RechercherRechercher  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Soutenez MS !
Un petit mot sur Bazzart, PRD et quelques votes ♥️
Mystic Swan recherche
L'hôtel a besoin de Jewels pouvant servir de nouveaux Guests, et des Guardians.
Nous invitons les potentiels nouveaux à privilégier les scénarios !
Event #7 ~ A Generous Offer
Serez-vous l'heureux gagnant de la vente aux enchères ? A vous de décider...
Partagez
Mystic Swan :: Mystic Swan :: Limbo :: Centre sportif
Aller en bas 

 I like my women how I like my glasses. Sitting on my face (Ft. Lilith)

Eisheth (Casey)
Eisheth (Casey)
New soul
I like my women how I like my glasses. Sitting on my face (Ft. Lilith) 0rEoJ

It may be between your legs, but it belongs to me. Understand?
Identité : Casey Little
Âge et date de naissance : 32 ans + 21 février 1987
Date d'arrivée : Fin juin 2019
Occupation à l'hôtel : S'occupe de protéger l'intimité/anonymat des Guests & employés de l'hôtel
Côté cœur : Trop de jolies filles... Amaryllis lui fait tourner la tête mais Lilith agite son cœur.

I like my women how I like my glasses. Sitting on my face (Ft. Lilith) ObqKD

Valeur :
I like my women how I like my glasses. Sitting on my face (Ft. Lilith) JyvYkf112 / 1812 / 18I like my women how I like my glasses. Sitting on my face (Ft. Lilith) IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Avoir une chambre personnelle
Circuler librement à Elysium
Circuler librement au Limbo
Circuler librement au Pandemonium
Circuler librement au Purgatory

Messages : 394
Avantages : 84
Faceclaim : Ellen Page
Crédits : Lux Aeterna + Vanka
Multicompte(s) : Jabbah, Freesia, River, Magnolia, Giauzar & Bauhinia

Récompenses :
I like my women how I like my glasses. Sitting on my face (Ft. Lilith) RKjjpMI

 Sujet: I like my women how I like my glasses. Sitting on my face (Ft. Lilith)   posté le Mer 13 Nov 2019 - 13:26

I like my women...
Je me demandais bien comment j’avais réussi à faire mon sport toute seule sans trouver ça ennuyant pendant tous ces mois : maintenant que j’avais Lilith avec moi, je m’imaginai même pas suer sans elle. Je pense tout simplement, que d’une manière plus générale, je m’imaginai plus trop vivre sans elle. En pensant à ça, je lui souris bêtement lorsque je l’aperçus derrière le sac de frappe qu’elle venait de cogner. J’avais mon sac en face de moi et je commençai sérieusement à fatiguer : on avait pas chômé ce matin. On avait d’abord passé une heure et demi à courir dans l’enceinte de l’hôtel avant de faire un peu de rameur et de terminer par ça, un peu de sac de sable.

« Pause, y va être midi en plus, j’en peux plus ! » dis-je en donnant un dernier coup sur le sac avant de venir m’allonger sur le banc le plus proche. Je retirai mes gants en douceur tout en reprenant peu à peu une respiration normale. Comme d’habitude pour faire du sport, j’avais mon legging hyper serré qui donnait l’impression, pour une fois, que j’avais des fesses. Je portai mon débardeur noir bardé des trois barres blanches habituelles de la marque, et j’avais noué mes cheveux en queue de cheval haute.

Lorsqu’elle me rejoignit, Lilith ne me demanda pas de me pousser, de m’asseoir pour lui laisser la place ou quoi que ce soit: elle s’assit sans-gêne sur mon bassin. Cela me fit rire. Ça me gênait pas de lui servir de chaise, même si ça me coupait un peu la respiration : elle pouvait s’asseoir où elle le voulait sur moi et je dis bien où elle le voulait. « Ça va que t’es pas bien grosse ! » m’exclamai-je en lui claquant les fesses alors qu’elle me tendit une bouteille d’eau. Allongée, j’eus un peu de mal à boire correctement, mais ça avait suffi pour me désaltérer.

Je ne savais pas encore ce qu’on était véritablement elle et moi. Des amies très proches ? Des sexfriend ? Il n y avait aucune gêne entre nous, on s’entendait bien… Je savais bien que ce qui s’était passé il y a trois jours avec la Shade avait un peu précipité les choses, si bien que depuis… ben on avait rien refait elle et moi. C’était pas l’envie qui manquait, je crois juste qu’on avait besoin de faire un peu le tri dans nos têtes et de digérer ce qui s’était passé dans ma chambre. Et moi de mon côté, j’avais envie de mettre des mots sur des émotions que je n’avais pas ressentie depuis des années, et c’était carrément bizarre. « J’aime bien t’avoir sur moi... » dis-je d’un ton volontairement grivois.

_________________
Kiss
my neck, bite me

pull my hair, trace my spine, hold me down, use your tongue, make me moan : don't stop til' i'm shaking
Revenir en haut Aller en bas
Lilith (Victoria)
Lilith (Victoria)
Devoted
Identité : Victoria Austen
Âge et date de naissance : 35 années
Date d'arrivée : 17 mai 2014
Occupation à l'hôtel : Rabatteuse
Côté cœur : Coeur troublé sans en comprendre les raisons

I like my women how I like my glasses. Sitting on my face (Ft. Lilith) Tumblr_pnvfkxzCRs1uusy84o1_500

Valeur :
I like my women how I like my glasses. Sitting on my face (Ft. Lilith) JyvYkf112 / 1812 / 18I like my women how I like my glasses. Sitting on my face (Ft. Lilith) IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Avoir une chambre personnelle
Circuler librement à Elysium
Circuler librement au Limbo
Circuler librement au Pandemonium
Circuler librement au Purgatory

Messages : 14
Avantages : 30
Faceclaim : Kate Mara
Crédits : Liloo59
Multicompte(s) : Poppy, Primrose

 Sujet: Re: I like my women how I like my glasses. Sitting on my face (Ft. Lilith)   posté le Sam 23 Nov 2019 - 23:14

I like my women how I like my glasses. Sitting on my face.
Vous avez violés une Shade.

Voilà, ce sont les faits, inutile de se voiler la face sur cet acte que vous aviez commis. Mais après tout, elle le méritait, n'est-ce pas ? Cette voleuse, fouineuse. C'était à elle de ne pas se ramener dans la chambre d'Eisheth. C'était à elle de ne pas saccager les biens d'une Guardian. Pourtant, tu ne voulais pas que ta première fois avec la Guardian soit ainsi. Tu aurais préféré que ce ne soit qu'à deux, sous l'envie qui vous emporte. Pas... Pas lors d'un viol. Parce que tu l'apprécies bien, celle-là. Il y a une proximité, un magnétisme dont tu ne sais pas te défaire autant que tu ne sais pas le décrire. C'est comme si elle avait toujours fait partie de ta vie, à voir à quel point vous étiez à l'aise l'une de l'autre et ce, même si votre rencontre était récente. Trop récente. Quelques semaines tout au plus. Tu étais tout juste revenue d'une mission et la voilà, qui est apparue dans ton champ de vision et t'as quasi assommée de sa beauté. Depuis, incapable de la lâcher tandis que tu la désires jour et nuit. C'est pire depuis que tu es parvenue à la voir nue, bien plus intéressée à ce corps que celui de la Shade même si les punitions se sont vues majoritairement attribuées à la sale voleuse. Mais toi, t'as envie de recommencer. Rien que toutes les deux. Apprendre à la découvrir elle, toute entière, te laissant bercer par cette attraction irrésistible.

Mais vous n'aviez toujours rien fait, malgré tout. C'était au point mort le plus complet. Le temps de vous remettre de votre geste trop récent, d'encaisser les personnalités découvertes l'une de l'autre. Et encore, des secrets, tu en avais bien plus que ça en réserve, mais c'était hors de question qu'elle ne sache. Hors de question qu'elle ne découvre qui tu es vraiment. Tu ne voulais pas perdre de valeur à ses yeux, baisser dans son estime. Une princesse comme Guardian? C'était d'un ridicule absolu et probablement qu'elle te croirait faible. Et s'il y a bien une chose que tu ne veux pas, c'est de passer pour une faible à ses yeux, de celles que l'on doit protéger à tout prix de tout, au risque qu'elle ne se casse. Au risque qu'elle ne se blesse. Tu as été suffisamment couvée par ton passé, c'était terminé. Même si... Même si au fond, tu ne dirais pas non à ce qu'elle te garde dans ses bras dans une douce étreinte.

Ressaisies-toi.

Ton corps était en sueur, luisant, collant, c'en était quasi désagréable. Vous aviez mis l'accent sur l'entraînement aujourd'hui, entre la course, le rameur et maintenant les sacs de sable. Tu trouves pourtant moyen de lui sourire lorsqu'elle étire ses lèvres, entre deux mouvements de sacs. Tu es épuisée, mais ça, tu as l'énergie pour le faire. Et enfin, elle déclare une pause. Tes cheveux en demie queue de cheval, tu avais cette sensation que ton débardeur large collait autant à ta peau que ce soutien-gorge sport qui était déjà bien collé contre ton épiderme de base. Puis ce legging... Tu n'avais qu'une envie et c'était de le retirer lors d'une bonne douche. « Déjà ? Faible ! » Tu la taquines pourtant alors que visiblement, tu es tout autant due pour une pause, par ton souffle un peu plus court et cette peau luisante.

Un rire t'échappe sous la claque, dans un petit sursaut, tandis que tu utilises la Guardian comme chaise, sans te gêner, sans la ménager de ton poids. Tu lui tapes la cuisse en échange alors que tu ouvres ta bouteille. « Mais ça va, j'y peux rien si t'es confortable ! C'est ta faute, pas la mienne. » Tu lui décoches un sourire amusé tandis que tu en profites pour boire de l'eau. Et merde que ça fais du bien, cette eau fraîche après tout ces efforts, toute cette chaleur endurée. Tu ne voulais que prendre une douche et t'installer sous ta couette devant un film, c'était mal, ça ? Une bonne coupe de vin à la main et puis voilà. Le paradis. Peut-être des cheveux à caresser par le fait-même, ce ne serait pas de refus. Et si tes pensées se détournent vers la brune, tu n'oses pas le demander, tu n'oses rien dire. Vous n'étiez que des amies, n'est-ce pas? L'inviter pour un film, collées l'une à l'autre, ce serait probablement trop étrange. D'autant plus que vous n'aviez rien fait depuis ce soir-là, si ça se trouve, ce n'était qu'un épisode passager. Vous aviez bu, après tout.

Tu t'étouffes un peu sur ton eau tandis qu'elle te sort cette voix, ces paroles. Et si les mots semblent sincères, le timbre se veut loufoque, cocasse. Comme une blague, au final. Tu refermes ta bouteille d'eau et tu oses passer une jambe de travers afin de mieux t'installer contre son bassin, une jambe de chaque côté. « C'est vrai? » Que tu demandes avec un timbre de voix faussement innocent à ton tour, accompagnant la blague que tu présumes, papillonnant même un peu des yeux. Tu presses une main sur le banc, juste en haut de la tête de la belle afin de te tenir tandis que tu te penches. Tout près de son visage, de ses jolis yeux et ses lèvres envoûtantes. Puis, lorsque tu es assez près, tes lèvres s'étirent dans un large sourire. « Petite perverse! » Tu taquines de nouveau en lui pinçant doucement la joue, suivi d'un rapide petit baiser au coin de ses lèvres. Rapide, incontrôlé, trop bref pour être continué. Une envie, un besoin, que tu te devais de réclamer sans pour autant assumer la prolongation. Des amies, n'est-ce pas? Le geste mis à terme, tu te redresses le corps, reprend ta position assise, tes mains mollement appuyées à son ventre. « Allez. On va à la douche, dis ? J'en ai marre d'être pleine de sueur comme ça. »
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
Eisheth (Casey)
Eisheth (Casey)
New soul
I like my women how I like my glasses. Sitting on my face (Ft. Lilith) 0rEoJ

It may be between your legs, but it belongs to me. Understand?
Identité : Casey Little
Âge et date de naissance : 32 ans + 21 février 1987
Date d'arrivée : Fin juin 2019
Occupation à l'hôtel : S'occupe de protéger l'intimité/anonymat des Guests & employés de l'hôtel
Côté cœur : Trop de jolies filles... Amaryllis lui fait tourner la tête mais Lilith agite son cœur.

I like my women how I like my glasses. Sitting on my face (Ft. Lilith) ObqKD

Valeur :
I like my women how I like my glasses. Sitting on my face (Ft. Lilith) JyvYkf112 / 1812 / 18I like my women how I like my glasses. Sitting on my face (Ft. Lilith) IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Avoir une chambre personnelle
Circuler librement à Elysium
Circuler librement au Limbo
Circuler librement au Pandemonium
Circuler librement au Purgatory

Messages : 394
Avantages : 84
Faceclaim : Ellen Page
Crédits : Lux Aeterna + Vanka
Multicompte(s) : Jabbah, Freesia, River, Magnolia, Giauzar & Bauhinia

Récompenses :
I like my women how I like my glasses. Sitting on my face (Ft. Lilith) RKjjpMI

 Sujet: Re: I like my women how I like my glasses. Sitting on my face (Ft. Lilith)   posté le Dim 24 Nov 2019 - 19:13

I like my women...
J’avais doucement rigolé en l’entendant me traiter de faible. Elle faisait la dure, mais j’étais sûre qu’elle était épuisée elle aussi. Néanmoins, j’adorais ces petites remarques qu’elle faisait de temps en temps, c’était tellement… elle. Toujours la petite phrase ou le petit mot pour rire. On disait que les personnes les plus promptes à faire rire étaient celles qui souffraient le plus… Était-ce le cas pour Lilith ? Est-ce qu’en étant autant déconneuse comme ça, c’était parce qu’elle avait mal et qu’elle ne savait pas comment exprimer cette peine ? Je souris à nouveau lorsqu’elle déclara que j’étais confortable. C’était encore une remarque typiquement Lilithienne.

Notre première fois ensemble n’avait pas été faite de manière intime. Peut-être bien que c’était ça qui empêchait la suite de se mettre en place -si suite il devait y avoir-, comme si elle n’avait même pas eu lieu. Je sais que je veux plus, je le sais, je le sens. Je ne suis pas à la recherche d’une amie, même si Lilith en a tout l’air d’en être une. Je veux pouvoir dépasser les apparences et creuser au plus profond pour dévoiler une vérité que je ne parviens pas encore à cerner entièrement. On pourrait être tellement plus, c’était ma seule certitude.

Ma remarque n’était pas passée inaperçue. « Oui, vraiment ! » Je crois bien qu’à ce stade, j’étais prête à n’importe quoi pour la stimuler, titiller sa curiosité, avoir des réactions, quelque chose. Son visage était tout prêt du mien, j’attendais qu’elle m’embrasse. Elle était si belle… Pas de baiser, simplement une nouvelle remarque. Je souris, mais c’était pour dissimuler ma déception. Elle avait réagi comme une amie, c’était normal après tout comme réaction ? On n’embrasse pas ses amies que je sache ?

Qu’est-ce qui clochait avec moi, bordel ? Pourquoi n’arrivais-je pas me décider de ce que je voulais faire d’elle ? J’avais l’impression de me retenir de faire une connerie qui déboucherait sur quelque chose de catastrophique… Alors qu’en fait, non, rien de catastrophique à la sortie, peut-être même tout le contraire, une belle histoire d’amour. J’y avais le droit ? Alors, lorsqu’elle me demanda d’aller à la douche, je m’étais redressé rapidement : je sentais que c’était le moment de tenter un truc. « Non ! Pas question ! »

Un cri sorti du cœur. En position semi-assise, je la regardai me regarder bizarrement, elle devait me prendre pour une folle. Et elle n’avait peut-être pas tort, surtout lorsqu’elle verrait ce que je m’apprêtais à faire. Je lui pris le bras que j’amenais doucement vers ma bouche tout en la regardant dans les yeux. « Je te veux comme ça. Sale. Et je te veux maintenant… » dis-je avant de lui lécher doucement l’avant-bras mouillé de sueur et ce goût salé me fit frissonner de plaisir. Je venais tout juste de l’introduire à l’un de mes fétichismes et j’avais un peu peur de sa réaction. S’il te plait Lilith, ne me laisse pas tomber !

_________________
Kiss
my neck, bite me

pull my hair, trace my spine, hold me down, use your tongue, make me moan : don't stop til' i'm shaking
Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
I like my women how I like my glasses. Sitting on my face (Ft. Lilith)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Mystic Swan :: Mystic Swan :: Limbo :: Centre sportif
+
Sauter vers: