RechercherRechercher  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Soutenez MS !
Un petit mot sur Bazzart, PRD et quelques votes ♥️
Mystic Swan recherche
L'hôtel a besoin de Jewels pouvant servir de nouveaux Guests, et des Guardians.
Nous invitons les potentiels nouveaux à privilégier les scénarios !
Event #7 ~ A Generous Offer
Serez-vous l'heureux gagnant de la vente aux enchères ? A vous de décider...
Partagez
Mystic Swan :: Mystic Swan :: Pandemonium :: Dortoirs :: Guardians :: Chambre #5
Aller en bas 

 /!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel

Edelweiss (Emery)
Edelweiss (Emery)
Insurgent
Identité : Edelweiss
Âge et date de naissance : 27 Ans
Date d'arrivée : 2018
Occupation à l'hôtel : Shade personnelle de Caïm
Côté cœur : Son cœur balance. Femme fatale envoûtante, intrigante. Un tortionnaire aussi effrayant que Lucifer lui-même. Caïm qui lui promet sécurité. Sentiments dévastateurs qui s'opposent dans cette dualité. Que faire ? Succomber en toute innocence ?

Valeur :
/!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel  JyvYkf10 / 180 / 18/!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel  IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Circuler librement au Pandemonium

Messages : 57
Avantages : 128
Faceclaim : Anna Speckhart
Crédits : listal.com
Multicompte(s) : Aucun

Récompenses :
/!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel  RKjjpMI /!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel  QzL2iIS

 Sujet: /!+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel    posté le Sam 26 Oct 2019 - 18:18

Ce monde n’est pas le sien. Désolation et tristesse. Douce agonie qui s’écoule dans ses veines comme un poison virulent. Enfermement dans ce lieu détestable. Une rage qui bouillonne en son sein. Elle veut fuir cette monstruosité. La liberté a un prix et elle coûte très cher. Jamais elle ne se rabaissera. Jamais elle ne se pliera à ces hommes, ces femmes. Jamais elle ne deviendra soumise. Qu’importe les coups pris dans la gueule, dans le corps. Ces bleus qui s’estompent avec le temps qui file à toute allure. Un an à s’acharner contre les uns et les autres. Un an à se débattre sans jamais réellement voir le jour. Adieu soleil. Adieu. Elle a songé plusieurs fois en à se donner la mort, mais comment pourrait-elle le faire ? Epiée, observée dans l’ombre. Prédateurs redoutables qui guettent ses faits et gestes. Proie parfaite. Esclave de sa propre vie. Rencontre hasardeuse qui l’a propulsée dans ce cauchemar sans nom. Un nom qui la hante sans arrêt. Un dragon qui ne cesse de la torturer psychologiquement. C’est son territoire. Son domaine. Son essence vitale. Il les domine tous par sa stature et ce frisson glacé qui la parcourt quand elle se retrouve face à face devant ses yeux injectés de perversité. Une vermine. Une enflure. Raclure. Véritable salopard. « Va te faire foutre ! » disent ses yeux, mais les mots se coincent à l’intérieur de sa gorge. Elle le dévisage, le défie avec mépris. Elle a perdu la première partie. Il lui reste malgré tout un peu de fierté et même si Tsadquiel cherche à la briser, Edelweiss se tient droite devant lui. Jamais tu n’auras ma peau ! Brise-moi ! Fais-moi mal ! Mais jamais tu ne m’auras ! Jamais. Menaces. Langue de vipère qui siffle tous ces mots pour la faire flancher, mais Edel est ce qu’elle est. Elle a connu la misère. Elle encaisse la douleur et malgré elle, elle en a besoin. C’est ce qui lui permet de se savoir véritablement vivante. Soupir. Long soupir plaintif. Elle finit à la hâte ce mégot de cigarette. Elle l’écrase avec violence.

Son calvaire n’a pas de fin. Il n’en aura jamais au final. Destin fatal. Elle s’est trouvée au mauvais endroit au mauvais moment. Une a fui et l’autre est là. Mais putain, c’était ta place, pas la mienne ! Elle repense à cette cicatrice sur sa jambe. Entêtement fougueux. Stupide instinct de survie. Ses yeux hargneux alors que l’autre fui. Elle a réussi. Aucun geste en retour, ni même un dernier regard. Elle refoule ses pensées. Elle les envoie balader au loin, se contentant de nettoyer cette cuisine.

Condamnée à entretenir cet endroit méprisable. Main dans sa poche caressant du bout des doigts l’objet de sa convoitise : un peu de répit dans ce monde de brute. La clef de la chambre personnelle de Caïm. Son échappatoire. Son odeur lui manque. Sa présence et sa voix aussi. Personne ne l’observe et elle en profite pour souiller le sol d’un crachat. Pas glamour, mais Edel n’est pas classe. Edel ne connait pas les bonnes manières. Edel s’en fout royalement. Elle emmerde cet endroit et elle emmerde Tsadquiel ! Elle range son matériel tout en se dirigeant vers les appartements de Caïm. Instinct de survie qui l’a forcée à accepter la demande de Caïm, malgré les menaces proférées par le directeur de ce lieu. Même pas peur ! Vantardise ! Et elle ne se cacherait pas de lui balancer dans la gueule après tout. Il l’effraie vraiment, mais ne tient pas à lui montrer la puanteur de ce sentiment.

Elle déambule dans les couloirs. Cette sensation d’être observée ne la quitte jamais. Ne la quittera plus jamais même. Elle arrive devant la porte. Sourire en coin alors qu’elle sort la clef de sa poche. Métal qui luit sous la faible lumière. Deux tours. Et au moment où elle referme la porte, ses yeux s’arrêtent sur ce visage familier. Le Dragon qui la dévisage de toute sa splendeur. Fascinante image. Douloureuse sensation. Frisson piquant comme la lame d’un couteau. Cri de surprise qui s’extirpe de sa gorge. Yeux hagards.

L’enfoiré est devant elle. Reste sur tes gardes s’était-elle dit pourtant. Elle a manqué de vigilance. Elle lit dans ses yeux qu’il sait. Il commence à comprendre peu à peu qu’elle n’a pas cru à ses menaces. Que du vent visiblement.

-Il y a un problème peut-être ?

Arrogante. Totalement inconsciente. Sûre d’elle. Après tout, que pouvait-il lui faire ? Visiblement, la dernière fois, il avait eu besoin d’un larbin pour s’occuper d’elle. Monsieur qui se croit supérieur aux autres semble incapable d’agir par lui-même, ni même capable de se salir les mains. Elle tente de refermer la porte, mais la présence de Tsadquiel l’en empêche. Mais dégage, merde !

-Ne voyez-vous pas que vous gênez ?

Poing sur la hanche pour éviter de lui coller directement sur sa gueule. L’envie la démange fortement, mais elle se retient. Alors elle s’éclipse, le laissant entrer. Après tout, cet endroit ne lui appartient pas. Il appartient à ce tortionnaire. Elle soupire assez fortement pour montrer son agacement. Le genre de soupir à annoncer clairement qu’on l’emmerde, mais qu’elle n’a pas le choix. Et par pure provocation, elle sort son paquet de cigarettes - paquet chipé je-ne-sais-où – et en sort une qu’elle plaque contre ses lèvres. Une fois le bâton de nicotine allumé, elle envoie la fumée en direction de cet être maudit. La tension est palpable de son côté. Cette sensation d’être prise comme un étau. Cette sensation d’étouffer dans cette atmosphère pesante. Putain, mais dégage ! Aucun son. Juste un regard pareil à celui d’une bête enragée. Un regard lourd de sous-entendus…
Revenir en haut Aller en bas
Tsadquiel (Kristian)
Tsadquiel (Kristian)
(Admin) Mesmerized
/!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel  Tumblr_pwscykYTBp1wkomkoo3_250

/!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel  191103122206669187
Identité : Kristian Zablieski
Âge et date de naissance : 58 ans, né le 12.02.1960
Date d'arrivée : 25.02.1991
Occupation à l'hôtel : Propriétaire du Mystic Swan
Côté cœur : Son ex-femme pour la mélancolie, Virginia pour la beauté, Chrysanthe pour être son jouet. Le réel amour, Tsadquiel ignore ce que c'est.

/!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel  QWU42sS

Valeur :
/!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel  JyvYkf118 / 1818 / 18/!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel  IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Avoir une chambre personnelle
Circuler librement à Elysium
Circuler librement au Limbo
Circuler librement au Pandemonium
Circuler librement au Purgatory

permanents
Avoir une Shade à son service
Participer aux soirées privées des Guardians

provisoires
Avoir une Swan pour la nuit
Avoir une Jewel pour la nuit

Messages : 399
Avantages : 730
Faceclaim : Mads Mikkelsen
Crédits : av. Horus / sign. anesidora / ico. vocivus
Multicompte(s) : Sao, Zagan, Orchid, Obsidian, Strelitzia & Merremia

 Sujet: Re: /!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel    posté le Lun 28 Oct 2019 - 3:24

Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras.
Ton châtiment doit être plus dur.
Les couloirs des dortoirs n'étaient pas des plus surveillés. Des rondes ci et là en journée, des planctons devant les portes principales uniquement de nuit. Autant dire qu'aller et venir n'était pas d'une grande difficulté. Si des caméras pouvaient reconnaître les petits curieux, c'était généralement quand ils prenaient les garnements sur le fait que les gardes agissaient. Laxisme latent que Tsadquiel attribué à la direction souvent bancale de son fils...

D'ailleurs, c'est vers sa porte qu'il entendit du bruit. Une porte ouverte. Curieux, souhaitant surtout trouver Caïm plus que jouer les voyeurs, le chef des Guardians s'aventura jusqu'à sa chambre. Quelle ne fut pas sa surprise quand apparut dans l'encadrement cette insolente traînée... Sa seule pensée lui donnait des envies de meurtre... C'était tombé sur elle, ça aurait pu tomber sur une autre. Mais son fils semblait avoir précisément jeté son dévolu sur la plus insupportable et impertinente des femmes. Ni élégance, ni prestance, ni considération pour la moindre chose. Le Mystic Swan était pour cette Shade une prison. Elle n'avait pas sa place en tant que favorite d'un Guardian. Un étron posé là, à côté de Caïm. Le propriétaire la tenait si peu en estime qu'il s'était refusé à s'occuper lui-même de son cas. D'ordinaire, il aime faire ces choses lui-même. Celle-ci... non merci.

Tsadquiel était habitué à détester les favorites de son rejeton. Mais cette fille là, c'était pire que les autres : elle n'avait rien pour elle hormis des yeux de biches à faire larmoyer devant son protecteur. De quoi lui faire regretter l'ancienne vedette, Wedelia. Elle était vulgaire, trop ambitieuse et avait cette attitude hautaine qui ne lui était jamais revenu. Et pourtant, Edelweiss parvenir à être en-dessous de cette Swan déchue !

Un pied dans l'embrasure de la porte : elle ne pouvait refermer la porte après son passage. Pour une raison inconnue, il la laissa entrer, s'imposant sans la dégager à coup de pied. Un mutisme qui ne s'expliquait pas. Comme si Tsadquiel se trouvait spectateur du ridicule de la Shade. Impassible, stoïque face au soupir exaspéré de la jeune femme et de sa cigarette au bec. La pauvrette n'avait vraiment rien pour elle. Tsadquiel se contenta d'arquer un sourcil.

D'un geste mesuré, il retira la cigarette des lèvres de la Shade et posa le bout incandescent de ce dernier un bref instant sur la poitrine juvénile de cette dernière. Assez pour la piquer d'une brûlure légère, restant alerte pour endiguer la moindre tentative de violence de la part de la Shade en guise de riposte. Après quoi, il laissa la cigarette tomber au sol et l'écrasa sur le plancher. "Alors comme ça, tu t'amuses à voler des clés ? Rares sont les doubles des chambres. Mais après tout, tu es sa servante à présent. Alors pourquoi pas... Tu ferais mieux de ramasser ce mégot et ses cendres avant son retour. Il n'est pas d'un naturel maniaque, mais si même dans une seule chambre tu n'es pas capable de faire ton travail, il risquerait de se rendre compte que tu es une incapable notoire, lança-t-il sur un ton plat. Et je vais récupérer ton briquet. Tu as beau être limitée intellectuellement, tu dois comprendre que ce n'est pas le genre d'objet qu'une Shade indigne de confiance peut porter sur elle. Nous laissons ce privilège à ceux qui on fait leurs preuves. Ce qui n'est pas ton cas, Edelweiss." La voix de Tsadquiel était presque trop paisible pour ne pas être inquiétante. Un calme avant la tempête ? Ou le simple froid de son indifférence ?

_________________
Fire away something calls on the edge of it all. Face the fire, let it come on the edge of it all. Hold your breath, feel it coming.
Revenir en haut Aller en bas
Edelweiss (Emery)
Edelweiss (Emery)
Insurgent
Identité : Edelweiss
Âge et date de naissance : 27 Ans
Date d'arrivée : 2018
Occupation à l'hôtel : Shade personnelle de Caïm
Côté cœur : Son cœur balance. Femme fatale envoûtante, intrigante. Un tortionnaire aussi effrayant que Lucifer lui-même. Caïm qui lui promet sécurité. Sentiments dévastateurs qui s'opposent dans cette dualité. Que faire ? Succomber en toute innocence ?

Valeur :
/!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel  JyvYkf10 / 180 / 18/!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel  IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Circuler librement au Pandemonium

Messages : 57
Avantages : 128
Faceclaim : Anna Speckhart
Crédits : listal.com
Multicompte(s) : Aucun

Récompenses :
/!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel  RKjjpMI /!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel  QzL2iIS

 Sujet: Re: /!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel    posté le Lun 28 Oct 2019 - 11:33

Epouvantable. Cet homme lui faisait froid dans le dos. Elle faisait sa maligne, essayant de le défier un peu trop longuement dans les yeux, mais cet homme, cet abominable monstre, lui glaçait l’échine. Elle se débattait avec ses pulsions bestiales, entre lui sauter à la gorge, le mettre à terre et celles de fuir, car l’instinct de survie était primaire. Mais elle resterait là, après tout, elle n’avait commis aucun crime. Et même s’il s’évertuait à la briser, à la malmener, elle était prête. De toute façon, elle n’avait d’autre choix. Elle était prisonnière dans cette prison de verre, et même si elle avait trouvé en la protection de Caïm une échappatoire, elle n’était pas idiote. Il serait toujours là dans l’ombre, toujours là à lui rappeler où était sa place. Elle avait creusé sa tombe en franchissant les portes de cette terre désolée, mais était-ce de son plein gré ? Devait-elle lui rappeler qu’elle s’était débattue et qu’elle avait récolté une balle dans la jambe ? Il approcha tel un prédateur alors que la belle était acculée contre ce qui semblait être un buffet. Elle le toisa tout en déglutissant en silence. Se forçant à ne pas baisser les yeux. Dans la rue, elle avait eu l’habitude de tenir tête aux plus forts et elle n’avait jamais montré ses faiblesses. Jamais. Surtout pas en sa présence. Elle devait reconnaître qu’il avait un magnétisme, déroutant et déstabilisant. Il avait un charisme qui surpassait tous ceux qu’elle avait rencontrés. Une stature imposante et son regard… Dieu que son regard faisait flipper. Voix inflexible, ton sec et froid. Une voix sortie d’outre-tombe. Il représentait son pire cauchemar. Il était à bonne hauteur pour qu’elle puisse lui cracher au visage, mais n’était pas aussi stupide, car elle tenait à la vie. D’un geste vif, il lui arracha sa clope et sans même qu’elle ne puisse esquiver, il venait de lui planter le bout fumant et brûlant contre sa peu dévêtue.

Un cri pareil à celui d’une bête blessée s’extirpa entre ses lèvres. Elle le regarda avec effroi, bouche bée. Putain, mais c’est quoi ton problème ?! Aucun son ne parvint à sortir tant son corps était tétanisé. Elle l’observa dans un regard mauvais, sombre et pourtant, ses yeux étaient bien plus étincelants d’ordinaire. Bleu limpide et prononcé qui la rendait belle et ce serait mentir que de dire qu’elle ne l’était pas. Elle dégageait une innocence dans ce visage presque juvénile, et pourtant, il fallait toujours se méfier de l’eau qui dort. Elle était explosive et impulsive. Edel était l’incarnation même du fantasme, non pas qu’elle possédait des atouts de charme à la manière d’une femme fatale, mais elle était inaccessible et c’est ce qui rendait le challenge bien plus intéressant pour ceux qui voulaient la conquérir. Caïm avait été de ceux qui avaient été touché par cette brunette incendiaire. Elle n’avait pas accepté sa proposition par amour, mais elle s’était résignée à se battre. C’était la meilleure solution afin qu’on lui foute la paix. Mais son cœur ne battait pas pour lui, bien qu’elle reconnaissait volontiers ressentir quelque chose, mais ce n’était pas aussi puissant que ce qu’elle pouvait ressentir à l’égard d’Adonis. Pourtant, elle avait toutes les raisons de le haïr, c’était lui qui l’avait enlevée. Elle était tombée bien bas, mais elle ne pouvait pas lutter contre ses sentiments naissants. Elle devait juste vivre avec eux. Elle avait récolté son lot de consolation en la compagnie de Caïm.

Elle chassa ses pensées tout en se concentrant de nouveau sur Tsadquiel. Elle le haïssait et ce n’était pas assez fort. Il était odieux. Sadique. Un sombre connard. Si seulement, elle pouvait lui faire la peau ! Si seulement elle était de taille à l’affronter. Ses entrailles grognaient, ses mains se crispaient contre ses paumes. Ses ongles s’enfoncèrent contre sa chair tendre. Elle soupira profondément. Après tout, ici, elle était mal vue et elle le savait. Elle insupportait tout le monde. Ne pouvait-il pas se contenter de se dégoter un autre souffre-douleur, non ? Après tout, il y avait des nanas prêtes à tout pour se faire torturer par lui. Des maso ça devait bien exister dans cet endroit pourri ! Elle lui laissa finir son monologue, relâchant la pression de son corps. Décidément, cet homme avait une dent contre elle, mais pourquoi ?! Pourtant, avant de lui exposer sa manière de penser, elle ramassa le mégot dans un mouchoir tout en veillant à ramasser les cendres. Docile, mais pas trop toutefois. Elle jeta l’ensemble dans la corbeille prévue à cet effet.

-Vous devriez péter un bon coup, Tsadquiel ! Vous risquez de vous créer un ulcère ou bien un anévrisme. Vous avez l’âge pour ça, non ?


Sourire ironique tandis qu’elle le dévisagea sans méchanceté aucune pourtant.

-Revoyez votre changement, car je ne suis en rien une voleuse. Il a du bien apprécier mon corps, que sais-je ? C’est donc ça qui vous dérange ? C’est ça qui fait que vous ne pouvez pas me voir ?

Elle s’interrompit, feignant de réfléchir. Elle n’avait pas sa langue dans sa poche et qu’importe la finalité des choses. Si elle devait finir au Purgatory, elle irait sans broncher.

-Vraiment Tsadquiel ? Si j’avais voulu brûler cet endroit, je l’aurais fait depuis ma venue ici. Pourtant, ce n’est pas l’envie qui me manque. Vous m’avez déjà ôté la liberté, vous n’allez pas me priver d’un cancer, non plus ?

Elle n’était pas méfiante du tout. Elle connaissait les règles. Elle savait que si elle allait trop loin, ce n’était pas qu’un bon remontage de bretelles qu’elle récoltera.

-Et puis vous savez quoi ? Allez vous faire foutre ! J’ai rien demandé moi ! Pourquoi ne pas aller trouver Adonis et lui rappeler qu’il aurait dû me loger cette balle en plein dans la tête ? Au moins, ça vous aurait épargné une épine dans le pied !

Elle n’avait pas été trop virulente, moins que ce qu’elle avait souhaité. Défi dans le regard quand elle s’approcha un peu plus près de lui. Gardant une distance raisonnable toutefois, car elle ne tenait pas à lui donner l’illusion qu’elle acceptait de lui bouffer dans la main.

-J’aurais pu vous proposer de faire le sale boulot, mais visiblement vous n’avez pas les couilles pour le faire. Il est où votre larbin d’ailleurs ?

Elle se souvient de cet épisode où il avait fait appel à l’un des gardes car il était bien trop couilles molles pour oser s’en prendre directement à elle. Son corps tira la sonnette d’alarme, peut-être avait-elle fini par se laisser envahir par la haine. Poison qui ne cessait de faire grandir cette hargne qu’elle essayait de retenir, mais parfois, il ne suffisait qu’une petite goutte pour faire déborder le vase…


Revenir en haut Aller en bas
Tsadquiel (Kristian)
Tsadquiel (Kristian)
(Admin) Mesmerized
/!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel  Tumblr_pwscykYTBp1wkomkoo3_250

/!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel  191103122206669187
Identité : Kristian Zablieski
Âge et date de naissance : 58 ans, né le 12.02.1960
Date d'arrivée : 25.02.1991
Occupation à l'hôtel : Propriétaire du Mystic Swan
Côté cœur : Son ex-femme pour la mélancolie, Virginia pour la beauté, Chrysanthe pour être son jouet. Le réel amour, Tsadquiel ignore ce que c'est.

/!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel  QWU42sS

Valeur :
/!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel  JyvYkf118 / 1818 / 18/!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel  IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Avoir une chambre personnelle
Circuler librement à Elysium
Circuler librement au Limbo
Circuler librement au Pandemonium
Circuler librement au Purgatory

permanents
Avoir une Shade à son service
Participer aux soirées privées des Guardians

provisoires
Avoir une Swan pour la nuit
Avoir une Jewel pour la nuit

Messages : 399
Avantages : 730
Faceclaim : Mads Mikkelsen
Crédits : av. Horus / sign. anesidora / ico. vocivus
Multicompte(s) : Sao, Zagan, Orchid, Obsidian, Strelitzia & Merremia

 Sujet: Re: /!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel    posté le Ven 1 Nov 2019 - 19:37

Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras.
Ton châtiment doit être plus dur.
Un dédain négligé. Tsadquiel ne voyait en cette Shade qu'un déchet que Caïm aimait lui agiter sous le nez ; une simple provocation. Le jour où il trouverait une fille encore plus détestable aux yeux de son père, Caïm l'abandonnera. En moins de temps qu'il ne faut pour s'habituer à une personne.

Le chef des Guardians connaissaient les filles de ce genre. Bien que celle-ci ait fait montre d'une capacité de survie que les autres n'ont su développer assez vite avant l'inéluctable, il fallait le reconnaître. De quoi la rendre plus coriace que les autres mais loin de mériter la moindre médaille. La férocité qui se dégageait de cette tête effrontée ne retirait à Tsadquiel qu'un grincement de dents. Ce serait tellement plus simple de la balancer au fond d'un cachot et de mettre une jolie croix blanche sur sa porte... Elle avait énervé tant de Guardians et de Guests que son corps serait morcelé avant même qu'on n'ait le temps de venir lui tirer une balle entre les deux yeux !

Une perte qui ferait bien trop défaut à Tsadquiel... son fils avait beau passer pour un poussin quand il se trouvait à côté du patriarche, il restait le directeur de ces lieux et ralliait peu à peu les troupes sous son étendard. Cycle fatal et cependant provoqué par Tsadquiel lui-même. C'était ce qu'il attendait de Caïm : qu'il reprenne les rennes. D'abord de l'hôtel, puis du clan. Ce qui tardait à se faire, ce que Tsad voulait tarder à voir arriver... Non pas par envie de garder le contrôle, mais parce qu'il restait persuadé que son fils n'était pas prêt. Edelweiss en était la preuve vivante : s'afficher avec une telle teigne, exécrable, mal-élevée et sans considération pour rien d'autre hormis sa propre personne... Que penseraient les Guardians à voir leur leader affublé d'une rebelle qui se fout ouvertement de leur gueule ?

Avec un peu de chance, Tsadquiel pourrait voir la Shade disparaître sans y être pour quoi que ce soit, aimait-il penser. Et encore... Caïm l'accuserait d'avoir manigancer ceci. De quoi ajouter à l'exaspération du propriétaire des lieux qui, malgré lui, devrait dans tous les cas, s'assurer qu'elle reste en vie.

Les insultes de la Shades n'atteignaient pas le chef des Guardians qui se gardait bien de chercher à les commenter. Aussi vides et insipides que leur hôte, ces paroles ne trouvaient aucun écho dans l'esprit de Tsadquiel. Il cilla pourtant à l'évocation de cette balle qu'Adonis a manqué. Forcément un fait exprès, il était trop bon tireur pour rater une cible. La pauvrette dépassée par sa situation s'était approchée. Une portée suffisante pour que Tsadquiel n'ait qu'à lever le coude pour la saisir par la gorge tout en serrant avec insistance pour la faire décoller de quelques centimètres.

Le bout de ses pieds touchait encore le sol, évitant à Tsad d'avoir à forcer pour la soulever toute entière. "Trop de choses te dépassent pour comprendre comment fonctionnent les choses et même le monde, semblerait-il. Tu es pathétique. Tu ne te rends même pas compte du comment du pourquoi de tout ceci et je dois t'avouer que cela est presque... amusant", lança-t-il en la relâchant violemment pour la déséquilibrer. "Veux-tu que j'appelle mes larbins ? Je suis certains qu'ils aimeraient être seuls à seuls, avec toi. Juste... pour la curiosité." Dit-il en la toisant d'un regard qui se faisait de plus en plus malicieux.

_________________
Fire away something calls on the edge of it all. Face the fire, let it come on the edge of it all. Hold your breath, feel it coming.
Revenir en haut Aller en bas
Edelweiss (Emery)
Edelweiss (Emery)
Insurgent
Identité : Edelweiss
Âge et date de naissance : 27 Ans
Date d'arrivée : 2018
Occupation à l'hôtel : Shade personnelle de Caïm
Côté cœur : Son cœur balance. Femme fatale envoûtante, intrigante. Un tortionnaire aussi effrayant que Lucifer lui-même. Caïm qui lui promet sécurité. Sentiments dévastateurs qui s'opposent dans cette dualité. Que faire ? Succomber en toute innocence ?

Valeur :
/!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel  JyvYkf10 / 180 / 18/!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel  IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Circuler librement au Pandemonium

Messages : 57
Avantages : 128
Faceclaim : Anna Speckhart
Crédits : listal.com
Multicompte(s) : Aucun

Récompenses :
/!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel  RKjjpMI /!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel  QzL2iIS

 Sujet: Re: /!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel    posté le Ven 1 Nov 2019 - 23:31

Comment peut-elle s'appliquer à respecter cet endroit de malheur ? Elle qui n'a jamais vraiment suivi l'étiquette, ni même les codes de bonne conduite. Enfermée dans cette prison de verre, elle agonise. Elle a beau se retenir. Elle tente de bien faire, mais elle n'y arrive pas. Elle se force à aimer ce lieu, mais non, elle ne peut pas l'aimer, c'est impossible. Elle tend la main au premier con venu et voilà, qu'on lui propose protection, mais la protection a un prix. Le prix est plus fort que la liberté elle-même. Tristesse qui se répand sur ses joues une fois qu'elle se retrouve seule. Sauve-moi, hurle la petite fille tapie dans sa mémoire. Libère-moi de cette folie. Ce monde n'est plus le mien. Ce monde ne m'appartient pas. Si seulement il n'y avait pas eu cette soirée, jamais elle n'aurait croisé la route de ce pervers. Bien qu'il n'ait jamais tenté quoi que ce soit, elle sait qu'il pue la débauche. Comment un être sensé, un être bien dans ses baskets peut créer un tel endroit ? Et puis, ces riches connards qui profitent de ces... Le pire, ce sont ces filles qui roucoulent, qui ronronnent sous les doigts de ces fortunés. Satan entouré de ses Apôtres. Cène reproduite à la perfection, dans les flammes de cet enfer.

La tension est palpable entre eux. Il y a de l'électricité dans l'air et c'était peu de le dire. Elle, égale à elle-même, rebelle et entêtée et lui, impassible face à ses menaces grotesques. Il avait vu clair dans son jeu et il ne voulait pas se rabaisser à son petit jeu. Edel l'avait bien compris également, mais c'était exactement ça qui la faisait sortir de ses gonds. Il n'avait aucune réaction si ce n'est à l'évocation du geste d'Adonis. Erreur fatale. Il aurait du l'abattre comme un vulgaire lapin. Laisser sa dépouille agonisant sur le bitume glacé. Il aurait du. Il aurait du également faire naître ce sentiment d'amertume dans son cœur et pourtant, c'était bien quelque chose d'indéfinissable qui venait de prendre vie. L'amour destructeur. Il allait la tuer à petit feu, car cet amour était impossible. Elle n'avait aucune raison d'y croire, ni même de se bercer de fausses illusions. Ce n'était pas le genre de la maison. Et puis comment pouvait-elle penser à ça alors que la bête l'affrontait ? Elle ne s'attendait pas à ce coup bas de la part de cet enfoiré de première ! Il avait été agile et rapide, un peu comme Chipeur qui vole les trucs de Dora. C'est prévisible, mais elle n'a pas fait attention. Elle n'est pas restée assez sur ses gardes. Elle aurait du le faire. C'est ça quand on se sent invincible. Elle se sent simplement au-dessus des lois.

Elle étouffe sous l'emprise de Tsadquiel. Pourtant sa main ne se fait pas violence sur son fragile cou. Il cherche juste à attirer son attention. Elle contemple ses yeux, des yeux effroyables, des yeux qui ne cessent de la regarder comme si elle était un vulgaire insecte qu'on doit exterminer. Des yeux emprunts à une certaine violence. Des yeux pénétrants. Des yeux qu'elle n'oubliera pas de sitôt. Instinctivement ses doigts s'enfoncent dans la chair de ce connard. Elle tente de lui faire lâcher prise, mais c'est comme s'il ne sentait même plus le goût de la douleur. Il n'a plus d'âme, comment peut-il avoir mal ? Elle aimerait rire face à cette pensée, mais elle ne peut guère le faire. Le souffle lui manque. Son cerveau a besoin d'oxygène et elle sent son sang bouillir à ses tempes.

BOUM BOUM BOUM BOUM

Elle a arrêté de compter au moment où la voix du Maître résonne dans la chambre. Ses oreilles s'ouvrent en grand alors qu'elle tente de raisonner son cœur, le forçant à retrouver son calme. Ses yeux presque exorbités de peur semblent vouloir sortir de leur orbite. Sa voix tenace, stricte. Elle est semblable à cet être froid et impénétrable. Les voies du Seigneur sont impénétrables, mais lui il surpasse tout ! Difficile de lire ce qu'il pense réellement, mais Edel imagine très bien le mépris qu'il lui offre. C'est plus que du mépris à ce rythme-là. Pourtant Edel n'avait même pas cherché à jouer les faux-cul, elle était restée sincère. Et si elle ne convenait pas, pourquoi l'emmener ici même ? Pourquoi l'épargner alors qu'elle n'était pas du tout à l'image du Majestic Swan ? Elle écoutait malgré tout Tsadquiel, ne cherchant même plus à se libérer de son emprise. Il cherchait à la blesser, lui montrer à quel point, il ne lui trouvait aucun intérêt. Peut-être reprochait-il à son fils de s'être laissé envoûter par son joli minois. Elle n'avait pas cherché à séduire Caïm, loin de là, mais il s'était montré protecteur envers elle. Elle lui était reconnaissante et malgré tout, elle tenait à la vie. Fous-lui un bon coup dans les burnes ! Vas-y, tape vite et fort ! Brise-lui ses putains de couilles de merde ! Mais Edel n'avait simplement la force que de rester sur la pointe des pieds pour espérer garder l'équilibre. légère comme une plume, il aurait pu pousser le vice un peu loin pour la maintenir au-dessus du sol sans même forcer.

Il la relâcha avec force et Edel perdit l'équilibre. A terre. Ses maigres jambes pareilles à du coton n'avaient pas réussi à la maintenir debout et elle venait donc de s'étaler sur le sol. Pestant entre ses dents. Le regardant à peine alors qu'elle se releva. Elle remit de l'ordre dans ses vêtements et quand Tsadquiel lui proposa de faire intervenir ses larbins, Edel le dévisagea avec haine. Elle ravala ses sanglots car mine de rien, cet homme venait de toucher le point sensible, bien qu'elle mettait ça sur le compte du fait qu'il l'avait maintenue avec force. Elle massa son cou endolori.

-C'est vous qui êtes pathétique, Tsadquiel ! Vous savez pourquoi ? Vous êtes qu'une sombre merde. Vous vous sentez si puissant, mais je sais que vous n'avez rien dans le froc. Alors pour combler VOTRE IMPUISSANCE, vous vous acharnez sur ceux qui n'en ont rien à foutre de votre putain d'hôtel ! Oh oui, c'est bien ça, hein ? Petites couilles si molles que vous ne savez même pas comment vous en servir.

Elle était dans la merde et un peu plus ou un peu moins, pour ce que ça allait changer. Elle n'était plus à un faux-pas de près !

-Comme si vous aviez besoin de mon approbation pour faire appel à ces chiens !

Un rire sardonique sort de cette insolente bouche. Yeux injectés d'animosité. Elle sait ce qu'elle encourt. Le risque est énorme, mais elle s'en fout royalement. Elle tend ses mains comme si elles étaient menottées face à Tsadquiel.

-Allez-y, je sais que vous mourez d'envie de les voir s'en prendre à moi. Je le vois bien dans vos yeux lubriques.

Elle ne riait plus. Visage fermé. Yeux qui ne cillaient plus. Elle était fin prête à recevoir son châtiment et puis, quand bien même elle finirait dans la cage aux lions, elle s'était promis que jamais ce monstre n’aura sa peau. Qu'importe les sévices infligés sur son corps, elle sait qu'elle en sortira bien plus forte. Ce qui ne tue pas, rend plus fort, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Tsadquiel (Kristian)
Tsadquiel (Kristian)
(Admin) Mesmerized
/!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel  Tumblr_pwscykYTBp1wkomkoo3_250

/!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel  191103122206669187
Identité : Kristian Zablieski
Âge et date de naissance : 58 ans, né le 12.02.1960
Date d'arrivée : 25.02.1991
Occupation à l'hôtel : Propriétaire du Mystic Swan
Côté cœur : Son ex-femme pour la mélancolie, Virginia pour la beauté, Chrysanthe pour être son jouet. Le réel amour, Tsadquiel ignore ce que c'est.

/!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel  QWU42sS

Valeur :
/!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel  JyvYkf118 / 1818 / 18/!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel  IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Avoir une chambre personnelle
Circuler librement à Elysium
Circuler librement au Limbo
Circuler librement au Pandemonium
Circuler librement au Purgatory

permanents
Avoir une Shade à son service
Participer aux soirées privées des Guardians

provisoires
Avoir une Swan pour la nuit
Avoir une Jewel pour la nuit

Messages : 399
Avantages : 730
Faceclaim : Mads Mikkelsen
Crédits : av. Horus / sign. anesidora / ico. vocivus
Multicompte(s) : Sao, Zagan, Orchid, Obsidian, Strelitzia & Merremia

 Sujet: Re: /!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel    posté le Mar 5 Nov 2019 - 1:44

Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras.
Ton châtiment doit être plus dur.
Encore de la provocation, des échelles atteignant des hauteurs où il n'y avait plus de marches pour la souvenir. Tout ce qu'il avait en tête c'était la faire passer par la fenêtre dans un élan qu'elle aurait cherché. Au stade de ses mots, même Caïm aurait eu la même idée... Il pouvait accepter bien des écarts mais même pour provoquer son père, le directeur ne laisserait pas passer ce genre d'agissements.

La colère, l'idée d'être désarmée et au bord du précipice. Voilà tout ce qui, aux yeux de Tsadquiel, pouvait justifier les inepties superficielles de la gamine. Répéter ses mots, le traiter d'impuissant et toutes ces bassesses n'atteignaient guère le chef des Guardians qui était bien au-dessus de ces insultes puériles. Il la laissa déblatérer et vint à la traiter comme l'enfant qu'elle était visiblement encore. Le propriétaire la tira par l'oreille. Une bonne prise, assez pour que si elle ne donne pas un peu du sien, elle se l'arrache.

Il ouvrit la porte, vit Abalam s'approcher et s'interroger tout en regardant d'un air blasé Edelweiss. Il la saisit par le bras, en signe à son patron qu'il prenait le relais. L'hystérie la Shade avait signé la fin de tout intérêt que Tsadquiel aurait été prêt à lui témoigner s'il s'était décidé à la traiter d'un œil objectif dénué de la mauvaise fois et l'esprit de contradiction qu'il cultivait envers les choix de son rejeton. "Suis-moi", dit-il à son garde du corps qui s'occupait de maintenir la Shade entre ses mains.

Les Guardians marchèrent jusqu'au chenil où Tsadquiel frappa sur quelques cages pour faire s'exciter les molosses énervés. Un sourire se dessina sur ses lèvres. C'était ça ! Edelweiss n'était qu'un cleps qui aboyait trop et sans raison. Au Mystic Swan, ces chiens, on les dressait. Tsadquiel stoppa son sbire d'un signe de main et alla fouiller plus loin dans un étal. Il en sortit une chaîne en métal au collier à piques étrangleur. De ceux que l'on utilise pour les chiens dangereux aux muscles ignorant l'emprise d'une laisse classique. Quand il revint vers la Shade, Abalam prit soin de la maintenir de façon à ce que Tsadquiel l'équipe. "Cela t'apprendra à aboyer pour un rien", se contenta-t-il simplement de dire en l'harnachant. Ensuite, il tira d'un coup sec sur la laisse pour la traîner jusqu'à l'une des cages. "Entre là-dedans", ordonna-t-il d'une voix tout à fait calme mais autoritaire. Une petite cage, assez grande pour qu'elle tienne accroupie mais trop petite pour qu'elle s'allonge. Une posture souvent utilisée comme moyen de torture au Moyen-Âge. Fascinant !

_________________
Fire away something calls on the edge of it all. Face the fire, let it come on the edge of it all. Hold your breath, feel it coming.
Revenir en haut Aller en bas
Edelweiss (Emery)
Edelweiss (Emery)
Insurgent
Identité : Edelweiss
Âge et date de naissance : 27 Ans
Date d'arrivée : 2018
Occupation à l'hôtel : Shade personnelle de Caïm
Côté cœur : Son cœur balance. Femme fatale envoûtante, intrigante. Un tortionnaire aussi effrayant que Lucifer lui-même. Caïm qui lui promet sécurité. Sentiments dévastateurs qui s'opposent dans cette dualité. Que faire ? Succomber en toute innocence ?

Valeur :
/!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel  JyvYkf10 / 180 / 18/!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel  IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Circuler librement au Pandemonium

Messages : 57
Avantages : 128
Faceclaim : Anna Speckhart
Crédits : listal.com
Multicompte(s) : Aucun

Récompenses :
/!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel  RKjjpMI /!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel  QzL2iIS

 Sujet: Re: /!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel    posté le Jeu 14 Nov 2019 - 19:51

L'enfer s'ouvrait sous ses pieds. Elle était déchaînée et elle avait compris à quel point elle avait été stupide. Pauvre conne, s'était-elle mise à penser après avoir déversé sa haine verbale. Ses mots dépassaient tout entendement. Elle regrettait aussitôt et avait vu dans le regard de Tsadquiel que trop, c'était trop ! Elle déglutit en silence tout en le regardant, bien que cette fois, il n'était plus question de défiance. Elle ravala sa bile. La peur, c'est ce sentiment qui tétanise et à cet instant, elle l'avait senti si forte. Elle n'avait jamais eu peur, disons qu'elle arrivait à dominer ses peurs et se sentait invincible ! Mais là, alors qu'elle plongea dans son regard de marbre, elle perdit pied. Ses jambes flageolantes semblaient vouloir se dérober sous elle. C'est comme si elles n'arrivaient plus à porter son faible poids. Elle ne s'était jamais senti aussi misérable que maintenant. Jamais elle n'avait été réprimandée de la sorte, ni même n'avait été punie parce qu'elle n'avait pas fait sa chambre. L'autorité pouvait se foutre le doigt dans le nez et elle pouvait même se faire enculer si ça lui chantait, mais Tsadquiel, n'était pas du genre à perdre son temps. Parait que le temps c'est de l'argent et il avait autre chose à faire que de se faire chier avec cette insolente. Après tout, elle méritait simplement de finir avec une balle dans la tête. Après tout, personne ne se souciait d'elle. Elle avait été livrée à elle-même. Elle n'avait personne à qui se confier, ni même l'espoir d'être un jour libre. A quoi bon ? Plus elle nourrissait des espoirs, plus on l'étouffait.

Elle avait eu envie de se rouler par terre, de se mettre en PLS afin de pouvoir faire en sorte que cet épisode soit loin derrière elle, mais Tsadquiel n'allait rien oublier. Puiss, pourquoi la blâmait-il alors qu'elle avait pris la place d'une autre ? S'excuser, c'était la meilleure chose à faire, mais comment devait-elle s'y prendre ? Elle n'avait jamais été bonne à ce jeu et puis, elle était consciente que ses mots manqueraient de sincérité. Il était loin d'être con, il était même cruellement intelligent. Edel ne lui arrivait pas aux chevilles et personne ici même. La jeune rebelle avait eu des positions arrêtées sur ce qu'elle pensait des gens ici, mais jamais personne ne pouvait égaler Tsadquiel. S'il avait été son père, elle n'aurait pas fait la maligne bien longtemps. Pour sûr qu'elle se serait pliée aux règles et d'ailleurs, elle aurait tout fait pour qu'il soit fier d'elle, mais voilà, il n'était pas son père. Peut-être qu'elle pourrait faire un effort, peut-être que si elle rongeait son frein et qu'elle se montre un peu plus agréable et reconnaissante par le fait qu'elle ne vivait plus dans la rue, peut-être qu'il pourrait essayer de l'apprécier. Mais Edel ne tenait pas à devenir une autre personne. Edel était franche. Elle n'était pas du genre à jouer les hypocrites, ni même à lécher le cul des plus puissants pour se faire bien voir. Jamais !

Pourtant, même s'il ne représentait rien pour elle, il s'était mis à lui tirer l'oreille comme il l'aurait fait à un sale mioche ! Elle avait eu mal sur le moment et elle avait même gémit sur le moment. Elle aurait pu l'insulter, mais contrairement à ses habitudes, elle n'en fit rien. Elle avait été tellement surprise par ce geste qu'elle ravala aussitôt ce flot d'insultes. Une larme roula sur sa joue sans qu'elle ne puisse la retenir. A contre cœur, elle devait le suivre sous peine de perdre son membre. Elle ne chercha pas à se débattre ni même à lui faire une sale crasse, car ce serait signer son arrêt de mort. La porte s'ouvre et elle remarque un Guardian qui empoigne avec force Edel. Elle ne dit rien, se contentant de grogner alors qu'ils marchent tous dans un silence pesant. le cœur de la belle qui palpite de plus belle. Elle est effrayée, mais il est trop tard pour se morfondre sur son sort. Après tout, elle a mal agit et voilà ce qui arrive quand on est trop bornés, on se brûle les ailes !

Le chenil. Ces molosses qui s'agitaient quand Tsadquiel frappa les quelques cages pour faire exciter les clebs ! Non, il n'allait quand même pas la mettre dans une de ces cages ? Il n'allait quand même pas faire ça ? Pitié, eut-elle envie de hurler. Tsadquiel était-il du genre à avoir pitié ? Savait-il non seulement ce qu'était la pitié ? Son sang se figea dans ses veines et il lui semblait même que son palpitant avait manqué quelques battements. Ses oreilles chauffaient et ses lèvres se mirent à trembler. le tortionnaire s'éclipse sans raison après avoir stoppé son chien. Edel tente de se libérer de l'emprise du garde, mais celui-ci ne lâche pas prise.

Le Guardian revient dans son champ de vision avec une laisse et un collier. Elle déglutit, sentant une boule se former au niveau de sa gorge. La nausée qui la tiraille alors que l'autre l'enserre entre ses griffes. Ses yeux se ferment alors que le monstre l'équipe du collier. Ses mots assassins qu'elle accueille sans ciller. Elle prend une grande inspiration tout en sentant la pression au niveau de son cou et n'a guère d'autre choix que d'avancer. Elle titube sous l'effet de surprise et surtout, par l'idée de passer la nuit dans cette cage à lapin. Elle regarde l'air grave la cage tout en faisant non de la tête. Elle ne veut pas y aller, et si elle n’obéit pas, il risquerait de s'énerver encore plus. Elle avance tout en évitant le regard de ce tordu. Elle le déteste du plus profond de son âme. Et si Caïm devenait comme lui ? Et si... Elle se raisonna et obéit pour la première fois face à Tsadquiel. Elle s'accroupit comme elle pu pour se mouvoir dans cette cage. Refusant obstinément à lui tenir tête. Elle refoula ses larmes toutefois, s'efforçant de ne pas lui montrer comment il la rendait si mal. Monstre ! Soit maudit. Elle garda ces mots scellés entre ses lèvres. Voilà à quoi elle était réduite. Le karma est une putain de pute. C'est pas comme si elle ne l'avait pas cherché aussi...

-Vous êtes content ?!

Elle avait perdu ce sourire narquois au coin du bec, elle avait même perdu son goût à la rébellion. C'est comme si elle avait perdu toute saveur. Elle était fade et se sentait terriblement seule et mal.
Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
/!\+18 Tu ne crains pas la mort, tu lui ouvres les bras. Ton châtiment doit être plus dur. - PV Tsadquiel
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Mystic Swan :: Mystic Swan :: Pandemonium :: Dortoirs :: Guardians :: Chambre #5
+
Sauter vers: