RechercherRechercher  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bonne année 2020 !
Mystic Swan vous présente ses meilleurs vœux pour cette nouvelle année ♥️
Soutenez MS !
Un petit mot sur Bazzart, PRD et quelques votes ♥️
Mystic Swan recherche
L'hôtel a besoin de Guardians Et surtout d'hommes pour renflouer ses rangs.
Nous invitons les potentiels nouveaux à privilégier les scénarios !
Event #8 ~ À venir
stay tuned
Partagez
Mystic Swan :: Mystic Swan :: Pandemonium :: Salles communes :: Cuisines
Aller en bas 

 Me taire, te plaire (ft.Edel)

Freesia (Wilna)
Freesia (Wilna)
Devoted
Me taire, te plaire (ft.Edel) JjGva

Teach me.

Identité : Wilna Henry
Âge et date de naissance : 31 ans + 8 décembre 1988
Date d'arrivée : 12/07/2011
Occupation à l'hôtel : Future hôtesse d'Hydra
Côté cœur : Pas le temps pour ça. Presque pas.

Me taire, te plaire (ft.Edel) Y4JQV

Valeur :
Me taire, te plaire (ft.Edel) JyvYkf110 / 1810 / 18Me taire, te plaire (ft.Edel) IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Circuler librement au Pandemonium

permanents
Circuler librement au Limbo

Messages : 269
Avantages : 65
Faceclaim : Zoe Kravitz
Crédits : Thinkky & Vanka
Multicompte(s) : Eisheth, Jabbah, River, Magnolia, Giauzar & Bauhinia

Récompenses :
Me taire, te plaire (ft.Edel) AXFQhm6

 Sujet: Me taire, te plaire (ft.Edel)   posté le Mer 13 Nov 2019 - 13:44

Me taire, te plaire
Je ne l’avais pas vue depuis la fin de l’été et la seule chose à laquelle je pensais c’était qu’elle allait me voir avec les cheveux courts. Est-ce qu’elle ne le savait pas déjà ? Ne lui avait-on pas dit ? Si non, est-ce que ça lui plairait ? J’étais nerveuse comme ça ne m’était pas arrivée depuis des années bon sang, tout ça pour une fille, pour une... personne ! C’était lamentable, je me sentais tellement ridicule.

Il était difficile de trouver du temps pour nous deux dans cet hôtel, nous avions toutes les deux fort à faire… Mais heureusement, nous avions pu compter sur notre Adonis préféré pour nous arranger un petit quelque chose. Heureusement qu’il était dans notre vie celui-là… Même s’il devenait plus distant avec moi… C’était l’occasion de demander à Edel si elle en savait un peu plus à ce sujet, voire si ce n’était pas carrément elle, l’élue de son cœur qui le troublait autant, Si c’était le cas, j’aurais un peu de mal à l’entendre avant de peut-être finir par l’accepter et peut-être même demander à faire partie du couple, vivre à trois… peut-être…

Treize heure trente de l’après-midi, j’avais faim. On devait se retrouver pour manger toutes les deux et je me faisais violence pour ne pas succomber aux lasagnes restantes d’hier sans elle. Ma patience fut récompensée : la voilà qui pénétrait dans les cuisines. Je n’avais pas attendu qu’elle vienne à moi pour la saluer, non je m’étais levé et je lui avais sauté dans les bras. « Edel ! » dis-je en la serrant fort contre moi. Légèrement émue, je retenais avec effort des larmes, mais mes reniflements discrets trahissaient ma joie.

Je me décollai d’elle en riant bêtement avant de lui indiquer là où je m’étais installée à table pour qu’elle me rejoigne. Je pris un bout de pain pour ne pas me ruer tout de suite sur les lasagnes qui devaient être froides maintenant. « Tu vas bien ? T'as faim ? Moi oui ! » déclarai-je joyeusement avant de prendre soudainement mine sombre. Je m’étais perdue quelque part dans ses yeux et une question me brûlait les lèvres. « J’suis désolée, j’arrive pas à penser à autre chose… je… tu te souviens de… de notre nuit ? » demandai-je presque gênée. Notre nuit, dans notre putain de monde, on avait mangé, bu… et fait l’amour pour la première fois. J’espérai que l’alcool n’ait pas altéré sa mémoire…

_________________
Hunt me down
Make me feel wanted

Exploit my sexuality, bite into my core, taste my existence for these are the things that excites me.
Revenir en haut Aller en bas
Edelweiss (Emery)
Edelweiss (Emery)
Insurgent
Identité : Edelweiss
Âge et date de naissance : 27 Ans
Date d'arrivée : 2018
Occupation à l'hôtel : Shade personnelle de Caïm
Côté cœur : Son cœur balance. Femme fatale envoûtante, intrigante. Un tortionnaire aussi effrayant que Lucifer lui-même. Caïm qui lui promet sécurité. Sentiments dévastateurs qui s'opposent dans cette dualité. Que faire ? Succomber en toute innocence ?

Valeur :
Me taire, te plaire (ft.Edel) JyvYkf10 / 180 / 18Me taire, te plaire (ft.Edel) IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Circuler librement au Pandemonium

Messages : 77
Avantages : 168
Faceclaim : Angelina Petrova
Crédits : Moi
Multicompte(s) : Aucun

Récompenses :
Me taire, te plaire (ft.Edel) RKjjpMI Me taire, te plaire (ft.Edel) QzL2iIS Me taire, te plaire (ft.Edel) QKVJtGv

 Sujet: Re: Me taire, te plaire (ft.Edel)   posté le Jeu 14 Nov 2019 - 20:56

Ce matin-là, elle s'était réveillée, la tête dans le cul. Elle était fatiguée par ses corvées, fatiguée de cet endroit. Fatiguée tout simplement. Elle avait cruellement soif de liberté, soif de pouvoir se balader même à l'extérieur, mais elle n'en avait pas le droit. Elle n'arrivait pas à accepter sa condition, elle n'assumait pas de vivre dans cet endroit. Bien qu'on lui offrait la protection nécessaire, elle avait du mal à se plier à l'autorité et dès qu'elle en avait l'occasion, elle montrait les crocs. Mais voilà, Edel n'avait pas mauvais fond, il suffisait simplement de la caresser dans le bon sens du poil. Elle gueulait plus qu'elle ne mordait ! Fort heureusement, dans ce sombre dessein, elle pouvait compter sur la compagnie de certaines personnes, même si elle n'était pas du genre à étaler ses sentiments, ni même se coller à leur cul comme une mouche sur le cul d'une vache. Elle n'était pas fait pour les bons sentiments, car au final, elle n'avait jamais connu ça. Il est vrai qu'elle avait été une gosse insupportable, mais ce n'était pas de sa faute. Elle n'avait juste pas eu les clés nécessaires pour appréhender certaines choses. Tout ce qu'elle désirait, c'était un peu d'affection. Elle en avait trouvé auprès de Freesia et même si cela n'avait duré qu'une nuit, elle s'en rappelait encore. Bien que grisée par l'alcool, elle n'avait rien oublié et elle avait apprécié cet échange tout en sensualité. Ce n'était pas surjoué, ni même calculé, cela avait été un échange sincère et imprévisible.

Pourtant, Freesia et elle s'étaient perdues de vue. C'est comme si un gouffre s'était creusé entre elles. Déjà qu'Adonis se faisait distant, voilà que la Jewel prenait elle aussi ses distances. Depuis son arrivée au Majestic, faut dire qu'Edel ne s'était pas fait beaucoup d'amis. Elle pouvait aisément compter ses ennemis sur le bout des doigts, mais ses amis... Très peu. Pourtant, elle ne s'attendait pas à recevoir une invitation de la part de Freesia qui l'invita à venir manger avec elle. Elle appréhendait ses retrouvailles, car elle ne savait jamais ce qu'elle devait dire. Elle n'avait pas été habituée à ça, et puis elle avait finit par se faire une raison. Elle avait peut-être été mauvaise, allez savoir. Cette première fois, l'avait chamboulée et elle n'avait jamais envisagé de coucher avec une femme et pourtant, elle avait franchi le pas.

La matinée passa vite et elle passa son temps à se choisir de quoi s'habiller. Il faisait plutôt froid en cette période de l'année et elle opte pour un jean et un large pull. Elle n'avait pas de complexe vis à vis de son corps, mais elle le trouvait un peu trop sec. Un peu trop lâche même. Elle était bien trop maigre, mais elle avait beau ne pas toujours manger à sa faim, ce qu'elle pouvait ingurgiter, ne restait pas bien longtemps dans son estomac, surtout pas depuis qu'elle était ici. Mais quand Freesia l'invita à manger avec elle, elle n'avait pas pu refuser. Elle avait faim et cela lui ferait du bien de pouvoir lui parler, de pouvoir contempler sa beauté, car même si elle s'indignait qu'on puisse aimer cet endroit, elle appréciait malgré tout, Freesia.

Treize heures. Elle sort de la chambre de Caïm tout en s'éclipsant à l'égard des caméras pour s'en griller une. Elle avait besoin de courage et surtout, elle avait besoin de rester elle-même. Cette soirée, ne l'avait pas laissée de marbre et peut-être que dans le fond, elle espérait pouvoir retrouver cette complicité qu'elles avaient partagée à deux. Elle traîna dans les couloirs redoutant cet instant. Pourtant, quand elle franchit les portes de la cuisine, Freesia lui tomba dans les bras. Instinctivement, elle l'enlaça contre elle, tout en se remémorant son doux parfum. Elle se sentait bien, elle se sentait comme ailleurs. C'est comme si le simple fait d'être dans ses bras avait suffit à l'emmener dans un petit cocon doucereux. Comme si d'un coup de baguette magique, Freesia avait ôté ses maux. Elle semblait émue de la voir et Edel l'était bien qu'elle avait le don de cacher ses émotions. Non pas qu'elle n'avait pas de cœur, mais c'est ce qu'elle avait trouvé de mieux pour se protéger.

-Je suis tellement contente de te revoir, Free...

Elle était sincère et bien que l'étreinte ne dura pas, celle-ci lui avait fait un bien fou. Elle avait à peine remarqué son changement de coupe et pourtant, maintenant qu'elle observait pleinement, elle reconnut que ce changement lui allait à ravir.

-Ça te va bien !

Elle afficha ce sourire complice tout en haussant les épaules. Si elle allait bien ? Elle survivait, il est tout.

-Tu sais, je ne peux pas dire que je suis enchantée de vivre ici, plaisanta-t-elle tout en s'installant à la table. J'avoue avoir les crocs et ce depuis ce matin !

Elle regarda le plat de lasagnes qui lui faisait de l’œil tout en se léchant les lèvres à la façon d'un chien qui lorgne son os. Et quand Freesia évoqua cette soirée, cette nuit, Edel sentit ses joues rougir. Bien sûr qu'elle s'en rappelle et comment oublier sa première fois avec une femme ? Elle fixa intensément Freesia tout en baissant les yeux sur son assiette. En silence elle servit son amie et puis elle, sans oser regarder sa jeune amante.

-Je me souviens parfaitement, répondit-elle sous la confidence. D'ailleurs, je me demandais pourquoi tu m'évitais quand je cherchais à te parlais. J'ai pensé que j'avais été si nulle, pourtant, c'était ma première fois...

Son ton n'était pas plein de reproches, mais il est vrai qu'elle avait eu du mal avec cette distance qui s'était installée entre elles. Elle avait eu du mal alors qu'elle s'était donnée entièrement à Freesia.

-D'ailleurs, les gens ici, ont tendance à m'éviter comme la peste.

C'était un constat tout simplement. Ici, il n'y avait personne prêt à lui tendre la main, prêt à l'accepter telle qu'elle était. Il était difficile de la façonner à l'image du Majestic, et ce n'est pas Edel qui mettait du sien pour y parvenir. Mais il est vrai qu'elle avait tendance à se montrer sous son mauvais jour, au point que tous la détestent.

-Je suis surprise que tu acceptes de t'afficher avec moi.

Elle n'était pas blasée, même si sa voix trahissait le contraire. Elle continue de manger tout en se perdant parfois dans le regard de Freesia.

-Pourquoi, maintenant ? Pourquoi avoir attendu si longtemps ?
Revenir en haut Aller en bas
Freesia (Wilna)
Freesia (Wilna)
Devoted
Me taire, te plaire (ft.Edel) JjGva

Teach me.

Identité : Wilna Henry
Âge et date de naissance : 31 ans + 8 décembre 1988
Date d'arrivée : 12/07/2011
Occupation à l'hôtel : Future hôtesse d'Hydra
Côté cœur : Pas le temps pour ça. Presque pas.

Me taire, te plaire (ft.Edel) Y4JQV

Valeur :
Me taire, te plaire (ft.Edel) JyvYkf110 / 1810 / 18Me taire, te plaire (ft.Edel) IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Circuler librement au Pandemonium

permanents
Circuler librement au Limbo

Messages : 269
Avantages : 65
Faceclaim : Zoe Kravitz
Crédits : Thinkky & Vanka
Multicompte(s) : Eisheth, Jabbah, River, Magnolia, Giauzar & Bauhinia

Récompenses :
Me taire, te plaire (ft.Edel) AXFQhm6

 Sujet: Re: Me taire, te plaire (ft.Edel)   posté le Sam 16 Nov 2019 - 15:10

Me taire, te plaire
Petit rire gêné lorsqu’elle m’avoua bien aimer ma coupe de cheveux. Il faudra qu’elle en profite vite : j’avais l’intention de me refaire pousser les cheveux d’ici quelques semaines. Néanmoins, ça me rassurait, ça me faisait du bien l’entendre dire ça. Je voulais lui plaire, je crois bien. Je voulais qu’elle pense à moi, souvent. Je voulais surtout qu’il ne se passe pas encore des semaines et des semaines avant de la revoir. Peut-être que c’était pour ça que j’avais l’intention de profiter de ce repas comme si ça allait être le dernier. C’était stupide, on vivait toutes les deux sous le même toit, on finirait bien par se revoir. Mais pourtant, j’avais peur, peur de penser que je ne la reverrai plus à cause d’une connerie. Et d’une… sensation étrange…

« Oui je sais : toi, tu voudrais vivre partout ! Parcourir le monde ! dis-je en pouffant de rire alors qu’on s’installait à table. Ouais ? Alors mangeons ! » Le morceau de pain était sympa pour faire patienter, mais j’avais hâte évidemment qu’on se rue sur les restes de lasagnes. On avait de la chance d’avoir des bons cuisiniers dans cet hôtel. Bien sûr, toute l’attention qu’ils mettaient dans les plats était destinée aux Guests, mais nous, on récupérait ce qui restait. Et on en profitait aussi.

Avant de manger cependant, je voulais avoir le cœur net sur… un point particulier. Je tenais absolument à savoir ou pas si Edel se souvenait de notre nuit. Un soupir de soulagement lorsqu’elle m’annonça que, oui, elle se rappelait parfaitement de notre première fois. Je plongeai ma fourchette dans les lasagnes froides alors qu’elle me faisait part de ses inquiétudes. « Quoi ? Non, c’était… c’était parfait ! J’étais gênée c’est tout, j’avais peur de t’avoir forcé un peu à l’avoir fait... » déclarai-je en détournant le regard.

Honteuse, je repensai à mon comportement terriblement enfantin après cette première nuit où effectivement, j'avais du mal à soutenir son regard. Cela semblait d’ailleurs beaucoup affecter Edel qui affirmait que les gens avaient tendance à l’éviter. J’ouvris  grand la bouche, mais aucuns mots n’en sortaient. Des rumeurs m’étaient parvenues… Je comprenais pas comment elle pouvait dire ça alors qu’elle s’en sortait pas si mal que ça. « Non ! C’est faux ! Moi je cherche pas à t’éviter, je suis là ! Et je crois que… qu’il y en a d’autres qui te détestent pas... » déclarai-je sans mentionner le directeur de l’hôtel.

L’ambiance n’était plus tellement chaleureuse et cela me fit beaucoup de peine. J’avais imaginé des retrouvailles tellement différentes de ce qui était en train de se dérouler actuellement. Je pris une grande bouchée de lasagnes en ne sachant plus tellement où me mettre, surtout lorsqu’elle déclara être surprise que j’accepte de passer du temps avec elle. Pourquoi maintenant ? Bonne question. « Edel… dis-je en m’essuyant rapidement la bouche. Ne me mets dans le même panier que toutes ces putes qui te détestent ! Moi je t’adore… Et même que je t’aime. Tu es mon amie ! Ne l’oublie pas ! Pourquoi avoir attendu si longtemps ben… je passais ma main dans mes cheveux, le temps de chercher mes mots. Ça a été compliqué, c’est tout. Entre mon emploi du temps surchargé, le tien… puis le fait que… que je suis quasiment sûre qu’on veuillent nous empêcher de nous voir... Voilà ! voilà pour ça a été long. Oui, c’était une théorie que j’avais… Des Guardians peut-être, d’autres Shades… J’avais clairement l’impression qu’on avait tout fait pour qu’on ne se voit pas. Ne m’en veux pas, s’il te plaît ! Je ne le supporterai pas ! » avouai-je en lui prenant la main.

_________________
Hunt me down
Make me feel wanted

Exploit my sexuality, bite into my core, taste my existence for these are the things that excites me.
Revenir en haut Aller en bas
Edelweiss (Emery)
Edelweiss (Emery)
Insurgent
Identité : Edelweiss
Âge et date de naissance : 27 Ans
Date d'arrivée : 2018
Occupation à l'hôtel : Shade personnelle de Caïm
Côté cœur : Son cœur balance. Femme fatale envoûtante, intrigante. Un tortionnaire aussi effrayant que Lucifer lui-même. Caïm qui lui promet sécurité. Sentiments dévastateurs qui s'opposent dans cette dualité. Que faire ? Succomber en toute innocence ?

Valeur :
Me taire, te plaire (ft.Edel) JyvYkf10 / 180 / 18Me taire, te plaire (ft.Edel) IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Circuler librement au Pandemonium

Messages : 77
Avantages : 168
Faceclaim : Angelina Petrova
Crédits : Moi
Multicompte(s) : Aucun

Récompenses :
Me taire, te plaire (ft.Edel) RKjjpMI Me taire, te plaire (ft.Edel) QzL2iIS Me taire, te plaire (ft.Edel) QKVJtGv

 Sujet: Re: Me taire, te plaire (ft.Edel)   posté le Dim 17 Nov 2019 - 10:59

Vivre partout. Etait-ce là la définition de la liberté ? Pouvoir voler de ses propres ailes, pouvoir aller où bon lui semble ? Pourtant la liberté a un goût amer dans la bouche, cette nausée qui enserre ses entrailles, cette envie de gerber toutes ses tripes, alors pourquoi bon y penser ? Elle le sait mieux que personne qu’elle ne le sera plus jamais. Cependant, elle n’est pas prête à lui faire ses adieux. Elle nourrit tellement l’espoir au point que ce sentiment la mette dans la merde. Chacun de ses actes semblent irréfléchis comme si elle cherchait à perdre la vie, car comment peut-elle vivre dans cette prison de verre ? Alors oui, Freesia le sait aussi qu’elle aspire à être de nouveau libre, même si désormais, elle peut dormir sereine. Même si la chambre des shades ressemble plus à un taudis qu’à un cocon, mais quand elle éprouve le besoin de solitude, elle peut se faufiler dans la chambre de Caïm. Rien ce ne sera jamais mieux que la liberté elle-même. Elle sent le pincement dans son cœur, ce pincement qui la ramène en un instant dans cette réalité affligeante. Ses lèvres qui miment un semblant de tremblement alors qu’elle hausse les épaules, consciente que ses rêves la mèneront tout droit à la mort.
Tout semble plus facile pour Freesia qui quelque part a accepté son sort.

Elle n’a jamais jugé son amie, bien qu’elle aimerait pouvoir la ramener elle aussi à la réalité. Probablement que celles qui ont choisi cette voie ont subi un méga lavage de cerveau. Non, c’est certainement que l’instinct de survie de ces filles est moins assassin que le sien. Plus perspicace, plus ingénieux. Elles ont simplement pris conscience qu’elles n’avaient d’autre choix que se plier à ces stupides règles. Elle regarde son amie un instant se demandant si elle a toujours été comme ça. N’a-t-elle jamais songé à se rebeller contre ce monde ? Contre ces gens qui les utilisent comme des vulgaires marionnettes. Sois belle et tais-toi ! Des vraies petites marchandises qui se pavanent aux bras de ces richards sans foi ni loi. Des vrais connards de merde ! Si elle pouvait tous les crever, elle le ferait sans l’once d’un remord ! Mais elle ne le fera jamais, elle n’a pas l’étoffe d’une tueuse. Il faut être lâche pour être capable d’un tel acte. Elle a beau être la rebelle du quartier, jamais il ne lui viendrait à l’esprit de tuer. Blesser oui, insulter oui, mais ça s’arrête là.

Elle écoute Freesia tout en sentant la honte l’envahir, non pas qu’elle n’a pas aimé, mais elle se sent coupable de ressentir cette chose. Cette bouffée de bonheur, cette sensation qui lui réchauffe le cœur. Cette chose qui n’est pas aussi puissante lorsqu’elle pense à Adonis, mais ce truc est ancré en elle. Elle baisse les yeux pour éviter qu’elle ne lise dans ses yeux à tel point elle la désire. Qui sait, peut-être qu’elle ne ressent rien pour elle, juste de la sympathie. Après tout, c’est pas parce qu’elles ont couché ensemble qu’elles doivent obligatoirement s’aimer et pourtant…

-Je ne me suis pas sentie obligée de le faire, dit-elle entre deux bouchées. Tu crois vraiment qu’une nana comme moi tu vas la forcer aussi facilement, Freesia ?

Clairement, personne n’a réussi à la forcer à aller contre son gré. D’ailleurs, ça lui porte même préjudice. Alors ce n’est pas cette nénette qui va arriver à le faire ! Bien qu’elle l’apprécie, bien qu’elle serait même capable de remettre le couvert, mais pour l’heure, visiblement, elles ont besoin de vider leur sac, et puis, elles ne vont pas quand même se donner en spectacle. Ça ferait mauvais genre, quoique du côté d’Edel ça ne la dérangerait pas, mais en ce qui concerne Freesia, c’est autre chose.
Ce qu’elle aimait chez Fressia, c’est qu’elle cherchait à minimiser la situation. Elle lui sourit franchement, pouffant aussi car elle avait l’impression qu’elle cherchait à être l’avocate du Diable. Edel n’était pas idiote, et elle savait qu’elle était une vraie plaie et qu’elle tapait sur le système nerveux de ces congénères. La preuve, quelques yeux ne cessaient de les fusiller. Cherchant sans doute à graver ses images pour aller colporter je-ne-sais-quoi.

-Regarde-toi-même, répondit-elle en lui faisant signe qu’autour d’elles, tous avaient cessé de manger pour observer ce duo très étrange. Et encore, ils ont la décence de ne pas venir m’insulter.

Le problème, c’est que si on la faisait un peu trop chier, c’est qu’elle était bonne tireuse et les coups de poing, elle n’en était pas à son premier essai. Mais elle avait fini par apprendre que taper dans la merde, ça éclabousse, alors, elle usait de la voix. Et dans la rue, on apprend énormément d’insultes !  Fallait juste choisir avec soin les mots qui fâchent et qui blessent.

La culpabilité, c’est la chose qu’elle déteste le plus au monde. Enfin, elle déteste en général avec la même égalité tout ce qui la répugne. Elle n’avait pas fini son assiette, et repoussa celle-ci tout en évitant soigneusement les yeux de sa partenaire. Ne pas flancher, se répéta-t-elle en silence. Ne pas pleurer. Elle revint trouver son visage avec cette envie de la faire taire. Mais, elle ne le fit pas, car elle ne voulait pas se donner en spectacle. En privé oui, mais en public, non, il valait mieux rester discret. Comme elle l’était avec sa relation avec Caïm.

-Je t’ai détestée toi aussi, ironisa-t-elle. Je t’ai mis aussi dans ce sac, car pour moi tu ne valais pas mieux que toutes ces pimbêches, et puis…

Elle laissa le silence s’installer entre elles le temps de reprendre haleine.

-J’ai appris à te connaître, j’ai apprécié ta compagnie. Tu es une des rares à ne pas t’être laissée aveugler, tu as fait ce que personne n’avait osé. T’as pas eu peur de te prendre sur la gueule mes sautes d’humeur… Alors oui, j’ai du mal à imaginer que quelqu’un, surtout ici, peut s’intéresser à moi comme tu le fais.

Un sourire timide étire ses lèvres tandis qu’elle déglutit. Les bons sentiments n’ont jamais été sa tasse de thé. Dévoiler ce qu’elle avait de plus profond dans son cœur, elle n’y était pas habituée. Alors oui, elle dut admettre que cela lui faisait du bien. Qu’elle se sentait légère comme débarrassée d’un lourd fardeau. Comment pouvait-elle lui en vouloir ? Comment en vouloir alors que leurs emplois du temps ne leur permettaient pas de passer plus de temps ensemble ? Elle enlaça ses doigts entre les siens tout en soupirant.

-Tu m’as manquée et je ne t’en veux pas du tout. Je m’en veux d’avoir croisé Adonis et Raphaël, mais je ne regrette pas de t’avoir rencontrée.

C’était tout ce qu’elle pouvait lui dire de plus sincère.

-Et si on dégageait de là ? J’ai envie de m’en griller une.

Et pourquoi pas, plus et si affinités ?
Revenir en haut Aller en bas
Freesia (Wilna)
Freesia (Wilna)
Devoted
Me taire, te plaire (ft.Edel) JjGva

Teach me.

Identité : Wilna Henry
Âge et date de naissance : 31 ans + 8 décembre 1988
Date d'arrivée : 12/07/2011
Occupation à l'hôtel : Future hôtesse d'Hydra
Côté cœur : Pas le temps pour ça. Presque pas.

Me taire, te plaire (ft.Edel) Y4JQV

Valeur :
Me taire, te plaire (ft.Edel) JyvYkf110 / 1810 / 18Me taire, te plaire (ft.Edel) IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Circuler librement au Pandemonium

permanents
Circuler librement au Limbo

Messages : 269
Avantages : 65
Faceclaim : Zoe Kravitz
Crédits : Thinkky & Vanka
Multicompte(s) : Eisheth, Jabbah, River, Magnolia, Giauzar & Bauhinia

Récompenses :
Me taire, te plaire (ft.Edel) AXFQhm6

 Sujet: Re: Me taire, te plaire (ft.Edel)   posté le Dim 17 Nov 2019 - 21:50

Me taire, te plaire
Ce soir-là, tout était allé très vite. Trop vite dirons certains. Mais Edel et moi étions tellement à l’aise dans la salle de jeux que cela semblait naturel de boire comme des trous, nous dévêtir, puis finir par faire l’amour. Comme avec beaucoup d’autres, je l’avais initié au sexe saphique et Edel s’en était très bien tiré ! Si pour moi, cela n’avait été qu’une simple formalité, Edel découvrait de nouvelles choses… et elle avait très vite et très bien appris ! J’en avais pour preuve les orgasmes que j’avais eues… Alors, cela me rassurait de savoir qu’elle ne s’était pas sentie obligée à faire tout cela. « Non ! Tu as raison ! » déclarai-je en étouffant un rire.

Ce repas, c’était un petit peu tendu entre nous… mais pas forcément… hostile. C’était spécial comme ambiance : je crois qu’il y avait beaucoup de sujet à aborder. On parlait normalement, mais ne j’étais pas tout à fait à l’aise… Comment pouvais-je l’être ? J’avais en face de moi la seule femme depuis des années qui avait réussi à faire naître des sentiments profonds… Les enjeux étaient de taille… Est-ce que j’avais le droit de rêver à une relation avec elle ? Est-ce que déjà, elle n’avait pas suffisamment à faire avec les hommes qui lui tournaient autour ? Avec tous ces ennemis qui lui tournaient autour ? Elle m’avait demandé de regarder par moi-même en désignant l’ensemble des gens qui se trouvaient atour de nous à ce moment-là : comme s’il eut s’agit d’un piège, je n’avais pas tourné la tête, je me contentai de la regarder elle. « Oublie-les ! ‘Puis s’ils veulent t’insulter ou te faire du mal, ils devront me passer sur le corps d’abord ! » lâchai-je en serrant la mâchoire.

Le caractère d’Edel ne plaisait pas à tous. Merde, il plaisait à personne en fait. Sauf peut-être à moi… Cette fougue… cet esprit libre… qu’est-ce que j’aimai ça ! Ça me rappelait évidemment moi à une autre époque ! D’ailleurs, c’était encore un peu ce que j’étais encore aujourd’hui… sauf que la différence avec elle, c’est que j’avais accepté de travailler ici, de servir, de plaire… De baiser, tous les jours, tout le temps, sans avoir à chercher où me loger, où manger… Sans le savoir, j’avais toujours voulu vivre comme ça, dans l’opulence et la luxure, mais je comprenais bien évidemment que ce n’était pas le choix de tout le monde. Ça n’avait pas été le choix d’Edel…

Lorsqu’elle continua en disant qu’elle m’avait détesté pendant un certain temps, je m’étais immobilisée, j’avais arrêté de mâcher ma nourriture. Lentement, j’avais relevé la tête vers elle. Elle disait qu’elle m’avait associé aux autres… avant de finalement me juger différemment après avoir appris à me connaître. J’échappai un soupire de soulagement, mais je ne savais pas pour autant quoi lui répondre. Comment pouvait-elle autant m’intéresser ? Outre son caractère que j’appréciai il y avait  un truc tout con : bon sang… elle s’était vue dans un miroir récemment ? « C’est cool ! T’es comme t’es, je t’apprécie comme ça ! Je t’apprécie beaucoup ! » Je faisais à chaque fois un effort de dingue pour utiliser le verbe apprécier et pas le verbe aimer

Sa main dans la mienne, les souvenirs de notre nuit d’amour refaisaient surface dans ma caboche… Nous avions été très tactiles, très proches et pourtant face à face à manger ensemble, j’avais l’impression que nous étions deux nouvelles amies qui apprenaient à se connaître… « Oui je comprends… t’aurais préféré qu’on se rencontre dans d’autres circonstances… dis-je avec un sourire complice, presque gêné. Tu m’as beaucoup manqué aussi... » J’avais terminé de parler presque en même temps que j’avais fini de manger.

Edel voulait aller fumer, aller ailleurs, sortir. Sans doute être loin de toutes ces harpies qui ne la quittaient pas du regard. Fut un temps, moi aussi on m’avait regardé comme ça… pendant longtemps. Puis finalement, ça s’était estompé sans disparaître pour autant. Avec un peu de chance, d’ici quelques années, ça s’estomperait aussi pour Edel… « Ouais, je te suis, dis-je en me levant et en me mettant en route pour la suivre. Je pourrais te suivre au bout du monde ! » déclarai-je à voix haute en passant près des autres pour qu’ils entendent bien ce que je venais de dire, et que je n’avais pas peur de m’afficher avec la Shade rebelle.

_________________
Hunt me down
Make me feel wanted

Exploit my sexuality, bite into my core, taste my existence for these are the things that excites me.
Revenir en haut Aller en bas
Edelweiss (Emery)
Edelweiss (Emery)
Insurgent
Identité : Edelweiss
Âge et date de naissance : 27 Ans
Date d'arrivée : 2018
Occupation à l'hôtel : Shade personnelle de Caïm
Côté cœur : Son cœur balance. Femme fatale envoûtante, intrigante. Un tortionnaire aussi effrayant que Lucifer lui-même. Caïm qui lui promet sécurité. Sentiments dévastateurs qui s'opposent dans cette dualité. Que faire ? Succomber en toute innocence ?

Valeur :
Me taire, te plaire (ft.Edel) JyvYkf10 / 180 / 18Me taire, te plaire (ft.Edel) IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Circuler librement au Pandemonium

Messages : 77
Avantages : 168
Faceclaim : Angelina Petrova
Crédits : Moi
Multicompte(s) : Aucun

Récompenses :
Me taire, te plaire (ft.Edel) RKjjpMI Me taire, te plaire (ft.Edel) QzL2iIS Me taire, te plaire (ft.Edel) QKVJtGv

 Sujet: Re: Me taire, te plaire (ft.Edel)   posté le Mer 15 Jan 2020 - 20:50

On a tendance à coller des étiquettes sur le dos des gens, les classant dans des catégories qui ne sont pas toujours celles qu'elles sont. Edel avait été cataloguée de la pire des façons de la part des ses congénères. Elle en avait subi des critiques et pourtant, elle ne s'était jamais plaint. Bien au contraire, elle s'en amusait même, surjouant dans cette catégorie. Elle avait du mordant et il était idiot de penser qu'elle n'avait aucun caractère. Alors oui, il était difficile de la façonner à l'image du Majestic Swan, il était difficile de lui faire courber l'échine, mais au moins, elle devait reconnaître que c'était toujours mieux que la rue. Elle regarda son amie, se forçant à ne pas penser à cette nuit. Elle y pense malgré elle. Erreur ? Faiblesse ? L'alcool y est pour beaucoup, car jamais elle n'aurait pensé franchir le pas, surtout pas avec Freesia qui accepte sa condition. Pourtant, elle couche bien avec le dirlo, non ? Sourire figé au coin des lippes, reconnaissante envers cette femme, cette amante ? Amante. Ce mot la fit frissonner. Il était étrange pour elle de mettre un mot sur ce qu'elle pouvait ressentir à son égard. Son cœur était bien trop tourmenté pour penser. L'esprit trop embrouillé, elle ne sait plus trop. Perdue dans le brouillard. Soupir plaintif. Alors qu'elle fait abstraction de ces paires d'yeux qui ne cessent de la regarder. Petite vermine qu'on a envie d'éradiquer. C'est ce qu'elle est probablement. Elle aussi parfois se fait horreur. Elle a aussi envie de se cogner la tête contre le mur, elle ne le fait pas. Non pas par peur d'avoir mal, car elle est capable de tout encaisser, mais craint d’abîmer son joli petit visage. Elle pouffe légèrement à la remarque de Free retrouvant son délicat regard.

-Je ne demande qu'à voir, finit-elle ironique.

Merci. Un mot si insignifiant pour Edel, mais qui peut se révéler fort. Pourtant, il reste coincé en travers de sa gorge. Aucun son ne sort, même si ses lèvres sont entrouvertes. Pourquoi ? Pourquoi es-tu prête à me défendre ? Pourquoi moi ? C'est pas comme si je le méritais. Je ne mérite même pas ton amitié. Je ne mérite rien de toi. Elle détourne la tête un instant, contemplant son assiette qui gît sur la table. Ses doigts se crispent, ses ongles s'enfoncent contre ses paumes. Putain. Arrête ces conneries ! Tu vas me faire gerber ! Oui, en temps ordinaire, c'est probablement ce qu'elle aurait dit, mais là... Quelque chose se forme en son sein, quelque chose de chaud, quelque chose de rare. Elle n'avait surtout pas l'habitude qu'on la gratifie de ces belles paroles. Oh on aurait pu lui sortir de si belles juste dans le but de coucher avec elle. Mais Free, cherchait-elle donc à la foutre dans son pieu. Impossible. Free était différente que toutes ces pétasses qui parlaient dans son dos. Différente de toutes ces greluches qui ne cessaient de la prendre en grippe. Free était telle un joyau. Bordel ! Pourquoi n'y arrive-t-elle pas ? C'est pas sorcier quand même ! Dis-lui, vas-y dis-lui toi aussi. Conscience. petite voix intérieure qui nous pousse dans nos retranchements. petite voix raisonnée qui nous montre le bon chemin. Petite voix muette qui résonne dans nos pensées.

-C'est gentil, dit-elle sans vraiment trop y croire.

Elle n'était pas habituée à tant de gentillesse. D'ailleurs, elle faisait toujours tout ce qu'il fallait pour se montrer sous son mauvais jour. Elle n'avait aucune raison de douter de la parole de Free, mais comment pouvait-elle en être autant certaine ? Après tout, elle avait passé une nuit avec elle, et ensuite, c'était comme si elle faisait partie des abonnés absents. Edel n'appréciait pas cette sensation de malaise, cette sensation que l’abcès n'était pas véritablement percé. L'endroit ne se prêtait pas aux confidences, ce n'était pas le bon moment, pas ici en tout cas. Elle avait besoin de se retrouver en tête à tête avec Free. Pouvoir lui dire tout ce qu'elle avait sur le cœur. On pouvait lui donner tous les défauts du monde, une chose est sûre, c'est qu'elle ne manquait pas d'être franche et parfois, elle l'était de trop même. Chose qui ne plaisait pas toujours.

-Effectivement. J'ai juste besoin de te retrouver et j'ai pas forcément envie de partager nos retrouvailles avec ces pétasses mal léchées.

Regard noir lourd de sens. Pourtant, l'écrin de ses yeux est d'un bleu intense, un bleu presque hypnotisant et pourtant en cet instant, il semble s'être assombri. Elle baisse la tête coupable, cherchant à recouvrer son aplomb. Elle souhaite cacher cette facette à Free. Elle a bien trop peur qu'après cela, elle ne la voit plus pareille. Elle s'en voudrait. Au final, elle se ressaisit quand Free accepte de la suivre pour aller s'en griller une. Elle ramasse son assiette, débarrasse celle de Free et s'en va à l'arrière de la cuisine pour nettoyer ces ustensiles de cuisine.

-Merde !

Elle est partie comme une voleuse sans même demander à Free de l'attendre. Après tout, c'est l'affaire de deux minutes, mais quand même ! Il faut dire qu'ici, elle est tellement habituée à être seule qu'elle en oublie quand elle est accompagnée. Elle se promet de se rattraper. En revenant dans la salle, elle constate que Free l'attend. Elle lui sourit machinalement, lui prend la main par pure provocation. Provocant, alimentant un peu plus les ragots de la part de ces harpies ! Et avant de sortir, Edel leur offre un joli doigt d'honneur, bien haut, bien fier.

-Allez vous faire foutre, pétasses !

Elle se rapproche de sa comparse tout en pouffant de rire. Un rire franc sorti des tréfonds de sa gorge. Un rire qui éclaire son visage, qui lui donne l'air d'être quelqu'un de normal parfois. Ce n'est pas qu'une petite emmerdeuse, c'est aussi une personne sensible, suffit juste qu'elle ose s'ouvrir et qu'on la laisse faire. Un peu plus, coin tranquille afin de ne pas être dérangées. Elle sort son paquet de clopes, son briquet. La flamme brille de mille feux, le bâton rougit. Elle tire une taffe sans même regarder Free. Avec nonchalance, elle s'appuie contre le mur, une jambe repliée qui prend appui sur ledit mur. Elle observe Free, la détaille de long en large. Même pas l'ombre d'un sourire.

-T'aimerais recommencer ?

Non pas qu'elle veut se faire chier avec les détails, mais elle n'a pas besoin d'en dire plus. Free sait exactement ce dont elle parle. Cette soirée a été assez importante pour qu'elle accapare l'esprit de la rebelle. Elle redoute d'entendre cette réponse, et si, elle se faisait des films ? Et si...

-Moi oui. Sans alcool. Juste toi et moi. Moi et toi. Juste nous deux. Je te veux entièrement, sans aucun artifice.

Elle relâche la pression sur ses épaules. Joue avec le nuage nauséabond, évitant de trop regarder Free. Elle n'a jamais été forte pour évoquer les sentiments. Un peu mal à l'aise car malgré tout, elle tient à elle. Après tout, elle se rend à l'évidence qu'elle a besoin d'elle...
Revenir en haut Aller en bas
Freesia (Wilna)
Freesia (Wilna)
Devoted
Me taire, te plaire (ft.Edel) JjGva

Teach me.

Identité : Wilna Henry
Âge et date de naissance : 31 ans + 8 décembre 1988
Date d'arrivée : 12/07/2011
Occupation à l'hôtel : Future hôtesse d'Hydra
Côté cœur : Pas le temps pour ça. Presque pas.

Me taire, te plaire (ft.Edel) Y4JQV

Valeur :
Me taire, te plaire (ft.Edel) JyvYkf110 / 1810 / 18Me taire, te plaire (ft.Edel) IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Circuler librement au Pandemonium

permanents
Circuler librement au Limbo

Messages : 269
Avantages : 65
Faceclaim : Zoe Kravitz
Crédits : Thinkky & Vanka
Multicompte(s) : Eisheth, Jabbah, River, Magnolia, Giauzar & Bauhinia

Récompenses :
Me taire, te plaire (ft.Edel) AXFQhm6

 Sujet: Re: Me taire, te plaire (ft.Edel)   posté le Sam 18 Jan 2020 - 13:06

Me taire, te plaire
C’est gentil, mais est-ce qu’elle le croit vraiment ? D’ailleurs, est-ce que moi-même, je crois ce que je dis ? En vrai, bien sûr qu’il y a des trucs que j’aime pas chez elle, mais c’est pareil avec n’importe qui d’autre. Je pense qu’on peut entièrement aimer une personne dans son intégralité, y a toujours un petit truc dont on se passerait bien, un petit détail qu’on aimerait bien changer, ou un truc du genre. Alors, oui, je l’apprécie comme elle est, parce qu’elle est unique, qu’elle me rappelle moi, parfois. Je l’apprécie parce qu’elle se différencie beaucoup de certaines filles ici, mais si je le pouvais, je changerais certains trucs la concernant.

Quand je parlais de rencontre, je pensais plus tôt à la rencontre hors de ses murs : on aurait bien voulu se rencontrer dans d’autres circonstances, à une autre époque. Mais peut-être que ça ne se serait pas aussi bien passé, peut-être que nous aurions réagi différemment, peut-être même que nous ne serions pas devenus amies et encore moins amantes. Edel pensait plutôt à la rencontre de maintenant, nos retrouvailles, et elle me fit comprendre qu’elle aurait bien aimé que ça se fasse sans les harpies autour de nous. Ça me fit sourire, mais Edel, on dirait que ça la faisait réfléchir. J’avais hésité à lui prendre la main : j’avais trop attendu, maintenant, il s’agissait de partir d'ici et d'aller fumer.

Avant d’aller fumer, Edel prit soin de débarrasser notre table. Lorsqu'elle disparut, j’en profitai pour me plonger dans mes pensées, sans pour autant savoir ce que je voulais y chercher. Il y avait des images du repas, des images d’Edel nue sur moi, des images d’Adonis au regard bienveillant, mais avec une pointe d'autorité dans le coin de l'oeil... La belle Shade revint presque aussi vite qu’elle était partie et je lui adressai un sourire en la voyant revenir. Sans me laisser le choix, elle m’attrapa la main de la même manière qu’elle m’avait attrapé le bras pour m'attirer jusque dans la salle de jeu cette nuit d’été, avant de se laisser aller à la luxure et aux plaisirs de la chair. « Bande de mal-baisées ! » dis-je pour compléter les insultes d’Edel et lui prouver que j’étais avec elle, coute que coute. Mortes de rire, nous quittions la cuisine pour pouvoir aller fumer en paix.

Avant qu’elle ne referme son paquet de clopes, j’en attrapai une que je portai à ma bouche. Elle ne me regardait, mais me tendit par réflexe son briquet lorsqu’elle eut terminé d’allumer sa cigarette. Je glissai un discret merci en lui rendant son briquet avant de m’assoir en tailleur à côté de la Shade rebelle, qui elle, s’était adossée au mur. Elle perturba le silence d’une question qui m’arracha un sursaut. Est-ce que je voulais recommencer. Ça ne pouvait pas être mille choses, je savais parfaitement à quoi elle faisait allusion.

Je levai la tête dans sa direction, elle évitait mon regard. Elle disait qu’elle voulait recommencer, sans alcool cette fois-ci, peut-être pour mieux profiter de la chose. Oui, mais, si justement, sans alcool, c’était pas du tout pareil, pas du tout marrant ? « Je… je sais pas. » dis-je dans un premier temps, complètement bouleversée par cet aveu. La vérité, elle était dérangeante : si c’était seulement baiser pour baiser, alors je ne voulais pas recommencer, non. Parce que si c’était que pour ça, je pouvais le faire avec n’importe qui, quand je voulais. Avec Edel, je voulais un truc unique, un truc en plus... parce que je l'aimais.

« Moi aussi je te veux, mais je sais pas… Tu crois qu’on s’amuserait encore ? Tu crois que ça nous plairait quand même ? Sans alcool ? » demandai-je en coinçant ma cigarette entre mes doigts la laissant doucement se consumer. Si je ne me retenais pas, je lui dirais que faire bêtement l’amour avec elle ne m’intéresserait pas tant que ça. Non, ce que je voulais surtout, c’était des baisers, des caresses… Puis des mots doux, des sentiments… « Quand ça s’est fait l’autre fois, ça s’est fait naturellement… j’aimerai bien que ça recommence comme ça, naturellement, que ça nous arrive alors qu’on s’y attend pas… Tu vois c’que j’veux dire ou pas ? J’ai l’impression d’dire de la merde, c’est chiant… » râlai-je en laissant tomber ma tête dans mes mains.

_________________
Hunt me down
Make me feel wanted

Exploit my sexuality, bite into my core, taste my existence for these are the things that excites me.
Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Me taire, te plaire (ft.Edel)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Mystic Swan :: Mystic Swan :: Pandemonium :: Salles communes :: Cuisines
+
Sauter vers: