas. À le vivre comme un déshonneur s'il venait à céder à ces pulsions que la Swan chatouillait sans vergogne.

Le voyage délicat de ses doigts sur le visage du chef des Guardians démontrait qu'elle était prête à le faire basculer. Une barrière prête à céder et elle le savait. Tsadquiel en avait conscience et ne lui en voulait que plus encore. S'il ne la traitait pas toujours de la meilleure des façon, au moins avait-il la décence et l'élégance de la laisser maîtresse de ses mots et ses gestes. Un privilèges que peu pouvaient se targuer d'avoir en compagnie de Tsadquiel... Et ce soir, l'enfant gâtée paraissait vouloir plus, vouloir s'octroyer le droit de priver l'ancien directeur de sa propre volonté.

Ses mots l'encourageaient à tenir bon, ne pas se laisser emporter par l'envie qu'elle lui inspirait. Mais son baiser le faisait tomber d'ivresse. Une inspiration comme si c'était la première depuis de longues années. trente huit longues, longues, très longues années. Sa peau se hérissa, faisant parcourir tout un frisson du sommet de son crâne à l'extrémité de ses orteils... C'était mal, très mal... la tornade que Virginia provoquait en lui l'empêcherait de pouvoir la traiter avec tout l'honneur qu'elle méritait... Il faiblissait, peut-être avec l'âge, peut-être avec la peur qu'elle lui échappe...

Oh non, il ne se contenterait pas de ce baiser qui venait se terminer. Il saisit la Swan par les cheveux, laissant ses doigts caresser sa nuque pui sa tête pour la maintenir face à lui, contre lui. Ses lèvres s'approprièrent celles de la madone déchue. Il l'embrassa d'une passion aussi fougueuse que destructrice. Un élan de vie saisissant qui mit tout ses muscles en éveil. "Tu ne mérites pas ça", murmura-t-il d'une voix rauque haletante devant l'envie qui se faisait palpable. Avant qu'elle ne réponde, il lui déchirait à nouveau les lèvres, avalant son rouge à lèvre comme s'il s'agissait de son essence la plus précieuse...

_________________
Fire away something calls on the edge of it all. Face the fire, let it come on the edge of it all. Hold your breath, feel it coming.
Revenir en haut Aller en bas
Jinn (Delizska)
Jinn (Delizska)
Devoted
Identité : Delizska Kryger
Âge et date de naissance : 55 ans
Date d'arrivée : 1981
Occupation à l'hôtel : Metteuse en scène, chorégraphe
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) 191103122206669187

Valeur :
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) JyvYkf113 / 1813 / 18terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Circuler librement au Pandemonium

permanents
Circuler librement au Limbo
Avoir une chambre personnelle
Refuser d'être proposé aux Guests
Avoir un(e) Shade personnel(le)
Avoir l'assistance d'un(e) Jewel
Circuler librement au Purgatory
Circuler librement a Elysium
Participer aux soirées privées des Guardians

Messages : 87
Avantages : 90
Faceclaim : Bellucci
Crédits : ordinn
Multicompte(s) : Cassia, jasmine

 Sujet: Re: terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel)   posté le Mar 5 Nov 2019 - 16:16

if I hurt you, I'd make wine from your tears
Elle ne mérite pas. Non en effet, mais lui mérite ce qu'elle lui inflige. Et pourtant à travers l'animosité elle sent un certain plaisir à avoir ses lèvres scellées aux siennes. Les limites ont été franchies, et elle le pousse un peu plus à laisser parler ses instincts, ce qu'il nie depuis tout ce temps. Liens invisibles causé par cette marque laissée par l'existence de son enfant dans son ventre, il ne soupçonne pas qu'elle se réveille par cette proximité indécente, il ne sait pas ce qu'il a gravé en elle. Et malgré la colère latente, c'est avec bien autant de fureur et de passion qu'elle répond à ce baiser. Son corps en manque, depuis ces années là, de cet autre avec qui elle n'a fait qu'un pour donner la vie. Elle déteste cette sensation là qu'il fait naître en elle, ce courant électrique qui passe par leurs bassins emboîtés. Elle lui en a voulu, oh elle lui en a longtemps voulu de lui prendre son enfant et le considérer comme le sien. Pensait il la punir de cette façon, de la faire souffrir ? Que ressentirait il si elle lui disait la vérité ? Il ne croirait pas aux paroles sorcières entre ses lèvres or il la sait rusée, maline, et quoi qu'il en soit la science viendra lui écrire noir sur blanc tout ce qu'il a ignoré pendant des années. Tout ce qu'elle a gardé pour elle pendant ces années là également.  

Les corps s'échauffent, l'un contre l'autre, à ressentir ce qui a été tut pendant toutes ces années, elle est là la frustration, palpable entre ses jambes, il n'a pas perdu de ce qu'il a ressenti la première fois qu'il l'a vue danser. « Ici même...C'est ici que ça a commencé, tous ces excès. » Sourire de malice, elle étire sou cou en arrière pour lui laisser champ libre de baisers. La démone regarde cette scène drapée de rouge plus loin alors qu'à l'époque elle avait des allures de potence. Une par une, swans défilaient, pour se retrouver pendues haut et court, leurs carcasses vendues pour plaire aux papilles des guests. Après y être passée plusieurs fois, après avoir été louée, elle est devenue somptueuse et inoubliable vedette. Les choses depuis ont bien changées. Maintenant c'est son domaine, son territoire, et qu'il ose le lui interdire s'il n'est pas le seul à admirer ses performances. C'est autre chose qu'il lui fait payer et elle n'est guère étonnée que cela arrive. Quelle sera donc la prochaine ? Elle pense à son fils, à tout ce qu'elle a raté de sa vie, tout ce qu'elle rate encore, condamnée à lui être proche sans jamais pouvoir lui dire a quel point elle est désolée de tout ça. Le regard sombre qui se pose sur le maître, entre ses mains prend son visage pour qu'il la regarde.

« Trente huit ans Tsadquiel. » Le visage de son premier amant entre ses mains, son regard s'accroche au sien. Ils sont si proches, collés l'un à l'autre tout en ayant ces barrières textiles, ces barrières psychiques. « Trente huit ans que tu ne m'as pas embrassée avec telle passion. Non je ne mérite pas. » Elle mentirait si elle disait que ça ne lui fait rien, Tsadquiel a été un amant fabuleux et les jeux de séduction qui ont perduré les ont gardé en haleine. Mais ces trente huit années représentent aussi autre chose, quelque chose qui la tue à petit feu. Il le voit, il le sait parce qu'elle ne pense qu'à ça, elle ne parle que de ça. Et pour obtenir ce qu'elle désire elle se voit embarquée des envies frénétiques et délirantes qui la poussent à imaginer mettre fin à sa vie pour que le calvaire cesse quand elle ne fait pas preuve de malice pour le conduire là où elle veut qu'il aille. Comme à cet instant précis. Leurs deux corps l'un sur l'autre, dans la frustration poussée à son paroxysme de l'acte charnel qu'ils désirent sans jamais le faire, comédie qui dure depuis lors. De nouveau lèvres scellées aux siennes, avec d'autant plus de sensualité qu'elle maîtrise à la perfection, ses doigts agiles défont les boutons de sa chemise bien assez rapidement pour les poser contre son torse chaud, prendre la température et tenter de se souvenir de cet instant là où elle l'a touché pour la première fois alors qu'il était nu et qu'elle s'est sentie exploser sous le plaisir. Tout ça pour quoi ? Elle mordille ses lèvres, intensifie le baiser avec la même fureur désireuse.

Gestes agiles elle s'extirpe de sa carrure, la déesse se fait alors amazone sur les hanches masculines de Tsadquiel mais elle ne peut laisser plus de distance entre eux, vient attaquer de frissons l'épiderme de son cou. Baisers brûlants, la méduse pose ses lèvres contre l'oreille, sens en alertes, elle y veille quand l'insolente dextre se faufile à la boucle de sa ceinture. « Laisse moi dire la vérité sur Verner. Je suis trop proche de lui, c'est un adulte maintenant. Je ne monterai plus sur scène, uniquement pour toi si tu me redonnes ce souffle de vie.»

_________________
watch me make them bow

Revenir en haut Aller en bas
Tsadquiel (Kristian)
Tsadquiel (Kristian)
(Admin) Mesmerized
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) Tumblr_pwscykYTBp1wkomkoo3_250

terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) 191103122206669187

terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) 1581619451-crackship3
Identité : Kristian Zablieski
Âge et date de naissance : 59 ans, né le 12.02.1960
Date d'arrivée : 25.02.1991
Occupation à l'hôtel : Propriétaire du Mystic Swan
Côté cœur : Son ex-femme pour la mélancolie, Virginia pour la beauté, Chrysanthe pour être son jouet. Le réel amour, Tsadquiel ignore ce que c'est.

terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) QWU42sS

Valeur :
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) JyvYkf118 / 1818 / 18terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Avoir une chambre personnelle
Circuler librement à Elysium
Circuler librement au Limbo
Circuler librement au Pandemonium
Circuler librement au Purgatory

permanents
Avoir une Shade à son service
Participer aux soirées privées des Guardians

provisoires
Avoir une Swan pour la nuit
Avoir une Jewel pour la nuit

Messages : 435
Avantages : 804
Faceclaim : Mads Mikkelsen
Crédits : av. Venus in Furs / sign. anesidora / ico. vocivus
Multicompte(s) : Sao, Zagan, Orchid, Obsidian, Wolffia & Nebel

 Sujet: Re: terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel)   posté le Mer 6 Nov 2019 - 12:43

If I hurt you, I'd make
wine from your tears
Tsadquiel avait beau avoir toute l'assurance du monde, la certitude d'être important aux yeux de Virginia, il ne conçoit pas un seul instant que si ses dires étaient vrais, cela ne lui suffisait pas à combler l'absence qu'elle ressentait. Son absence à lui... Pourtant, ce baiser enflammé devait lui mettre la puce à l'oreille, lui faire comprendre qu'il était important à ses yeux autant qu'elle l'était aux siens... Mais non, le chef des Guardians ne voyait là que l'objet, dépossédé de sentiments profonds à l'égard de son créateur. Celle qui obéit par respect et par contrainte. Comme si la seule chose qui la liait à lui était cet hôtel et les faveurs qu'il lui avait accordé.

Un feu brûlant les liait cependant dans ce moment perturbant. Tsadquiel se sentait l'âme d'un blasphémateur à poser ainsi ses mains et ses lèvres sur la madone qu'il admirait. Elle ne méritait pas le mal qu'il lui imposait mais pour ses mots, elle ne méritait pas qu'un être si faible ne s'octroie ce corps on ne peut plus désirable... Une modestie toute mesurée : aux yeux de Tsadquiel, aucun homme entre ces murs ne méritait de poser ses mains sur la divine Virginia.

La tentatrice se fait maîtresse de la situation et Tsadquiel, dans sa vulnérabilité, vint dévorer de baisers ce cou offert. Son parfum, sa douceur... il en tomberait d'ivresse ! Une si longue retenue... Il comprendrait bien vite que le fantasme créé autour de Virginia ne pouvait être qu'un mirage. Mais il sera bien trop fier pour l'admettre. Quand bien même il se laisserait avoir par le chant de la sirène cette nuit, l'ancien directeur saura reprendre la main. Une pensée qui ne faisait que l'enfoncer un peu plus dans ce cou qu'il étreignait alors de ses lèvres.

Les mains de la succubes relevèrent la tête du marin égaré sur son bateau, plongé dans l'obscure brume de la nuit. Son cœur bat à une cadence qu'il aimerait pouvoir punir. Ses mots se mélangeaient dans son esprit, elle le perturbait... elle ne méritait pas l'absence si longue de ces baisers ou que son admirateur la souille à nouveau de son contact ?L'intrigue fronça les sourcils de Tsadquiel qui, à l'expression de l'ancienne Vedette, comprit la peine ressentie. Une question qui resta en suspend face au baiser enfiévré de Virginia. Il ne sentit ses mains délirer sa chemise qu'une fois celles-ci au contact de son torse. Ce toucher sensuel et impudique lui arracha un soupir de bien-être. Il était comme enchaîné, pris au piège. Bien qu'il pouvait tout arrêter, le chef des Guardians venait briser tous ses principes à ne pas se laisser emporter par son envie.

Bien des personnes punies par le reproche de manque de volonté devraient pester d'injustice à voir leur bourreau manquer à ses propres principes. Mais qui devait être au courant ? Hormis Virginia, personne ne voyait jamais Tsadquiel de la sorte ; humain, émotif, sentimental... des sentiments qui étaient bien loin de l'amour ou de la haine. Il s'agissait d'une empathie qu'il avait ciselé avec soin toutes ces années pour se rappeler de ressentir. Il n'y avait que devant Virginia qu'il pleurait. Que devant Virginia qu'il pouvait s'abandonner réellement. Une figure à la fois rassurante, familière, maternelle et passionnée. La Swan était un vivier de toutes ces nuances émotives que l'ancien directeur se refusait tant de fois de laisser resurgir...

Indécis, Tsadquiel se fait soumis aux élans de Virginia. Elle se retrouve sur ses cuisses à califourchon, prenant les rennes du combat livrés par leurs envies. Une érection se dessine indélicatement à la ceinture du chef des Guardians qui ne peut quitter la belle du regard. Ses mains remontaient les cuisses de la madone, ses pouces glissant sur les aines de ce corps aux cellules encore fermes et galbées. Sa respiration se faisait profonde, intense.

Elle savait marchander mais savait aussi que le sexe n'était pas une monnaie entre eux deux. Non. Le désir qu'il ressentait pour elle crevait les yeux à chaque fois que leurs regards se croisaient. C'est ce visage, ces lèvres, cette voix qu'il entendait dans ses rêves les plus torrides et c'est elle seule qui pourrait parvenir à le faire venir juste en faisant s'échouer son souffle contre sa peau. Virginia était consciente de cela mais profitait de ce moment d'égarement pour négocier. S'il lui accordait de dire la vérité à son fils, elle promettait à Tsadquiel de ne pas remonter sur scène.

En soi, elle avait raison. La torture n'avait que trop duré... apprendre à quarante ans que la Swan qui nous chaperonne de loin depuis tout ce temps est en fait notre mère... cela allait faire un choc à Adonis. Mais peut-être qu'il valait mieux lui dire la vérité maintenant. Tsadquiel serait bien triste de le voir se rendre compte qu'il n'était que le fruit d'une erreur, d'une Swan et d'un client qui jamais n'avait remis les pieds ici... mais Tsadquiel se rendait bien compte que ce n'était pas ce garçon qu'il protégeait de la vérité, mais lui-même. Il le considérait comme le fils du Mystic Swan, une fierté. Il s'en voudrait de le savoir déchiré par un quelconque problème d'identité. Mais c'était un adulte responsable et il avait le droit de connaître la vérité.

Asservi aux lèvres de Virginia, le chef des Guardians ne pouvait pas réfléchir à sa proposition. Tsadquiel aurait bien préféré qu'il s'agisse d'une Swan parmi les autres, sans intérêt, qui chercherait à se prostituer pour ses faveurs. Ainsi aurait-il était facile de la stopper et de la balancer contre terre pour lui cracher au visage qu'elle devrait avoir honte de s conduire en vulgaire catin. Mais il n'y avait rien de cela. Jouait-il les idiots naïfs par désir ? Non. Malgré l'aura qu'avait Virginia sur lui, Tsadquiel détachait ses demandes de ses gestes. Il la laissa donc libérer la pression de son pantalon tout en l'embrassant. Ses mains la possédaient, attrapant sa nuque et sa taille. Souffles entre-mêlés et désirs confondus. "Une promesse sur laquelle tu ne devras plus revenir de toute ta vie, Virginia. Une promesse bien trop faible pour le sacrifice demandé. Je t'en voudrais de faire souffrir Verner par égoïsme", répondit le chef des Guardians quand il put reprendre sa respiration.

D'un élan virevoltant, il retourna une fois de plus la situation, l'allongeant dos sur le canapé. Ses baisers descendirent le long de son cou, de cette poitrine encore entravées alors que les pans de sa chemise caressaient les bras de la madone prête à s'offrir. Il descendit encore, retirant les bretelles de son juste-au-corps jusqu'à un à coup pour la lester du tout ; jupe et sous-vêtement compris. Une vision qui lui coupa le souffle. Il l'admira dans un silence religieux, la redécouvrant dans son plus simple appareil. "Même le temps ne saurait te faire du mal..." réalisait à voix haute Tsadquiel en se faisant fébrile à sa vision. Elle n'aurait aucun mal à retourner la situation une fois de plus. Il était totalement hypnotisé par sa beauté...

_________________
Fire away something calls on the edge of it all. Face the fire, let it come on the edge of it all. Hold your breath, feel it coming.
Revenir en haut Aller en bas
Jinn (Delizska)
Jinn (Delizska)
Devoted
Identité : Delizska Kryger
Âge et date de naissance : 55 ans
Date d'arrivée : 1981
Occupation à l'hôtel : Metteuse en scène, chorégraphe
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) 191103122206669187

Valeur :
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) JyvYkf113 / 1813 / 18terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Circuler librement au Pandemonium

permanents
Circuler librement au Limbo
Avoir une chambre personnelle
Refuser d'être proposé aux Guests
Avoir un(e) Shade personnel(le)
Avoir l'assistance d'un(e) Jewel
Circuler librement au Purgatory
Circuler librement a Elysium
Participer aux soirées privées des Guardians

Messages : 87
Avantages : 90
Faceclaim : Bellucci
Crédits : ordinn
Multicompte(s) : Cassia, jasmine

 Sujet: Re: terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel)   posté le Mer 6 Nov 2019 - 23:04

if I hurt you, I'd make wine from your tears
Négociations poussées dans la faiblesse, l'échiquier tremble et elle joue le tout pour le tout en demandant de ôter sa plus grosse punition. Virginia a toujours souffert de celle-ci, c'est la pire chose que l'on peut faire à une mère qui a voulu cet enfant et qui cajolait son bébé à travers le ventre en ayant imaginé tout ce qu'elle pourrait lui apprendre. Elle aurait dû se douter que la grossesse accordée, le privilège se devait d'être payé à juste hauteur, un sacrifice pour un autre, c'est ce qu'elle propose ce soir là aussi. La scène contre Verner, la scène contre ce qu'elle peut sauver de son lien mère fils s'il faut encore qu'il existe.

Un sacrifice qu'elle était déjà prête à faire il y a longtemps. Pour son fils elle aurait pu vendre son âme à pire que Tsadquiel. Le sort en avait décidé autrement. Et chacun de ces mots qui lui donnaient son accord vinrent marteler son cœur. C'est retirer les clous qu'il a enfoncé dans le myocarde le jour de la naissance de son petit, quand il lui a annoncé alors qu'elle le nourrissait, qu'il ne pourrait connaître l'identité de sa mère biologique. Trente huit ans de douleur, trente huit ans de torture psychologique. Virginia réprime un sanglot, ravalant ses larmes en se pinçant les lèvres. Oh, joie. Douce brise d'air libérateur, le nez à l'extérieur après l'orage. Enfin. Logé les lèvres du vieil amant dans son cou, sous ses doigts sans doute sent il son pouls se faire plus intense, et la triste Virginia sourit, ses doigts glissés dans les mèches de Tsadquiel, la pulpe de ses doigts caressent distraitement son cuir chevelu. Il l'effeuille ensuite, avec une délicatesse religieuse, elle le laisse découvrir cette peau, ces formes qui ont bien changé depuis la première fois. Moins juvéniles, tout en étant fermes et lisses. C'est au Mystic Swan qu'elle doit son corps de statue grecque, à force de peine et d'exercice, même son corps de femme enceinte avait vite été estompé, ne laissant que quelques déchirures caractéristiques sur le bas de son ventre. Elle voit ces yeux brillants, admirant sa peau nue comme s'il eut été devant une œuvre d'art exposée dans un musée.

Virginia se redresse, de ses lèvres attrape ses jumelles et la chaleur remonte, incontrôlable, passionnelle. Elle attrape les pans de ce tissu qui lui recouvre les épaules, tire au hasard pour libérer sa carrure et la jette plus loin, par terre, on ne sait où. Ça n'est pas du sexe monnayé, même si le lieu en convient peu il ne s'agit pas non plus de tirer son coup pour se soulager. Il s'agit d'un nouveau pacte entre eux, parce que le temps a eu raison de leurs premières promesses et qu'il est temps de changer cela. Trente huit années furent trop lourdes et douloureuses, elle sait qu'il est possible qu'elle trouve un semblant de bonheur, il suffirait d'abord que Tsaquiel cesse de vénérer sa mélancolie comme un art. Elle n'est qu'humaine et à son âge la mélancolie commence à la dévorer à la manière d'un cancer, elle boit, fume, de manière de plus en plus déraisonné, l'absinthe d'un tableau trop populaire. Son art n'en souffre pas mais son corps un jour lâchera. La parfaite érection du roi des guardians fait frémir la reine des Swans quand sa main se loge là. Elle ne quitte pas ses lèvres, elle ne veut plus, il y a trente huit ans d'abstinence derrière ses gestes frénétiques et désireux. Son cœur déborde d'envie, son Aphrodite prend alors tout son sens. Il s'agit de ces autres facette là qu'il ne connaît pas ou qu'il ne connaît plus. Elle libère ses désirs, leurs langues se retrouvent, empressées, le souffle court et dans le cœur c'est la montée d'adrénaline.

Elle reste concentrée, le visage toujours aussi peu expressif de ses ressentis comme si elle n'était pas humaine mais quelque chose de bien plus spectral, c'est son corps qui fait ses émotions, ses gestes de danseuse, calculés, d'effleurements en arabesques dans cette nuque dégagée. Elle est là pourtant, maîtresse de ses fantasmes inassouvis et tel un rêve trop éveillé, la madone de gestes précis déboucle la ceinture, tire le pantalon et le sous-vêtement et ne cesse de l'embrasser. Elle le veut nu, sans rien pour masquer leurs envies pour se rebeller contre le théâtre et ses masques. Torses collés, bassins nus emboîtés quand elle le ramène contre elle, leurs souffles se mêlent. Elle ouvre les yeux, les iris noirs trouvent les perles céruléennes de Tsadquiel, ils sont la glace et le feu, l'ombre et la lumière. Elle veut voir ce visage frémir, sentir ce corps mourir quand elle lie leurs deux êtres dans l'interdit de leurs principes. Extase introduite en elle dans un long soupir maîtrisé. Elle retrouve cette sensation unique, comme si elle reconnaissait son anatomie même en elle après toutes ces années. Tsadquiel a marqué son esprit, en plus de son corps et elle sait que ce manque de contact physique a contribué également à sa frustration. Elle profite de ces premiers instants de leurs corps en harmonie, a bien conscience que cela pourrait changer au lendemain. Et les aveux ne sont pas terminés, qu'il se souvienne donc de cette première nuit et des détails qui lui ont échappés. Baiser dérobé, telle une voleuse, elle saisit cette puissante mâchoire et recommence, la fureur, l'empressement, la passion.
Revenir en haut Aller en bas
Tsadquiel (Kristian)
Tsadquiel (Kristian)
(Admin) Mesmerized
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) Tumblr_pwscykYTBp1wkomkoo3_250

terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) 191103122206669187

terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) 1581619451-crackship3
Identité : Kristian Zablieski
Âge et date de naissance : 59 ans, né le 12.02.1960
Date d'arrivée : 25.02.1991
Occupation à l'hôtel : Propriétaire du Mystic Swan
Côté cœur : Son ex-femme pour la mélancolie, Virginia pour la beauté, Chrysanthe pour être son jouet. Le réel amour, Tsadquiel ignore ce que c'est.

terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) QWU42sS

Valeur :
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) JyvYkf118 / 1818 / 18terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Avoir une chambre personnelle
Circuler librement à Elysium
Circuler librement au Limbo
Circuler librement au Pandemonium
Circuler librement au Purgatory

permanents
Avoir une Shade à son service
Participer aux soirées privées des Guardians

provisoires
Avoir une Swan pour la nuit
Avoir une Jewel pour la nuit

Messages : 435
Avantages : 804
Faceclaim : Mads Mikkelsen
Crédits : av. Venus in Furs / sign. anesidora / ico. vocivus
Multicompte(s) : Sao, Zagan, Orchid, Obsidian, Wolffia & Nebel

 Sujet: Re: terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel)   posté le Ven 15 Nov 2019 - 17:22

If I hurt you, I'd make
wine from your tears
Emporté par la licence poétique de cet instant, Tsadquiel ne se fait guère réticent. Subjugué, envoûté, totalement éprit de cette grâce raffinée. Autant dans sa peau soyeuse que sa chaleur discrète. Un être dont il ne pouvait qu'aimer la chair et chaque fibre. Pourquoi s'acharnait-elle à vouloir être humaine ? Avec ses exigences et ses besoins ? Voilà le seul défaut que Tsadquiel trouvait à la madone : être humaine.

Car cela le mettait au pied du mur : ils étaient au même niveau. De la même espèce. Dur constat que le chef des Guardians ne se déplaisait cependant pas d'attester... Ces mains qui le parcouraient l'enivraient d'un plaisir adolescent. Telle une première fois, fébrile et désireux de découvrir ce corps qu'il connaissait pourtant par cœur. Une seule fois avait suffit pour que chaque parfaite imperfection de Virginia soit ancrée dans son esprit. Il se laissait faire, caressant l'épiderme pourtant vieillissant de la Swan.

Baisers entrelacés, souffles dérobés aux caresses délicates, les deux amants s'emportaient au rythme d'une ritournelle populaire. Comme cela était bon... harmonie destinée, comme deux âmes-sœurs aux corps parfaits l'un pour l'autre. Sans violence ni cruauté, sans intérêt ni buts cachés. Tsadquiel en soupirait de bien-être alors que ses lèvres se tordaient, trahissant l'étouffement d'un gémissement indécent. Le plaisir était autant physique que psychologique. Il s'agissait de Virginia ! Ses doigts se serrèrent dans les longues mèches brunes de la metteuse en scène, ses reins le rapproche d'elle, allant plus loin, plus vite sans pourtant perdre haleine.

Une langueur inimitable liait ces deux corps épris l'un de l'autre. Bien rares étaient les partenaires avec lesquels Tsadquiel voulait réellement prendre du plaisir, le plaisir innocent et candide. Rares étaient les fois où il faisait l'amour... Hormis sa femme, seule Virginia avait un jour goûter à cette envie. Tout comme en cette soirée volée. La température montait crescendo, venant donner un vertige au maître des lieux qui, pourtant, ne perdait rien de sa cadence. Ses yeux perçaient les prunelles de sa compagne dont les baisers enfiévrés recevaient le plaisir de Tsadquiel. Une quintessence d'extase soulignée par les râles maintenant incontrôlables du propriétaire qui accélérait le rythme tout en serrant la Swan contre lui. Il sentait ses seins se presser contre son torse, ses jambes s'enrouler autour de ses cuisses et ses muscles se contracter tout autour de lui.

De longues minutes s'écoulèrent avant que les deux amants égarés ne viennent à partager l'effervescence d'un orgasme si intense que les derniers à coups de Tsadquiel se firent décousus. Un coït à la fois puissant et bruyant où il ne put s'empêcher de laisser sa semence se projeter en Virginia comme l'expression de la frustration d'être passé à côté de quelque chose. D'avoir manqué l'opportunité que quoi que ce soit d'heureux puisse un jour les lier.

Un ébat des plus éreintant. Tsadquiel se laissa retomber sur la poitrine de la naïade, sentant la respiration profonde de celle-ci le faire monter et descendre. Face à ce plaisir, il paraissait être l'esclave et elle la maîtresse. Il colla son front contre la peau moite de Virginia, déposa un baiser sur ce buste majestueux alors que ses mains oscillaient entre l'étreinte et les caresses. Silencieux, tel un enfant réprimandé qui avait compris sa leçon. Une leçon dont il n'accorderait pas à Virginia d'en retirer la moindre fierté.

_________________
Fire away something calls on the edge of it all. Face the fire, let it come on the edge of it all. Hold your breath, feel it coming.
Revenir en haut Aller en bas
Jinn (Delizska)
Jinn (Delizska)
Devoted
Identité : Delizska Kryger
Âge et date de naissance : 55 ans
Date d'arrivée : 1981
Occupation à l'hôtel : Metteuse en scène, chorégraphe
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) 191103122206669187

Valeur :
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) JyvYkf113 / 1813 / 18terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Circuler librement au Pandemonium

permanents
Circuler librement au Limbo
Avoir une chambre personnelle
Refuser d'être proposé aux Guests
Avoir un(e) Shade personnel(le)
Avoir l'assistance d'un(e) Jewel
Circuler librement au Purgatory
Circuler librement a Elysium
Participer aux soirées privées des Guardians

Messages : 87
Avantages : 90
Faceclaim : Bellucci
Crédits : ordinn
Multicompte(s) : Cassia, jasmine

 Sujet: Re: terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel)   posté le Ven 15 Nov 2019 - 21:05

if I hurt you, I'd make wine from your tears
La fièvre la prend toute entière, leurs corps et leurs âmes en parfaite symbiose, bien qu'elle le haïsse de tout son être elle ne peut nier le désirer, être dépendante de lui. C'est de sa faute, sa très grande faute, si de son être il soit en territoire conquis bien qu'elle tente de se défaire de lui. Jusqu'au fond de son ventre c'est sa place à lui et l'union faite avec son vieil amant électrise le moindre muscle du bas de son corps jusqu'à prendre possession de son cœur. L'arythmie puis la débâcle. Les frissons jusque sur ses cuisses qui s'enroulent à ses reins, les doigts de Virginia en griffes le long de la colonne vertébrale de son amant, elle ressent chaque sensation lui transpercer le corps d'un plaisir inavoué. Les hanches de Tsadquiel s'impriment entre ses jambes, il la possède, mais c'est elle qui le punit, elle se désacralise de son regard. Elle n'est pas sa poupée dans sa boite à musique, elle est l'amante, celle qu'il a laissé de côté et qu'il n'a plus jamais regardé de la même façon après lui avoir coupé les ailes ; il peut l'admirer mais il aurait pu le faire d'une toute autre façon. Et là son regard perçant ancré dans ses iris profonds, il la regarde, il a désire et elle l’entraîne plus loin dans les abysses charnelles. Leurs corps ondulent dansent, se frôlent et s'écrasent, s'éloignent pour mieux se retrouver encore, et encore. Elle loupe un battement de cœur, d'entre ses lèvres s'échappe un soupir de plaisir qu'elle n'a pu retenir alors que cela se traduisait que par sa respiration saccadée sur ce début d'étreinte.

Lâcher prise...Lâcher prise... Elle s'y sent arriver, les crispations frustrées de ces années se relâchent, tout son corps devient grâce et volupté, elle laisse tout aller, pour la première fois depuis des années, s'autorise à perdre le contrôle. Alors elle se décrispe, sa tête rencontre le divan dans un confort inouï et ses lèvres scellées aux siennes, tout devient plus facile. Baisers langoureux, ses mains se perdent dans son dos, ses épaules, les mèches insolentes de ses cheveux qui viennent lui chatouiller le cou. En aucun point cela ressemble à leur première fois qui fut plus mécanique car ils ne se connaissaient que peu. Les années désormais ont fait que dans ces regards là il y ait l'intensité qu'on ne retrouve nul part ailleurs. Elle expire, lâche après un baiser qu'elle partage toujours plus avec lui, tête en arrière, son cœur tel un tambour de guerre, elle laisse son corps au champ de bataille, abdique pour connaître l'extase. L'orgasme vient quand il se crispe, à l'unisson ils se tordent et exaltent d'un bien être que nul autre n'a su lui apporter en trente huit ans. Il n'y avait que lui pour la porter aussi loin. La danseuse cambre son dos, l'un dans l'autre de la plus intense des manières, l'adrénaline monte, le courant passe et le buste se dégonfle lentement après son extase mêlée à la sienne.  Il n'y avait que lui pour lui faire l'amour de cette manière, pour qu'à la fin elle se sente vidée de toute énergie. Elle accueille sa jouissance, nul enfant ne naîtra de cette union. Un dernier baiser, plus chaste que les précédents mais tout aussi doux et agréable.

L'accalmie après l'électricité d'un orage,  elle le garde contre elle, le temps qu'ils s'en remettent, le temps qu'ils réalisent. « Trente huit ans... » Elle souffle, gestes distraits de caresses dans la nuque moite de son amant. Le souffle de Tsadquiel s'écrase contre ses seins et le sien s'égare dans ses cheveux. Si elle avait eu ce genre de consolation, peut être que ces années auraient été moins éprouvantes, peut être qu'elle se serait sentie moins humiliée. Mais c'est bien ce qu'il cherchait n'est ce pas ? L'humilier pour la faute commise. Et il l'a réduite au silence, jusqu'à ce soir. Les lèvres se délient alors, le moment est venu de tout envoyer valser. « Tsadquiel.... » Les douces caresses se font arabesques dans sa nuque jusqu'à la naissance de ses cheveux. « Verner est ton fils. » Elle n'a pas besoin de préciser, il sait qu'elle  ne dit pas cela au hasard ou pour être poétique. Tsadquiel est un homme intelligent et saura de quoi elle parle, il n'a qu'à laisser son oreille contre son buste, écouter les battements de cœur fatigués après avoir donné de sa personne puis ralentir de douleur. « Notre fils. » Il a toujours été proche de lui, l'a toujours considéré comme tel en croyant qu'il ne l'était pas, d'une certaine façon elle l'a tenu au silence aussi et aujourd'hui elle l'autorise à dire la vérité. Cette première nuit là, il l'a mise enceinte, sa première fois avec un homme a donné naissance à son premier enfant. L'avait il donc puni par jalousie ? Et si elle lui avait dit, si elle n'avait pas eu peur qu'il tue son enfant ou qu'il la déshonore davantage, peut être que ça aurait été différent.  Et sa vengeance de lui avoir arraché son enfant avait donc été de ne jamais lui dire ce lourd secret.

_________________
watch me make them bow

Revenir en haut Aller en bas
Tsadquiel (Kristian)
Tsadquiel (Kristian)
(Admin) Mesmerized
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) Tumblr_pwscykYTBp1wkomkoo3_250

terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) 191103122206669187

terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) 1581619451-crackship3
Identité : Kristian Zablieski
Âge et date de naissance : 59 ans, né le 12.02.1960
Date d'arrivée : 25.02.1991
Occupation à l'hôtel : Propriétaire du Mystic Swan
Côté cœur : Son ex-femme pour la mélancolie, Virginia pour la beauté, Chrysanthe pour être son jouet. Le réel amour, Tsadquiel ignore ce que c'est.

terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) QWU42sS

Valeur :
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) JyvYkf118 / 1818 / 18terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Avoir une chambre personnelle
Circuler librement à Elysium
Circuler librement au Limbo
Circuler librement au Pandemonium
Circuler librement au Purgatory

permanents
Avoir une Shade à son service
Participer aux soirées privées des Guardians

provisoires
Avoir une Swan pour la nuit
Avoir une Jewel pour la nuit

Messages : 435
Avantages : 804
Faceclaim : Mads Mikkelsen
Crédits : av. Venus in Furs / sign. anesidora / ico. vocivus
Multicompte(s) : Sao, Zagan, Orchid, Obsidian, Wolffia & Nebel

 Sujet: Re: terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel)   posté le Dim 26 Jan 2020 - 1:22

If I hurt you, I'd make
wine from your tears
Envoûtante sirène qui causerait sa perte. Sans nul doute. Elle détenait les rennes de son plaisir sous tant de coutures que son nom et son odeur étaient gravés dans sa conscience. Telle une peinture magnifique d'un artiste odieux. De ces toiles dont le commun des mortels auraient honte de possédé. Tsadquiel n'avait aucune honte à la posséder. Virginia n'était pas sa faiblesse. Elle était son caprice. Son seul regret résidait dans l'ascendant qu'il ne pouvait s'empêcher de la laisser avoir sur lui.

Une ascendance... un bien faible tribu au vu du poison qu'il représentait pour la Swan. Mais ça, il en a cure. Trente-huit ans. Le bruissement de ses lèvres et sa langues caressant ses dents résonnèrent d'un bien plus fort écho que cette durée évoquée. Comme s'il ne voulait pas l'entendre. Tsadquiel aurait pu lui dire de se taire. Se relever, se rhabiller et la laisser là. Il aurait pu.

Mais l'âge de la colère et de la jalousie lui était passé sur ce cas. Sur ces trente-huit ans. Bien d'autres hommes avaient savourés sans vergogne les courbes de la belle madone. Tsadquiel s'était fait une raison. Ils voit les clients de Virginia comme des néophytes à un salon dégustation de vin rouge : ils ne savouraient pas à sa juste valeur la naïade de cet hôtel. La dernière vedette à réellement mériter un tel titre. Son abstinence justifiée par cette sacralisation et la culture de cette frustration alors ressentie couvraient l'une des tristes raisons de ce traitement infligé... L'erreur de Virginia. Celle d'avoir failli en tombant enceinte et forçant ainsi Tsadquiel à braver les règles. Une Swan enceinte... Autant dire une Swan jetée par la fenêtre pour bien des Guests. Ce n'était pas pour rien que les erreurs étaient tuées dans l'œuf. Mais grâce à la magnanimité, il en avait été différent pour Virginia et ce fils d'un client qui n'était jamais revenu. Une chance pour Virginia et ce fils qu'il ait su capter l'intérêt de Caïm, puis de Tsadquiel.

Une histoire enterrée que, soudainement, Virginia voulait raviver. Les yeux et sourcils de Tsadquiel se froncèrent dans un soupir des plus inquiétants. Il se releva et fit face à la Swan. Silencieux. Notre fils. Le visage de son ex-femme remplaça un instant celui de l'ancienne vedette, apportant aux yeux de Tsad une étincelle qu'elle n'aura jamais vu auparavant. Une lueur qui s'en alla tout aussi vite. Le souffle de Tsadquiel se fit court mais profond. Il luttait contre une irrépressible envie de faire une énorme bêtise. Mais cette retenue ne fut que de courte durée car sans même s'en rendre compte, son visage se contractait et se crispait. Un violent revers de main vint faire chavirer la tête de Virginia contre le sofa de leur ébat. Juste après, il la saisit par les cheveux et le menton, maintenant ses lèvres à une courte distance des siennes.

Une noirceur pénétrante trônait sur le visage du chef des Guardians qui jonglait entre mille sentiments qu'il n'était pas capable d'interpréter ni d'assumer. "De quel droit oses-tu ?" Vint-il lui reprocher en entrouvrant à peine les lèvres. Tsadquiel était fébrile. Il perdait le contrôle en se trouvant totalement dépassé par les mots de la Swan. Car si c'était bien la vérité, si elle lui avait aussi impunément menti toutes ces années alors...

Alors il avait ce qu'il méritait. Mais Tsadquiel est loin d'être de ceux qui se résignent et acceptent.

_________________
Fire away something calls on the edge of it all. Face the fire, let it come on the edge of it all. Hold your breath, feel it coming.
Revenir en haut Aller en bas
Jinn (Delizska)
Jinn (Delizska)
Devoted
Identité : Delizska Kryger
Âge et date de naissance : 55 ans
Date d'arrivée : 1981
Occupation à l'hôtel : Metteuse en scène, chorégraphe
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) 191103122206669187

Valeur :
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) JyvYkf113 / 1813 / 18terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Circuler librement au Pandemonium

permanents
Circuler librement au Limbo
Avoir une chambre personnelle
Refuser d'être proposé aux Guests
Avoir un(e) Shade personnel(le)
Avoir l'assistance d'un(e) Jewel
Circuler librement au Purgatory
Circuler librement a Elysium
Participer aux soirées privées des Guardians

Messages : 87
Avantages : 90
Faceclaim : Bellucci
Crédits : ordinn
Multicompte(s) : Cassia, jasmine

 Sujet: Re: terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel)   posté le Dim 26 Jan 2020 - 17:24

if I hurt you, I'd make wine from your tears

Derniers instants de douceur glissés du bout de ses doigts. Sur son épiderme nu, son parfum qui lui provoque toujours plus de pincements au cœur. Des regrets de tout ce qu'ils ont manqué pendant ces années, de tout ce qu'ils auraient pu vivre sans les caprices de Tsadquiel. Et puisque la langue est déliée, alors elle parle et lui révèle que ce soir là, lors de leur rencontre charnelle, il a introduit en elle ce qu'elle a toujours vu comme sa plus belle réussite. Il le considère comme un fils, et bien révélé au grand jour, ce regard de braise il ne le tient pas d'un autre guest, il le tient de lui. Et avec toute l'animosité qu'elle a pour lui, peut être qu'elle avait espéré que cela se finisse bien. Les mains de Tsadquiel sur sa peau marquent toujours plus sa possession sur elle. Et un jour elle ne sera qu'à lui sans doute, privée de tous ses privilèges pour son seul plaisir. Avant que cela n'arrive elle le luit dit, elle ose, et observe ce visage changer, passer par tout un tas d'émotions contrastées pour ne laisser que de la colère.

Une gifle claque contre sa joue, l'envoie valser contre le divan. Elle ne s'était pas attendue à ce qu'il accueille la nouvelle de manière joyeuse. Il n'avait jamais levé la main sur elle, la violence avait été psychologique jusqu'alors bien que parfois elle aurait préféré se recevoir des coups plutôt que d'être torturée jusque dans ses rêves. Les mots passent sa bouche comme si elle avait commis une erreur impardonnable. Tsadquiel qui se victimise face à Virginia comment ose t-elle, lui faire cela ? Oui comment ose t-elle après tout ce qu'il lui a fait subir ? Sonnée mais pas choquée, ni même apeurée il ne lui laisse pas le temps qu'il la saisit par les cheveux, tirant à lui arracher une grimace tandis que sa crinière noire ébouriffée glisse sur son visage, lui laisse de nouveau la vision de son regard en colère. Mis face à la réalité, face à sa responsabilité, elle se mord les lèvres pour ne pas sourire insolemment. Il l'a tellement usée que même si il la tuait sur le coup de la colère elle n'en souffrirait pas. C'est de la vengeance, il n'a que ce qu'il mérite.  Son regard se plante dans celui de Tsadquiel tandis que son souffle agacé s'écrase contre ses lippes , il a essayé de se retenir, elle le sait. Mais elle a dépassé les bornes une seconde fois dans la soirée.« Tu voulais être le premier à me posséder que tu n'as même pas attendu que la contraception fasse effet. Ne fais pas comme si tu le savais pas, tu serais venu dans ma chambre dès le premier soir de mon arrivée si tu avais pu. Je suis tombée enceinte parce que la nature l'a voulu, je ne l'ai pas choisi alors ça ne sert à rien de me faire porter le blâme. » elle regarde Tsadquiel presque tendrement, savoure la frustration qu'il ressent et qu'elle a dû apprendre à maîtriser en s'étant jurée de le voir en miroir un jour sur son visage à lui. Sa main glisse sur sa joue, caresse d'épines. Prise toujours entre le désir obsessionnel qu'il a fait naître en elle pour lui comme une victime amoureuse de son geôlier, et la colère d'avoir été privée de la seule chose qui aurait pu la rendre heureuse. Peut être que leur histoire aurait été différente si l'un et l'autre avaient su mieux communiquer, peut être qu'ils auraient été heureux ensemble. « J'ai porté ton enfant avec la crainte que tu le découvres et que tu m'ouvres le ventre pour tuer ton bâtard. Et quand j'ai vu l'affection que tu lui portais je t'ai privé de ta paternité comme tu m'as privée de ma maternité. » elle ne le connaissait pas à l'époque, il y a eu un temps avant qu'elle ne comprenne l'admiration qu'il avait pour elle alors qu'elle avait pensé n'être qu'une conquête de plus. Si d'emblée elle avait su qu'il la voyait différemment peut être qu'elle aurait osé. Mais son cœur saignant de le regarder discuter et sourire à son fils, elle avait choisi de lui obéir de manière stricte. D'un geste elle se défait de son emprise, et se  redresse sur le divan, refuse de se soumettre. Elle sait qu'il est trop orgueilleux pour reconnaître qu'il a dépassé les limites avec elle et cette rébellion ne suffira pas pour lui faire comprendre qu'elle n'est pas un objet. Il sait qu'elle souffre, il l'a toujours su, pourtant elle a toujours été son œuvre privilégiée, celle que les autres n'ont pas le droit de voir, ni de côtoyer. Car Orion déjà n'a plus le droit de lui ouvrir la porte de sa chambre et avec leur pacte passé ce soir elle ne pourra plus remonter sur scène. Des sacrifices encore et toujours.

« Je ne dirai pas à Verner que tu es son père, ce n'est pas à moi de le faire. Mais il saura pourquoi je n'ai pas pu m'occuper de lui. Parce que c'est à lui qu'on a menti tous les deux et non pas moi qui t'ai menti. » Elle craint maintenant que Verner ne désire pas l'entendre parler et expliquer alors que depuis qu'il est au Mystic Swan elle veille sur lui comme un fantôme, elle se rapproche de lui sans que personne n'ai rien à dire. Sous le regard désapprobateur de Tsadquiel quand elle est en sa compagnie, elle ne peut que lui ouvrir son cœur de mère sans en avoir la place.

_________________
watch me make them bow

Revenir en haut Aller en bas
Tsadquiel (Kristian)
Tsadquiel (Kristian)
(Admin) Mesmerized
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) Tumblr_pwscykYTBp1wkomkoo3_250

terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) 191103122206669187

terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) 1581619451-crackship3
Identité : Kristian Zablieski
Âge et date de naissance : 59 ans, né le 12.02.1960
Date d'arrivée : 25.02.1991
Occupation à l'hôtel : Propriétaire du Mystic Swan
Côté cœur : Son ex-femme pour la mélancolie, Virginia pour la beauté, Chrysanthe pour être son jouet. Le réel amour, Tsadquiel ignore ce que c'est.

terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) QWU42sS

Valeur :
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) JyvYkf118 / 1818 / 18terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Avoir une chambre personnelle
Circuler librement à Elysium
Circuler librement au Limbo
Circuler librement au Pandemonium
Circuler librement au Purgatory

permanents
Avoir une Shade à son service
Participer aux soirées privées des Guardians

provisoires
Avoir une Swan pour la nuit
Avoir une Jewel pour la nuit

Messages : 435
Avantages : 804
Faceclaim : Mads Mikkelsen
Crédits : av. Venus in Furs / sign. anesidora / ico. vocivus
Multicompte(s) : Sao, Zagan, Orchid, Obsidian, Wolffia & Nebel

 Sujet: Re: terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel)   posté le Ven 14 Fév 2020 - 15:40

If I hurt you, I'd make
wine from your tears
La violence physique sur les personnes estimées n'a jamais été une option pour Tsadquiel. Et quoi qu'on en pense, il avait un attachement particulièrement fort pour Virginia. Depuis toutes ces années, elle était sa fidèle naïade, muse de ses nuits et mère de ses fantasmes. D'une certaine façon, on pouvait dire qu'il l'aimait. Un amour dilué par son besoin irrépressible de la maintenir à genoux.

Un traitement odieux quand on y pensait. Mais l'amour n'avait rien de gentil. Rien de respectueux. Ou alors cela menait à des ruptures, comme ça avait été le cas avec sa femme. Son ex-femme. À dire vrai, si Tsadquiel ne souffrait pas autant qu'il le devrait la séparation avec la femme de sa vie, c'était grâce à cette mère des Swans. Un tampon, une éponge. Le garde-fou qui avait empêché le chef des Guardians de sombrer. De ça, elle ne pouvait avoir conscience. Virginia devait savoir qu'elle était spéciales aux yeux de Tsadquiel. Mais elle ne pouvait que supposait à quel point elle l'était sans jamais s'approcher de la vérité.

La voix de Virginia se transformait en des crocs et ses mots en un venin pernicieux. "Cesse de mentir. Tout ce temps passé à me laisser croire que c'était un Guest... tu n'aurais pas osé. Non. Pas toi", s'enfonçait-il dans un déni évident.

Elle avait raison : il n'avait su se contrôler. Ce que l'ancien directeur avait ressenti la première fois qu'il la vit avait été épidermique. Alors même que jamais il n'avait osé tromper sa femme dans cet endroit, Virginia avait éveillé en plus une pulsion irrépressible. Une pulsion qui s'est faite mère de bien des frustrations, l'émancipant des derniers sursauts de Morale qu'il avait su conserver.

La colère portait le sang de Tsadquiel à ébullition et pourtant... pourtant il ne se défoulait pas sur elle. Parce que malgré ça, le regard que la Swan lui adressait le mettait dans un état second. Le choc de la nouvelle et ce regard vainqueur... Il aurait pu s'attendre à tout sauf à ça. Ces trente dernières années, il avait chassé le moindre doute, se confortant dans l'idée qu'elle n'aurait jamais su lui mentir de la sorte. Tout cela s'effondrait devant lui, et le grand Kristian Zablieski n'avait sur calculer cette hypothèse. N'avait pas voulu le faire...

Les traits de Tsad frémissaient. De rage comme de chagrin apporté par une douleur transcendante. Il n'était pas habitué à perdre et Virginia était la dernière personne face à laquelle il aurait pu imaginer perdre. La voir savourer sa vengeance ne faisait qu'appuyer cette douleur. Titiller ce point faible. Pour la première fois, Tsadquiel se retrouvait empêtré, pris dans un piège dont il ignorait comment s'extirper.

Encaissant difficilement, le chef des Guardians laissa la madone l'éloigner. Il se retrouvait avachi sur le divan, le visage décomposé. Un moment de silence avant que Virginia n'apporte le coup de grâce. Quelque soit la version qu'elle raconterait à Verner, Tsadquiel le perdrait. Voilà une certitude que le propriétaire ne pouvait se résoudre d'accepter. La seule solution qui lui venait à l'esprit pour empêcher ça était de couper la langue de Virginia, ainsi que ses mains et lui crever les yeux. Un spectacle d'horreur que le rouge de son esprit ne cessait de faire tourner en boucle. "Je ne te laisserai pas le détruire", siffla-t-il entre ses dents serrées. Il tourna la tête vers Virginia tout en se redressant. Debout face à elle, la surplombant de toute sa hauteur avec un regard sanguinaire. "Je ne te laisserai pas le détruire", répéta-t-il d'une voix qui se voulait orage.

Mais comment éviter le pire ? Comment discuter et lui faire confiance ? Impossible... après ce qui venait de se passer, c'était impossible... Cependant, Tsadquiel ne pouvait pas se résoudre à la supprimer de l'équation comme il le ferait avec une simple Swan... Sans reconnaître aucun de ses tords ni accepter la vérité balancée au visage, il tenta de lui offrir une alternative. "J'achèterai ton silence, quelque soit son prix, pour protéger Adonis. Il ne mérite pas ton manège manipulateur. Alors annonce ton prix, Swan, où je m'assurerai personnellement que jamais il ne puisse découvrir la vérité de ta bouche, de tes mains, ni même de ton regard", lui posa-t-il en ultimatum. Sans ciller, le plus calmement qui lui était donné de le faire au vu des circonstances.

_________________
Fire away something calls on the edge of it all. Face the fire, let it come on the edge of it all. Hold your breath, feel it coming.
Revenir en haut Aller en bas
Jinn (Delizska)
Jinn (Delizska)
Devoted
Identité : Delizska Kryger
Âge et date de naissance : 55 ans
Date d'arrivée : 1981
Occupation à l'hôtel : Metteuse en scène, chorégraphe
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) 191103122206669187

Valeur :
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) JyvYkf113 / 1813 / 18terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Circuler librement au Pandemonium

permanents
Circuler librement au Limbo
Avoir une chambre personnelle
Refuser d'être proposé aux Guests
Avoir un(e) Shade personnel(le)
Avoir l'assistance d'un(e) Jewel
Circuler librement au Purgatory
Circuler librement a Elysium
Participer aux soirées privées des Guardians

Messages : 87
Avantages : 90
Faceclaim : Bellucci
Crédits : ordinn
Multicompte(s) : Cassia, jasmine

 Sujet: Re: terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel)   posté le Ven 14 Fév 2020 - 17:35

if I hurt you, I'd make wine from your tears

La réalité comme un pavé dans la marre, éclaboussures sur ses apparences trop luxueuses viennent entacher ce qu'il a cru toujours être réel. Et devant l'évidence il ne parvient pas à accepter alors qu'il le sait, il sait qu'il a été trop égoïste de vouloir la posséder sans assumer les conséquences. Elle a aimé et détesté chaque jour de sa grossesse, dans la crainte, dans le déchirement et dans l'éblouissement de la vie qui prend forme. Entre ses mains posées sur son petit ventre qui commençait à se faire voir, elle avait imaginé tant d'autres alternatives. Ils auraient pu être une famille, elle aurait accepté rester dans l'ombre pour ne pas éveiller les soupçons de sa femme mais au moins elle aurait pu s'en occuper et il aurait pu participer lui aussi, il aurait eu sa paternité. Et voilà que des années plus tard la situation s'inverse. Elle le met mal, elle le voit, elle le sent. Il n'a jamais eu telles envies noires sur elle, probablement il l'aurait tuée s'il ne tenait pas un minimum à elle. Et même s'il a eu maintes occasions de prouver qu'il avait de l'affection pour elle, c'est la première fois qu'elle le croit ; quand elle voit cette colère, cette retenue alors qu'elle le provoque et qu'il n'essaie pas plus de la maltraiter que la gifle monumentale qu'elle s'est prise.

Il la menace de sa carrure, elle ne bouge pas, même si une part d'elle toujours intimidée par ce qu'il représente. Ici il est le roi et si elle le fatigue, elle finira par en payer le prix. «Tu m'as déjà autorisé à lui dire que je suis sa mère Tsadquiel. Je ne monte plus sur scène pour ça. » Elle le lui rappelle, hors de question de renégocier ce détail là alors que la scène a été son premier amour et que même si le sacrifice en vaut la peine c'est un sacrifice douloureux alors que la danse est toute sa vie, qu'elle est née pour être en représentation. Elle se détache de son regard pour se rhabiller, le laisse mariner dans ses craintes un peu, parce qu'elle ne veut plus subir et regarder le temps qui passe en se demandant si elle va mourir de sa tristesse et de sa mélancolie et que tout le monde aura fini par l'oublier. Il est temps de prendre les choses en mains, avec cette carte assassine posée sur la table, elle le pousse à devoir se plier à ses désirs. Son prix est le sien ? Virginia se redresse, couvre la peau de ses seins de son vêtement et l'observe. Il lui a appris cela, il n'en a pas conscience, mais elle l'a étudié, regardé, écouté. Elle n'a pas fait que danser pour lui et lui tenir compagnie durant ces repas qu'il organisait rien que pour eux deux. Les menaces, l'accusation de sa manipulation alors que dans le fond tout est sa faute à lui en premier lieu.

« Je ne lui dirai rien des circonstances de sa naissance, en échange je ne veux plus être Swan. Si je ne suis plus source de distraction, ni source de convoitises tu dois changer mon grade. Tu ne peux nier que mon métier ici est essentiel. » De nouveau elle se rapproche de lui, glisse sa main sur son visage, son pouce à ses lèvres, ces lèvres là qu'elle a adoré redécouvrir sous cette passion meurtrière. « Je te ferai les plus beaux spectacles et je ne te causerai plus d'ennui, fais de moi une Guardian, conserve mes privilèges et donne moi ceux que je n'ai pas. Et ce secret sera emporté avec toi et avec moi quand nous serons six pieds sous terre. » Son regard se fait trop doux, à la madone, pourtant elle affirme sa position d'une poigne de fer, et la reine des cygnes a décidé de mordre « Je t'aime toujours Tsadquiel, je n'essaye pas de te menacer, mais rien ne m'arrêtera si tu ne m'aides pas à évoluer et connaître ce bonheur que je désire depuis sa naissance. » La prise constructrice, ce sera la seule occasion qu'elle aura dans sa vie de le mener dans la direction qu'elle veut. Même si elle le craint, elle connaît ses avantages, ses atouts, personne ne lui fera de meilleurs spectacles qu'elle. Qu'il la libère de cette cage dorée, qu'il la laisse devenir la femme qu'elle tente désespérément être mais toujours arrêtée par son statut de Swan et sa tenue du secret.

_________________
watch me make them bow

Revenir en haut Aller en bas
Tsadquiel (Kristian)
Tsadquiel (Kristian)
(Admin) Mesmerized
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) Tumblr_pwscykYTBp1wkomkoo3_250

terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) 191103122206669187

terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) 1581619451-crackship3
Identité : Kristian Zablieski
Âge et date de naissance : 59 ans, né le 12.02.1960
Date d'arrivée : 25.02.1991
Occupation à l'hôtel : Propriétaire du Mystic Swan
Côté cœur : Son ex-femme pour la mélancolie, Virginia pour la beauté, Chrysanthe pour être son jouet. Le réel amour, Tsadquiel ignore ce que c'est.

terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) QWU42sS

Valeur :
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) JyvYkf118 / 1818 / 18terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Avoir une chambre personnelle
Circuler librement à Elysium
Circuler librement au Limbo
Circuler librement au Pandemonium
Circuler librement au Purgatory

permanents
Avoir une Shade à son service
Participer aux soirées privées des Guardians

provisoires
Avoir une Swan pour la nuit
Avoir une Jewel pour la nuit

Messages : 435
Avantages : 804
Faceclaim : Mads Mikkelsen
Crédits : av. Venus in Furs / sign. anesidora / ico. vocivus
Multicompte(s) : Sao, Zagan, Orchid, Obsidian, Wolffia & Nebel

 Sujet: Re: terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel)   posté le Sam 15 Fév 2020 - 3:55

If I hurt you, I'd make
wine from your tears
Chaque parole honorée, quelques soient les évolutions survenant. Virginia était une femme de confiance, fiable et droite. Si seulement Tsadquiel était digne de tant de chevalerie...

Il restait immobile, sans s'écarter pour lui permettre de se rhabiller, sans la lâcher du regard pour lui accorder la moindre intimité. Le silence recueillit les froissements des tissus qui recouvraient alors l'épiderme de la madone. Cette dernière brisa le silence en sonnant la sentence : ne plus être Swan. Porter un bracelet vert. Si Tsadquiel avait pu s'attendre à ça... à toute cette soirée d'ailleurs !

Retrouver la volupté de Virginia, apprendre sa paternité, frapper l'ancienne vedette et se retrouver à devoir lui accorder de changer de camp ? C'en était trop. Trop pour Tsad, aussi robuste pouvait-il être.Un instant ahuri, il ne réagit pas de suite. Marquant un petit temps de doute et d'incompréhension avant d'entrouvrir les lèvres pour lui donner sa réponse. Sa bouche se mouvait mais aucun son n'en sortait. Bouche-bée... Tsadquiel était battu à son propre jeu. Et cela lui faisait drôle... il n'aimait pas ça. Oh que non !

La main de Virginia se glissa de nouveau sur la peau ridée du maître des lieux. Étrangement, ce contact l'emplissait de haine et de désir. Telle une passion dont le feu se ravivait. Dangereuse maîtresse qui reprenait les rennes sans qu'il ne parvienne à se débattre. Ce pouce, il l'aurait volontiers dévoré. À la place, sa virilité venait reprendre doucement de sa vigueur. De son toucher et de ses lèvres, la Swan savait qu'elle possédait Tsadquiel. Telle une leçon récitée sans fausse note. Une danse millimétrée.

Le palpitant du propriétaire s'accélérait alors que son souffle restait lent et profond. D'un coup de sang, il la saisit à la gorge, retira sa main en étreignant son avant-bras et la poussant jusqu'au premier mur qui leur ferait obstacle. Ses lèvres vinrent dévorer celles de Virginia, la mordant involontairement jusqu'au sang. Son regard était noir, noir d'une haine sans fin tandis que son vît dénotait de cette faim qu'elle suscitait en lui. Tsadquiel en était tremblant, fébrile. Il la détestait. De tout son être et de tout son esprit. De la même façon qu'il détestait son fils, Caïm. De cet amour destructeur et néfaste. Son opium à forme humaine.

Reprenant ses esprits, l'ancien directeur devait se rendre à l'évidence : telles étaient ses conditions et elle n'avait plus rien à perdre à se les voir refusées. Dans les deux cas, Virginia y gagnait. Dans un cas, Tsadquiel risquait de perdre Adonis. Dans un second, il risquait de voir Virginia gagner en pouvoir. Cette nuit lui prouvait que d'une simple poussière, elle pouvait faire naître d'infinis abysses. Dangereuse Virginia qui semblait provoquer en Tsad un frisson qui lui était encore inconnu. De ceux qu'il n'aimait pas mais pouvait apprendre à aimer... "Tu auras ton bracelet vert. Si c'est ce que tu souhaites, tu l'auras. Tu conserveras ta domestique, ton assistant, ton travail. Aucun Guest ne te touchera sans ton consentement et plus aucune porte ne te sera fermée. Bien que plus rien ne t'attende en dehors de ces murs, chacun de tes mouvements à l'extérieur, chacune de tes paroles, sera récoltée par nos plus méticuleux hommes de main et à la moindre tentative de trahison, le pire te sera réservé. Tu en as ma parole", déclara-t-il sur un ton à la fois vaincu, contrit et désabusé. Il n'en revenait pas... et mettrait du temps avant de s'en remettre.

_________________
Fire away something calls on the edge of it all. Face the fire, let it come on the edge of it all. Hold your breath, feel it coming.
Revenir en haut Aller en bas
Jinn (Delizska)
Jinn (Delizska)
Devoted
Identité : Delizska Kryger
Âge et date de naissance : 55 ans
Date d'arrivée : 1981
Occupation à l'hôtel : Metteuse en scène, chorégraphe
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) 191103122206669187

Valeur :
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) JyvYkf113 / 1813 / 18terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel) IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Circuler librement au Pandemonium

permanents
Circuler librement au Limbo
Avoir une chambre personnelle
Refuser d'être proposé aux Guests
Avoir un(e) Shade personnel(le)
Avoir l'assistance d'un(e) Jewel
Circuler librement au Purgatory
Circuler librement a Elysium
Participer aux soirées privées des Guardians

Messages : 87
Avantages : 90
Faceclaim : Bellucci
Crédits : ordinn
Multicompte(s) : Cassia, jasmine

 Sujet: Re: terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel)   posté le Dim 16 Fév 2020 - 11:03

if I hurt you, I'd make wine from your tears



Il ne dit rien et elle ne crie pas victoire mais elle sait qu'il tient suffisamment à Verner pour céder à ce détail là qu'elle lui demande. Et elle le voit dans ses yeux, elle le connaît, ça lui demande beaucoup d'efforts d'accepter mais elle ne lui donne pas réellement le choix. Chantage déguisé, Virgina soutient l'intensité de son regard quand il se met à réagir. Le bras dégagé, la poigne saisit son cou de cygne pour aller la plaquer contre un mur. Et encore une fois la violence dont il fait preuve n'est plus quelque chose qui l'effraie, car mourir est une fatalité et qu'elle a conscience que c'est entre ces murs là que cela finira par arriver. Probablement de sa main à lui, un jour ou l'autre, tout comme c'est potentiellement le cas pour lui aussi, sur un coup d'hystérie de la reine des cygnes. Crime passionnel, sur leur incapacité à tolérer les écarts de l'autre tout en gardant ses distances avec. Et ses doigts sur sa gorge finiront par y laisser des marques s'il ne la relâche pas. Souffle coupé, diaphragme bloqué sur le choc contre son dos, elle n'ira plus se mettre à genoux. Parce qu'elle prend conscience aujourd'hui qu'elle a les moyens de lui tenir tête tout en marchant sur les braises. Elle a dépassé les limites, elle le sait, elle n'ira sans doute pas plus loin ce soir.

Ses lèvres prennent possession des siennes, un baiser furieux, d'un ardent désir, le monde aurait brûlé autour d'eux sous cette passion colère. Son cœur est soulevé, elle ferme les yeux et répond à ce baiser qui devient sanglant. La morsure à sa lèvre charnue la fait gémir de douleur et tout aussi vite le goût lui vient en bouche.  Elle sent son corps de nouveau en proie d'envie charnelle, et leurs âmes liées entre elles depuis la première fois, il sait que c'est pareil pour elle. Il se détache, d'un revers de main elle essuie le rouge à ses lèvres et il se plie à ses conditions sans la moindre résistance. Et elle réalise, qu'il la libère de sa cage mais pas de ses chaînes. L'extérieur, elle en a longtemps rêvé, elle pourra mettre un pied dehors tout en ayant son regard noir et omniprésent sur sa personne. Rien ne l'attend dehors, mais l'artiste qu'elle est ne se cantonne pas aux murs d'une maison close pour source d'inspiration. Elle a besoin de voir de quoi le monde est fait et ses shows seront de plus en plus spectaculaires et leur relation pourra sans aucun doute aller en s'améliorant, sauf si le désir de vengeance en elle se fait toujours ressentir. Qui sait ?

Elle ne répond pas, il ne voudra pas entendre d'autre son provenant de sa bouche sans que cela lui provoque de la colère noire. Mais leur pacte elle le scelle dans un nouveau baiser de la même intensité dévorante. Ses ongles se plantent dans son épaule, elle l'agrippe le pousse sur ce divan témoin de leurs ébats. Debout face à lui, elle se déshabille sans le quitter du regard avant de revenir se coller à lui, l'emporter dans ces instants d'une intensité rare et furieuse. La guerre dans un acte charnel, c'est la meilleure des définitions - mais dont l'extase bien que satisfaisante ne suffit pas à apaiser la haine.

_________________
watch me make them bow

Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
terminé - if I hurt you, I'd make wine from your tears (Virginia + Tsadquiel)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Mystic Swan :: Mystic Swan :: Elysium :: Théâtre
+
Sauter vers: