RechercherRechercher  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Soutenez MS !
Un petit mot sur Bazzart, PRD et quelques votes ♥️
Mystic Swan recherche
L'hôtel a besoin de Guardians Et surtout d'hommes pour renflouer ses rangs.
Nous invitons les potentiels nouveaux à privilégier les scénarios !
Event #8 ~ Find your Valentine
Les inscriptions sont à présent terminées.
La répartition est en cours ♥️
Partagez
Mystic Swan :: Mystic Swan :: Elysium :: Chambres :: Chambre #183
Aller en bas 

 In the opera house with no one else for miles

Jasmine (Lakshmi)
Jasmine (Lakshmi)
Resilient
Identité : Lakshmi Ajagavakar
Âge et date de naissance : 29 ans
Date d'arrivée : janvier 2017
Occupation à l'hôtel : masseuse tantrique
In the opera house with no one else for miles 200209045613244435

Valeur :
In the opera house with no one else for miles JyvYkf18 / 188 / 18In the opera house with no one else for miles IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Circuler librement au Pandemonium

permanents
Circuler librement au Limbo
Circuler librement à Elysium

Messages : 58
Avantages : 70
Faceclaim : deepika padukone
Crédits : winter soldier
Multicompte(s) : cassia / virginia

 Sujet: In the opera house with no one else for miles   posté le Lun 10 Fév 2020 - 21:12

in the opera house with no one else for miles
Essence de fleur d'oranger, quelques gouttes dans l'eau s'évaporent dans la vapeur. Un bain fumant où tout est mis en place pour une relaxation maximale. Jasmine aime y ajouter ses touches personnelles. Les bougies tamisent la lumière, elle glisse le bout de ses doigts sur la surface de l'eau, provoque l'ondée de sillons jusqu'à rencontrer le dos de son attitré. Un sourire, elle accroche les voilures cachant la baignoire pour revenir près de lui. Elle fait toujours en sorte de lui offrir des instants propices à la détente et à l'inspiration. L'esprit des guests doit être préservé de tout tourment, il est du devoir des autres de faire en sorte que leur vie ici soit la plus agréable possible car ils sont là les mécènes. C'est leurs dépenses en partie, qui fait vivre cet établissement, qui permet à Jasmine d'exercer son métier sans encombres. Un système en cycle qui fonctionne même si tout le monde n'est pas d'accord. Jasmine n'éprouve pas d'avis, elle vit bien ici et prend plaisir à s'occuper des autres. Perseus est son privilégié, celui qui n'a pas besoin de prendre de rendez-vous pour qu'elle s'occupe de lui. Et comme bien des soirs elle lui prépare un bain chaud. Immergé dans les eaux aux reflets dorés reflétant la flamme vacillante des bougies, elle imbibe ses mains tatouées au henné d'huile d'argan avant de venir lui masser les épaules. Assise au rebord, la baignoire est vaste, et elle n'a pas besoin de se contorsionner pour atteindre ses muscles. Aucune tension cervicale ne lui résiste, elle y veille régulièrement que son attitré bénéficie d'un bien être constant tant qu'il est en sa compagnie. Ses pouces appuient, ses paumes réchauffent, elle fait rouler la peau entre ses doigts et dégage la nuque de potentielles tensions accumulées ici. Un soin qu'elle apprécie faire, surtout quand elle sent les battements du cœur se faire plus lent comme si cela l'endormait. Ça lui donne l'impression de confiance, comme s'il arrivait réellement à se relâcher grâce à ses talents de masseuse.

Elle s'applique, d'un côté puis de l'autre pour ensuite insister sur sa nuque puis finit par le relâcher quand elle juge qu'elle a terminé son soin. Jasmine attache sa longue chevelure noire, remontée en chignon puis tire sur le nœud de son kimono de soie et le laisse glisser sur ses épaules, nue, elle passe la jambe par dessus le rebord pour entrer dans la baignoire et s'immerger aussi. Elle aime lui tenir compagnie, et un bain n'est jamais de refus, cela lui permet de se détendre aussi. L'indienne leur sert deux coupes de champagne puis vient se glisser entre ses bras, son dos contre son torse, entourée de sa carrure, elle tend son verre afin qu'ils puissent trinquer. Elle expire, l'eau chaude est bienfaitrice et agréable. Son regard se pose au loin, dans le fond de la salle de bain, elle se souvient avoir vu la nouvelle trouvaille dont il a fait l'acquisition.  Elle a toujours été fascinée par l'art Grec, se souvient en Inde avoir emprunté quelques bouquins puis avoir été sévèrement réprimandée par ses parents qui lui ont demandé de prier pour demander pardon. Pour eux s'intéresser à une autre culture divine que la leur était mal vu, mais ils n'ont jamais été très ouverts d'esprit. « Vénus et la pomme. Est ce que c'est Eris ? Déesse Grecque de la discorde ? » Au départ il leur était assez difficile de communiquer a cause du manque de vocabulaire de Jasmine, mais plus ils partagent ces conversations, plus elle se sent à l'aise de puiser dans ses souvenirs et ses connaissances mythologiques.


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Perseus (Edward)
Perseus (Edward)
(Admin) Mesmerized
In the opera house with no one else for miles 1581619451-crackship3
In the opera house with no one else for miles 1581619443-fd1acc0ba0a59ffa8cdb3846c28da8f4

Identité : Edward Campbell
Âge et date de naissance : 45ans, 19 avril 1975
Date d'arrivée : Décembre 2019
Occupation à l'hôtel : Receleur d'oeuvres d'art
Côté cœur : La perfection

Valeur :
In the opera house with no one else for miles JyvYkf114 / 1814 / 18In the opera house with no one else for miles IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Avoir une chambre personnelle
Circuler librement à Elysium
Circuler librement au Limbo

permanents
Circuler librement au Pandemonium
Circuler librement au Purgatory
Avoir un(e) Shade personnel(le)
Avoir un(e) Jewel personnel(le)
Participer aux soirées privées des Guardians

Messages : 25
Avantages : 112
Faceclaim : Michael Fassbender
Crédits : moip
Multicompte(s) : Amaryllis la fleur du désert et Satan, le Prince des Enfers

 Sujet: Re: In the opera house with no one else for miles   posté le Mar 11 Fév 2020 - 1:14

in the opera house with no one else for miles
Parfois, les pensées de Perseus pouvaient devenir envahissantes sans qu’il ne s’en rende compte. Parfois, il pouvait se laisser aller à réfléchir trop, plonger dans son esprit. Ce n’était pas surprenant pour quelqu’un comme lui. A vrai dire, c’était une de ses activités préférées. Ayant joui très tôt d’une éducation stricte mais néanmoins éclairée, il en voyait les fruits depuis des années en comprenant l’homme qu’il était dans les yeux des autres. Il avait l’habitude de la jalousie, l’envie, l’admiration, parfois même la haine. Il avait vu un panel d’émotions défiler dans le regard de ses interlocuteurs, il avait participé à des débats animés, musclés, risqués même, quand le sujet dérivait sur l’art dans toutes ses formes possibles, il devenait même très dur de l’empêcher d’en parler.
Son arrivée au Mystic Swan était très récente mais il avait vite pris ses marques. Adoptant même ce qui pouvait s’apparenter à une routine, valsant entre sa chambre et sa galerie, observant des tableaux qu’il connaissait déjà par-cœur, rien que pour le plaisir très personnel de les redécouvrir sous une nouvelle lumière, un nouveau jour qu’il avait lui-même instrumenté. Après des années d’expérience en tant que receleur, des années entières à côtoyer l’illégalité, jouer avec les limites, il était sans doutes le mieux placer pour parler de ses œuvres qu’il arrachait à des prix exorbitants, voire, ridicules… Il n’était pas étranger aux techniques peu conventionnelles pour obtenir ce qu’il voulait. Des ventes aux enchères truquées à l’intimidation, tous les moyens étaient bons. Il n’avait pas froid aux yeux et il savait exactement ce qu’il voulait et comment il allait l’obtenir. A 45ans, plus rien ni personne ne lui résistait.
Il lui arrivait alors de s’ennuyer, de ne plus trouver de plaisir à expliquer les mêmes choses à des esprits passifs, étroits, à mener des conversations à sens unique. Tellement qu’il ne cachait ni sa joie ni son étonnement quand il trouvait des personnes avec qui il pouvait converser, débattre, parler d’art, d’époque, de techniques, de société, tellement qu’il ne boudait pas son plaisir et ne se limitait plus, parlant simplement de tous les sujets qui lui passaient par la tête –et ces sujets tournaient principalement autour de son art-. C’était sans doute une des raisons, voire l’unique et seule raison qui l’avait poussé à prêter une partie de sa collection au Mystic Swan pour une exposition. Il n’aurait jamais donné un accès aussi libre à des tableaux d’une valeur si grande à n’importe qui. Mais voilà, Tsadquiel n’était pas n’importe qui. Leur relation était très dure à définir et Perseus ne s’encombrait pas de définitions, préférant consacrer son temps à sa conversation épistolaire avec cet homme qu’il estimait énormément.
Perseus appréciait tellement Tsadquiel qu’il avait fait plus que prêter simplement des tableaux de valeur, il avait monté toute une exposition, donnant une expertise éclairée et sans failles sur le placement des lumières, leur intensité, leur composition et même l’ordre dans lequel étaient installés les tableaux. Car comme tout dans sa vie, rien n’était laissé au hasard. Il avait choisi ses tableaux méticuleusement. Etant dans une période où il trouvait l’impressionnisme particulièrement beau, il avait décidé de suivre ses envies et avait monté l’exposition selon plusieurs artistes parmi les meilleurs impressionnistes. Il y avait passé des heures et il était fier du résultat.
Mais il approchait doucement la cinquantaine et si son esprit restait tout à fait éclairé, son corps commençait à ressentir le poids des années. Il s’estimait néanmoins chanceux pour deux raisons : la première était d’être d’une constitution pour le moins avantageuse, plutôt grand, encore quelque peu musclé, plutôt bien construit, il jouissait au moins de toute sa tête et était encore, dieu merci, capable de bouger. Il était encore loin d’être sénile. La deuxième raison était intrinsèque au Mystic : Jasmine.
La jeune fille lui avait été assignée dès son arrivée et si cette nouvelle ne lui avait pas procuré des torrents d’émotions au départ, il trouvait aujourd’hui la jeune fille plein de talents et dotée d’un esprit lucide et intelligent. Alors, quand elle cessa de le masser, il ne put s’empêcher de pousser un soupir de soulagement et tourna la tête vers elle pour l’envelopper d’un regard calme quand elle vint s’installer contre son torse avant de trinquer et de boire une gorgée de Champagne. Posant sa coupe sur le rebord épais de la baignoire, son bras vint entourer ses épaules par devant, promenant sa main sur sa clavicule, frôlant son cou sur lequel ses lèvres vinrent distraitement se poser. Néanmoins, il se stoppa sans pour autant détacher ses lèvres de la peau dorée de la Jewel quand il l’entendit parler de mythologie, tentant de retrouver l’histoire de la statue qui trônait à quelques mètres de là, près d’une fenêtre pour la protéger de l’humidité. Il la savait docile mais elle lui avait parue réservée lors de leur rencontre. Il savait pertinemment qu’elle n’allait pas poser de problème mais il appréciait leurs conversations. Jasmine était une masseuse exceptionnelle, une jeune femme dévouée dotée d’un esprit artistique.

« Hmm mh, » vibrèrent ses cordes vocales avant qu’il ne rajoute, « l’aube de la Guerre de Troie. Pâris est désigné par Zeus pour départager Aphrodite, Athéna et Héra sur le mont Ida. La déesse de l’amour lui promettait l’amour de la plus belle mortelle du monde, la déesse du mariage lui offrait la souveraineté sur tous les Hommes et la déesse de la sagesse projetait le prince troyen comme victoire de la guerre. »

Il marque une pause, détaillant chaque contour de la statue avant de souffler à nouveau

« Tu es déjà allée à l’Opéra ? Offenbach a dépeint ce jugement dans une œuvre en trois actes en 1864, elle est un peu légère et le genre à même adopté le nom « d’opéra Bouffe » mais on ne peut lui ôter le fait d’avoir traversé les époques… »




Dernière édition par Perseus (Edward) le Mer 12 Fév 2020 - 3:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jasmine (Lakshmi)
Jasmine (Lakshmi)
Resilient
Identité : Lakshmi Ajagavakar
Âge et date de naissance : 29 ans
Date d'arrivée : janvier 2017
Occupation à l'hôtel : masseuse tantrique
In the opera house with no one else for miles 200209045613244435

Valeur :
In the opera house with no one else for miles JyvYkf18 / 188 / 18In the opera house with no one else for miles IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Circuler librement au Pandemonium

permanents
Circuler librement au Limbo
Circuler librement à Elysium

Messages : 58
Avantages : 70
Faceclaim : deepika padukone
Crédits : winter soldier
Multicompte(s) : cassia / virginia

 Sujet: Re: In the opera house with no one else for miles   posté le Mar 11 Fév 2020 - 20:02

in the opera house with no one else for miles
Les lèvres sur sa peau nue la font frissonner. Ses baisers sont toujours d'une délicatesse à lui en faire tourner la tête. Ses longs doigts à elle glissent sur la peau du bras de Perseus, elle sourit, cajole avec la même douceur que la caresse de sa bouche. C'est agréable, elle se colle un peu plus à son torse, apprécie ce contact charnel et simple et qui est pourtant emprunt d'une grande sensualité. A sa remarque il lui parle alors de Pâris et ce qu'il s'est passé avec les dieux après qu'Eris ait semé la discorde. Elle l'écoute attentivement, apprécie toujours apprendre plus de choses, plus d'anecdotes. Puis il lui demande si elle a déjà été a l'opéra tout en lui citant un genre qui lui parle bien assez vite malgré le comique de l'appellation.

Il ne connaît pas son histoire c'est vrai et elle veut aussi lui épargner cette vie difficile qu'elle a eu avant d'arriver jusque là, combien c'est pensant de vivre alors qu'on aurait préféré la tuer à la naissance. Parfois ses parents ont émis des regrets d'avoir écouté son frère qui voulait absolument cette petite sœur. Elle n'aurait jamais eu le privilège de connaître tout ceci ni qu'on l'emmène voir le théâtre occidental qui passait parfois en ville. C'était d'autant plus réservé aux riches indiens, pas à une gamine vivant à la limite du bidonville.  Elle avait déjà détaillé les affiches, se souvient la première fois qu'elle a vu une annonce de représentation d'un Opéra. L'Inde après avoir eu son indépendance avait vu fleurir tout un tas d'autres cultures que celle de l'empire Britannique, son grand père le lui avait raconté, mais il avait fallut bien des années avant que l'on fasse importer l'opéra peut être parce qu'elle jurerait n'en avoir jamais vu avant cela. Elle avait été intriguée et comme beaucoup d'indien, intriguée par l'occident et sa culture distinguée. Certains s'en étaient allés en Europe, d'autres en Amérique pour faire fortune et on lui disait va chez les occidentaux tu trouveras du travail et ta famille te laissera tranquille. Mais ce n'était pas bien vu de s'en aller de cette manière, jusqu'à ce que son frère le fasse. Alors elle s'était souvenue de cette affiche, elle en avait vu d'autres et puis avait décidé d'aller chercher son frère, de s'enfoncer dans les rues occidentales.

Arrivée sur le sol britannique elle a assisté à quelques représentations pensant que c'était de cette manière que l'on sociabilisait ; n'ayant que peu d'éducation concernant la culture occidentale. Elle avait été surprise de voir qu'il y avait des gens de la classe moyenne, leur ticket en main. Alors elle s'était fourvoyée sur bien des choses.  Le théâtre d'abord, lui permettait d’acquérir quelques mots de vocabulaire, contrairement aux autres elle y allait pour se familiariser avec la langue. Puis l'Opéra, soufflée par la puissance des cordes vocales, elle en était restée bouche bée. Puis son départ aux Amériques, les Etats Unis ont été bien plus marqués par l'arrivée des colons qui ont carrément collé leur culture alors qu'en Inde on pouvait encore voir des temples, les gens n'y étaient pas forcément catholiques. Hormis l'accent et l'architecture elle aurait pu se croire encore en Europe. Dans son sac une pièce de théâtre Française traduite en Anglais, c'était difficile à déchiffrer mais elle était passée à la lecture. Elle ne comprenait pas tout, mais le principe était de savoir lire cet alphabet et mémoriser les sons tout en ayant en tête les images grâce aux spectacles pour se faire du vocabulaire. Elle a bien moins de culture que Perseus, mais elle connaît et se souvient de tout ce qu'elle a vu. Son esprit divaguant elle reporte son attention sur son attitré. Un sourire par dessus son épaule, elle croise son regard bleuté. « Ah Le Barbier de Séville est l'Opéra Bouffe aussi !» Elle se souvient avoir vu mentionné cette appellation sur le ticket d'entrée. En fin de compte, aller à l'Opéra permet de sociabiliser. « Oui je suis allée. C'est l'Opéra mon premier contact avec les langues Occidentales. » Elle ose avoue même si ce n'est pas forcément bien vu de parler de l'extérieur. « Qui aurais tu choisi entre les trois déesses ? »


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Perseus (Edward)
Perseus (Edward)
(Admin) Mesmerized
In the opera house with no one else for miles 1581619451-crackship3
In the opera house with no one else for miles 1581619443-fd1acc0ba0a59ffa8cdb3846c28da8f4

Identité : Edward Campbell
Âge et date de naissance : 45ans, 19 avril 1975
Date d'arrivée : Décembre 2019
Occupation à l'hôtel : Receleur d'oeuvres d'art
Côté cœur : La perfection

Valeur :
In the opera house with no one else for miles JyvYkf114 / 1814 / 18In the opera house with no one else for miles IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Avoir une chambre personnelle
Circuler librement à Elysium
Circuler librement au Limbo

permanents
Circuler librement au Pandemonium
Circuler librement au Purgatory
Avoir un(e) Shade personnel(le)
Avoir un(e) Jewel personnel(le)
Participer aux soirées privées des Guardians

Messages : 25
Avantages : 112
Faceclaim : Michael Fassbender
Crédits : moip
Multicompte(s) : Amaryllis la fleur du désert et Satan, le Prince des Enfers

 Sujet: Re: In the opera house with no one else for miles   posté le Mer 12 Fév 2020 - 3:13

in the opera house with no one else for miles
Perseus n’est pas le genre d’homme que l’on peut aisément trouver dans un Opéra dit « léger ». Non. Perseus est le genre d’homme à aimer défier son cerveau, lui donner du fil à retordre. Il aime les arts mais il en a sa propre définition et elle ne peut être qu’aussi sérieuse que lui.

Pourtant, il se remémore avec un léger sourire le Barbier de Séville quand Jasmine en parle avant qu’une expression plus tendre voire paternelle ne prenne possession de son visage, sincèrement amusé par sa réponse. L’Opéra comme première expérience… Il ne peut s’empêcher d’en sourire. Les Opéras sont tous –du moins les meilleurs- d’un autre temps. Un temps chargé d’histoire et d’importance, un temps tellement fourni en terme d’œuvres d’art en tout genre que Perseus pourrait en parler pendant des jours entiers sans s’arrêter.
Pourtant, ce n’est pas un temps des plus simples, surtout les Opéras du XIXème. Le romantisme, l’expression des sentiments qui a vu naître des légendes sous sa coupe : Victor Hugo, Alfred de Musset, Alphonse de Lamartine, Charles Baudelaire pour la littérature, Delacroix, Géricault, Blake, De Goya pour la peinture, Berlioz, Schubert, Schumann, Chopin, Verdi et bien sûr Wagner pour la musique. Pour ne citer qu’eux.
Perseus a une affection toute particulière pour cette période. Il la trouve puissante, explosive. Les codes sont brisés, les carrés deviennent des ronds. Les artistes ont des choses à dire, des sentiments à exprimer. Les Opéras durent des dizaines d’heures, les œuvres sont colorés, longues, elles marquent les cœurs comme les esprits, et, dans le cas de Perseus, les corps.
Il ne peut alors s’empêcher de souffler



« Oh, apprendre les langues occidentales avec l’Opéra n’est pas chose aisée. Mais ton niveau est impressionnant. »



Sa voix n’est pas très expressive, il ne la félicite pas à grand renfort de mouvements de bras qui projetteraient de l’eau partout dans la pièce, mais elle le connait. Elle sait qu’il est sincère et bien la dernière personne à mentir. Très honnête et franc à en être parfois énervant, il n’est pas du genre à s’encombrer de personne qui ne le méritent pas et il a accepté Jasmine dans son cercle privé il y a maintenant quelques temps. Parce qu’elle le mérite. Parce qu’elle en vaut la peine. Parce qu’elle est belle, dévouée et cultivée et c’est tout ce qu’il demande. Il n’est pas là pour tomber amoureux, il veut juste se détendre et elle semble la meilleure compagnie qui soit. D’ailleurs, son deuxième bras passe sous l’eau et vient enserrer son ventre alors que ses baisers reprennent bientôt contre sa peau dorée. Avec un corps comme le sien tout contre son torse, il est dur de résister. Dans cette position, il ne peut pas voir ses formes. Il pourrait aisément les toucher mais il aime prendre son temps. Alors, il se contente de les effleurer, appréciant ces moments passés avec elle.

Sa deuxième question lui arrache un petit soupir par le nez et il hausse les épaules avant de reprendre sa coupe d’une main trempée pour la porter à ses lèvres



« J’aurais choisi Apollon, » fait-il en riant, « dieu de la lumière, du soleil, de la musique, des arts, des soins, des prophéties, de la poésie, de la pureté, des sports et de la beauté masculine. »



Il marque une pause avant de murmurer



« L’esprit, la curiosité, la réflexion. Tout le reste est secondaire. La beauté se fane, l’amour s’étiole et la souveraineté n’est qu’hybris. »



Il avait gardé son petit sourire et celui-ci ne disparait pas quand ses lèvres atteignent la joue de la Jewel



« Et toi ? »





Dernière édition par Perseus (Edward) le Jeu 13 Fév 2020 - 1:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jasmine (Lakshmi)
Jasmine (Lakshmi)
Resilient
Identité : Lakshmi Ajagavakar
Âge et date de naissance : 29 ans
Date d'arrivée : janvier 2017
Occupation à l'hôtel : masseuse tantrique
In the opera house with no one else for miles 200209045613244435

Valeur :
In the opera house with no one else for miles JyvYkf18 / 188 / 18In the opera house with no one else for miles IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Circuler librement au Pandemonium

permanents
Circuler librement au Limbo
Circuler librement à Elysium

Messages : 58
Avantages : 70
Faceclaim : deepika padukone
Crédits : winter soldier
Multicompte(s) : cassia / virginia

 Sujet: Re: In the opera house with no one else for miles   posté le Mer 12 Fév 2020 - 20:37

in the opera house with no one else for miles
Paupières closes, elle penche la tête d'un côté pour lui laisser plus d'accès à sa peau, là où il dépose ses doux baisers qui lui arrachent de vifs frissons. Elle inspire, s'imprègne de sa présence autant que des parfums qui s'élèvent avec la vapeur du bain. C'est agréable, très agréable, ses muscles se détendent et elle se sent protégée au sein de son étreinte et elle ne veut pas qu'il la relâche. En parfaite confiance, et dans une ambiance sensuelle, relaxante, mais surtout riche en conversation. Apprendre les langues en allant à l'opéra n'était pas chose aisée, mais cela a pu lui permettre une première approche. Le plus gros du travail a été fait au sein du mystic swan, en parlant avec les autres Jewel, et surtout Bauhinia, puis son cousin qui n'a pas eu de difficultés a apprendre rapidement. Elle progresse rapidement, ravie de constater que son manque de vocabulaire n'est plus un frein pour communiquer ou pour comprendre. Elle n'hésite plus à demander. Les conversations avec Persueus ont amené sa compréhension de la langue a un niveau supérieur, il n'a pas idée.  Lakshmi aime parler, cela la force à faire des efforts sur sa grammaire, en plus de cela elle qui est curieuse elle peut entamer des sujets de conversation dans une autre langue et la comprendre alors que jusque là elle se contentait du strict minimum. Il n'y a qu'avec River qu'elle pouvait avoir des conversations plus profondes, usant de leur langue natale. Cela est devenu possible avec Perseus et elle a bien moins d'appréhension à s'exprimer ou à poser des idées.

Elle n'est pas surprise par ce choix, tout comme il répond habilement à sa question qui ne lui laisse pas de doute. Perseus est un homme a part, il aurait aisément pu être façonné par un dieu comme Appollon, à son image et avec les mêmes prérogatives. « Je suis sure qu'Appollon t'a déjà choisi, pour de vrai. » Elle tourne le visage vers lui, ses doigts qui se faisaient arabesques son son bras le quittent pour venir courir le long de sa joue. Puis elle l'imite, attrape son verre qu'elle avait oublié, occulté par la présence lumineuse de Perseus, porte le champagne à ses lèvres et le repose sur le rebord. Elle réfléchi à ce qu'il dit, le pourquoi les autres dieux n'auraient pas été intéressant. Elle est d'accord avec lui, hormis sur un point et souhaite débattre là-dessus, peut être lui faire changer d'avis. « L'amour est l'inspiration de beaucoup d'arts. La musique, la peinture, le théâtre... » Elle réfléchit un instant à son exposition qu'elle a pu voir, un tableau qui lui avait inspiré l'amour dans ces toiles impressionnistes. « Nuit étoilée sur le Rhône, m'inspire l'amour. C'est la balade d'un couple sous un ciel étoilé, ils prennent leur temps, marchent doucement et observent les reflets des lumières sur l'eau. » Elle ose tenter de lui faire changer d'avis sur l'amour, espère qu'un jour il connaîtra ce sentiment là, que ça l'inspirera au même titre que ces artistes qui ont changé les visions du monde. « Ça reste dans le temps, c'est universel »

Lorsqu'il demande quelle divinité elle aurait choisi à la place de Pâris, elle réfléchit un instant, elle décide alors de se la jouer farceuse. « J'aurais choisi Lakshmi, déesse de la prospérité, de la fortune, de la sagesse, de la vaillance et l'intelligence» Elle avoue dans un rire taquin, parfaitement consciente qu'il ne s'agit pas du panthéon grec pour le coup, non pas qu'elle n'aurait pas su qui choisir mais elle aime aussi partager de sa culture, surtout lorsqu'il s'agit du panthéon hindou qui a aussi son lot d'histoires. « Elle a quatre mains, elle a une couronne et elle s'assoit dans un lotus. Elle a une chouette et deux éléphants blancs ! »  Avec les quelques connaissances qu'elle a, il lui arrive de comparer, trouver quelques similitudes parfois. Mais Perseus est si ouvert d'esprit qu'elle sait que ça ne le dérangera pas qu'elle en parle ou que le sujet dévie par ici, elle veille juste à ne pas dire que Lakshmi est son vrai prénom, c'est un petit clin d’œil qu'elle se fait à elle-même, honorée de porter le nom de cette déesse vénérée même par Ganesh qui est le dieu le plus aimé de l'Inde.


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Perseus (Edward)
Perseus (Edward)
(Admin) Mesmerized
In the opera house with no one else for miles 1581619451-crackship3
In the opera house with no one else for miles 1581619443-fd1acc0ba0a59ffa8cdb3846c28da8f4

Identité : Edward Campbell
Âge et date de naissance : 45ans, 19 avril 1975
Date d'arrivée : Décembre 2019
Occupation à l'hôtel : Receleur d'oeuvres d'art
Côté cœur : La perfection

Valeur :
In the opera house with no one else for miles JyvYkf114 / 1814 / 18In the opera house with no one else for miles IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Avoir une chambre personnelle
Circuler librement à Elysium
Circuler librement au Limbo

permanents
Circuler librement au Pandemonium
Circuler librement au Purgatory
Avoir un(e) Shade personnel(le)
Avoir un(e) Jewel personnel(le)
Participer aux soirées privées des Guardians

Messages : 25
Avantages : 112
Faceclaim : Michael Fassbender
Crédits : moip
Multicompte(s) : Amaryllis la fleur du désert et Satan, le Prince des Enfers

 Sujet: Re: In the opera house with no one else for miles   posté le Jeu 13 Fév 2020 - 1:33

in the opera house with no one else for miles


L’amour. Quel étrange mot et quel mal encore plus étrange.

Les mots d’amour ne font plus partie de son vocabulaire. Même avec son ex-femme il n’était clairement pas du genre à s’épandre en discours romantique.

Le mariage. Il n’y croyait plus si tant est qu’il y avait déjà cru. Il avait déjà été marié, il avait déjà eu la bague au doigt. Cet anneau d’or enlaçant presque trop tendrement son annulaire en comparaison avec tous les malheurs qu’il avait apporté avec lui. Perseus s’était ennuyé à mourir. La vie de famille n’était pas faite pour lui. Il haïssait tellement le concept même de devenir un père de famille rangé et fidèle qu’il doutait presque que cette vie puisse être faite pour qui que ce soit. Alors il avait demandé le divorce et avec son importance et sa réputation, il avait dû tout mettre en œuvre pour que la presse ne s’emballe pas trop à la nouvelle de sa séparation. Il y eut un semblant de scandale quand on l’avait aperçu sans son alliance mais sa famille l’avait étouffé dans l’œuf. Né dans une famille de Lord et Lord lui-même, il avait su très vite quels étaient les avantages et quels étaient les inconvénients à avoir un tel sang et il en profitait allégrement. Après tout… Pourquoi se priver ?

Jasmine le flatta et son sourire s’agrandit avant qu’il ne secoue doucement la tête. Lui ? Choisi d’Apollon ? Il en doutait fortement. Perseus était un homme confiant et plutôt sûr de lui. Il savait ce qu’il valait. Il se savait cultivé, il se savait charmant et charmeur mais sa vanité n’était pas telle qu’il se pensait choisi des Dieux et de celui de la beauté masculine encore moins. Jasmine en revanche, pouvait aisément prétendre à une lignée divine. Les lèvres de l’anglais restaient accrochées à sa peau alors que ses baisers se faisaient répétitifs. Lord et anglais avant tout, il savait se contrôler et il aimait prendre son temps. Et, même si sa patience était mise à rude épreuve par la Jewle, il décida de se détacher très légèrement d’elle, uniquement pour prendre de nouveau son verre et en boire une gorgée, savourant le champagne qui avait dû couter une fortune au vu de sa qualité.



« L’amour, » commença-t-il d’une voix calme et posée mais néanmoins empreinte d’un amusement léger mais certain, « est une passion. Une focalisation incontrôlable sur l'autre dans laquelle se succèdent plaisir et souffrance. L’amour a vu naître de grands artistes et de grandes œuvres, même dans la mythologie, Hadès déclamant à Perséphone : Va, Perséphonè, vers ta mère au péplos bleu, emportant dans ta poitrine un cœur bienveillant, et ne t’afflige point par-dessus toutes les autres femmes. Je ne serai point un mari indigne de toi parmi les Immortels, étant le frère du Père Zeus. Mais, quand tu reviendras ici, tu domineras sur tout ce qui vit et se meut, et tu jouiras des plus grands honneurs parmi les Immortels ; et le châtiment des hommes iniques sera éternel, s’ils n’apaisent point ton esprit par des victimes, en te sacrifiant selon le rite et en te faisant de légitimes présents. »



Il marqua une légère pause pour venir passer sa main dans les cheveux parfumés de Jasmine, les ramenant dans son dos, consciencieusement, avant de reprendre



« Mais, c’est l’amour qui tua Nicolas de Staël. Amoureux transi et obsédé par Jeanne Mathieu, une amie de René Char, il lui écrira des lettres enflammées, torturées, lettre qu’ils rendra finalement à son mari en 1955 en lui disant « vous avez gagné » avant de se jeter par la fenêtre de son atelier, le lendemain. L’amour n’est pas innocent, l’amour n’est pas léger, l’amour est dévorant. L’amour transformera un loup en chien obéissant, une tempête en bise, l’amour emmènera le soleil au sein même des enfers. »



Il avait le défaut d’être intense sans trop s’en rendre compte. Peut-être aimait-il ça ? Avoir l’avantage sur une conversation ? La dominer ? Peut-être. Mais Jasmine changea de sujet, lui parlant de divinités Hindous et son air sérieux disparut presque automatiquement pour laisser place à un air intéressé et doux.



« Le commerce entre l’Angleterre et l’Inde n’a pas toujours été des plus… Ethiques. Quand mon père exerçait encore, il était commun qu’on lui offre une peinture, une fresque ou une miniature Hindou. J’ai toujours trouvé ça magnifique. Depuis, ces œuvres ont été rendues à l’Inde et au Ceylan. Mais je me rappelle adorer les admirer quand j’étais enfant. Le niveau de détail était dingue je pensais vraiment ne jamais rien avoir vu d’aussi beau… Et puis… Depuis que je te côtoie, je me dis que je n’avais fait qu’effleurer la surface de la beauté de ce pays. »






Dernière édition par Perseus (Edward) le Ven 14 Fév 2020 - 23:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jasmine (Lakshmi)
Jasmine (Lakshmi)
Resilient
Identité : Lakshmi Ajagavakar
Âge et date de naissance : 29 ans
Date d'arrivée : janvier 2017
Occupation à l'hôtel : masseuse tantrique
In the opera house with no one else for miles 200209045613244435

Valeur :
In the opera house with no one else for miles JyvYkf18 / 188 / 18In the opera house with no one else for miles IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Circuler librement au Pandemonium

permanents
Circuler librement au Limbo
Circuler librement à Elysium

Messages : 58
Avantages : 70
Faceclaim : deepika padukone
Crédits : winter soldier
Multicompte(s) : cassia / virginia

 Sujet: Re: In the opera house with no one else for miles   posté le Ven 14 Fév 2020 - 18:51

in the opera house with no one else for miles
asmine l'écoute en silence, s'abreuvant de ses mots et de sa voix qui résonne dans ses oreilles comme une douce mélodie. Tonalités majeures, mineures, selon ce qu'il raconte, l'amour est dramatique pour lui, comme une sonate ; lent, les notes se succèdent pour finir en decrescendo, mourir sur les dernières lignes de sa partition. Ses récitations impeccables à lui en donner des frissons, lui donnent l'image de ce qu'il a dans la tête quand il dit que l'amour est dévorant. Alors qu'elle le voit changeant, selon le visage et la forme qu'il prend. L'amour familial, l'amour charnel, l'amour spirituel, le coup de foudre, l'amour qui dure depuis des années, l'amour passionnel. Tomber sur le mauvais peut rendre hermétique, pourtant il y aura forcément un jour où il verra qu'il s'était trompé et elle lui souhaite de connaître ce bonheur là. Jasmine éprouve de l'amour pour son frère et son cousin, même s'il est familial il n'a pas le même caractère. Chaque personne est différente et elle ne se ferme à rien. Elle ne lui répond pas malgré la beauté de sa réponse, n'a pas envie de rentrer dans un débat salé alors qu'elle n'est pas convaincue, et puis son but là à cet instant et de faire en sorte qu'il puisse décompresser

Elle se détache lentement de son étreinte pour se retourner face à lui. Le visage serein, elle passe ses jambes de chaque côté de ses hanches et vient poser les paumes de ses mains sur son torse. Il ne croit certainement pas aux énergies des chakra, mais il lui semble que celui du cœur est mal équilibré pour tenir un tel discours. Sa paume réchauffe là où est placé son cœur physique, porte des émotions, tandis que de ses lèvres elle vient embrasser son cou, papillonne du bout de celles-ci et ferme les yeux. Elle a souvent vérifié ses chakra, pour certains guests elle passe pour une illuminée de faire cela. Pour d'autres c'est une médecine comme une autre et on la laisse aller dans son délire et pourtant quand elle en parle, il y a toujours de la vérité, c'est une partie intégrante du tantra mais c'est aussi dans ses croyances. Sa paume bouge sur son cœur karmique, au centre du sternum, mémoire émotionnelle qui emmagasine tous les maux de l'esprit ; Celui qui se serre quand on est triste, quand on a peur, quand on est heureux. Puis elle bouge sur la droite, cœur spirituel qui aide à la guérison de ces maux. Elle s'y attardera un jour, débloquera ce chakra trop fermé qui rend les gens froid, distants et souvent compense par des activités physiques ou intellectuelles en excès. Ce n'est pas grave d'être comme ça, il faut juste rétablir un équilibre pour que son énergie puisse circuler en harmonie dans son corps ou cela peut être source ensuite de maux physiques et notamment des douleurs dans le dos.  Jasmine entoure sa nuque de ses bras, se colle à lui et pose sa joue sur son épaule. L'un contre l'autre, juste comme ça, dans une étreinte douce, c'est ce qu'elle préfère. L'affection qu'elle lui porte est honnête et elle sent que lui aussi, ils n'ont pas besoin de plus ni de faire attention à ce que l'un ne se fasse pas de fausses idées. Leur relation est pure, portée sur les instincts et le moment présent. Ses doigts descendent le long de sa colonne vertébrale. Ses vertèbres cervicaux  sont liés aux conflits mentaux, les dorsaux aux conflits affectifs. Elle s'y arrête, en caresses, là, en général quand elle le masse c'est là que ça réagit.

Un massage énergétique lui fera le plus grand bien sans avancer que cela le guérira, un de ces soirs elle prendra le temps de faire chaque point de tension. Mais pour le moment le temps est à la détente et à l'harmonie de leurs deux corps enlacés. « Tu devrais aller en Inde un jour, voir les vieux temples. Les sculptures partout sur les murs sont très détaillées. C'est différent de l'occident mais c'est joli » Elle parle doucement, presque en murmure tandis qu'elle se souvient de son temple préféré, celui où elle aimait aller prier. « je pourrais t'en apprendre plus si tu veux. »

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Perseus (Edward)
Perseus (Edward)
(Admin) Mesmerized
In the opera house with no one else for miles 1581619451-crackship3
In the opera house with no one else for miles 1581619443-fd1acc0ba0a59ffa8cdb3846c28da8f4

Identité : Edward Campbell
Âge et date de naissance : 45ans, 19 avril 1975
Date d'arrivée : Décembre 2019
Occupation à l'hôtel : Receleur d'oeuvres d'art
Côté cœur : La perfection

Valeur :
In the opera house with no one else for miles JyvYkf114 / 1814 / 18In the opera house with no one else for miles IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Avoir une chambre personnelle
Circuler librement à Elysium
Circuler librement au Limbo

permanents
Circuler librement au Pandemonium
Circuler librement au Purgatory
Avoir un(e) Shade personnel(le)
Avoir un(e) Jewel personnel(le)
Participer aux soirées privées des Guardians

Messages : 25
Avantages : 112
Faceclaim : Michael Fassbender
Crédits : moip
Multicompte(s) : Amaryllis la fleur du désert et Satan, le Prince des Enfers

 Sujet: Re: In the opera house with no one else for miles   posté le Ven 14 Fév 2020 - 23:10

in the opera house with no one else for miles


Perseus haussa légèrement un sourcil quand elle posa une main sur son cœur mais son visage finit par se détendre, ses yeux de glace appréciant le contraste de couleur entre leur peau. Lui avait la pâleur d’un anglais et elle, rayonnait. Parfois, il avait l’impression qu’ils n’étaient pas du même monde. Lui, vivait de grisaille, avait côtoyé les orages, avait vu les tempêtes se déchainer avait assisté à la violence, au désespoir et il ne nourrissait qu’aversion pour cette masse grouillante, ce troupeau immense et homogène, informe, plat et sans intérêt. Il observait sa monotonie depuis le Mystic Swan où il acceptait exceptionnellement de se rapprocher de la plèbe, mais il avait ses raisons.

L’art. L’art était bien la seule manière de s’exprimer qu’il connaissait. Et d’ailleurs la seule qu’il utilisait. Ses phrases ressemblaient à des citations, dans ses yeux brillaient des milliers de tableaux qui se bousculaient, se mêlaient les uns aux autres, il ne pensait qu’à ça, ne voyait que ça, ne faisait que ça.

En face de lui, Jasmine. Jasmine était différente. Elle était simple, douce, elle était solaire alors qu’il était glacial. Elle croyait dur comme fer aux énergies, aux chakras mais Perseus la couvrit d’un regard tendre quand sa simple présence et le contact de ses mains sur son corps l’apaisa. Elle lui parla de l’Inde, il l’écouta avant de se laisser tomber en arrière jusqu’à ce que son dos ne touche le rebord de la baignoire, laissant échapper tout l’air de ses poumons dans un soupir de bien-être. Il avait du mal à relâcher la pression et si ses massages et sa tendresse aidaient beaucoup, il restait au plus profond de son être, un noyau d’angoisses, d’obligations et de responsabilités auxquelles il était bien obligé de répondre.
Mais la vapeur émanant de l’eau chaude parvint à vaporiser les démons qui se tenaient sur son épaule –ou du moins réussit à les faire taire quelques temps- et son sourire se fit plus apaisé. Réellement détendu.

L’observant d’un œil curieux qui ne perdait pas son étincelle de douceur et de tendresse, il tendit légèrement le bras sous l’eau pour poser sa main sur sa cuisse. Sa peau était douce et tellement agréable qu’il ne put s’empêcher de la caresser, remontant du genou jusqu’à ce que son pouce n’entre en contact avec son aine. Et il ne put pas non plus s’empêcher de recommencer. Elle était si belle, le reflet légèrement déformé par les ondes qu’ils produisaient. Forçant sur ses abdos, il se redressa légèrement et se pencha sur elle pour l’embrasser, des baisers bien trop chastes pour l’endroit dans lequel ils se trouvaient. Et pourtant, il avait l’impression qu’ici, dans sa chambre, il était coupé du reste du monde. Coupé du temps, coupé de tout. Ce n’était pas là une question de sécurité, il n’était pas du genre à se penser en danger en dehors de chez lui, mais il se savait bien trop important pour ne pas être écrasé sous le poids des responsabilités. Des responsabilités tellement lourdes qu’il avait fini par les fuir. Au final, il avait fui toute sa vie. Quittant tout ce qu’il aimait de peur qu’on l’abandonne. Pensant se conforter dans la solitude tout en cherchant la compagnie des seules personnes qu’il jugeait dignes.

Perseus était un homme compliqué à déchiffrer. Ceux qui s’y risquaient finissaient automatiquement par s’y bruler. C’était inévitable et il n’y avait aucune exception. Si parfois, la brulure était moins douloureuse, elle restait tout de même présente et, à la manière d’une drogue, Perseus laissait une empreinte, une marque au plus profond des personnes qu’il croisait. Une sorte de besoin, besoin d’être remarqué, besoin de faire partie de son orbite, comme une planète inexorablement attirée par son Etoile, cherchant à voir jusqu’où il était possible d’aller avant que la brulure ne devienne trop forte et la consume. Perseus en était bien conscient et il se complaisait bien dans cette impression, il se savait important, il se savait influent et il adorait ça. Mais parfois, à l’abri des regards, c’était terriblement agréable de se laisser aller…





Dernière édition par Perseus (Edward) le Lun 17 Fév 2020 - 19:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jasmine (Lakshmi)
Jasmine (Lakshmi)
Resilient
Identité : Lakshmi Ajagavakar
Âge et date de naissance : 29 ans
Date d'arrivée : janvier 2017
Occupation à l'hôtel : masseuse tantrique
In the opera house with no one else for miles 200209045613244435

Valeur :
In the opera house with no one else for miles JyvYkf18 / 188 / 18In the opera house with no one else for miles IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Circuler librement au Pandemonium

permanents
Circuler librement au Limbo
Circuler librement à Elysium

Messages : 58
Avantages : 70
Faceclaim : deepika padukone
Crédits : winter soldier
Multicompte(s) : cassia / virginia

 Sujet: Re: In the opera house with no one else for miles   posté le Sam 15 Fév 2020 - 23:59

in the opera house with no one else for miles
Silence revenu, laissé allés dans leurs pensées différentes, Jasmine repense à certains détails de son pays. Elle a beau encore porter les saris, garder sa culture, pour autant son pays ne lui manque pas. Il n'y a plus rien pour elle là-bas et ne pense pas que l'occasion un jour se représentera. Elle a conscience d'être vouée à rester ici jusqu'à sa mort, l'idée ne lui déplaît pas, tant qu'elle a du travail et qu'elle a un toit. Elle s'en contente, habituée de vivre avec peu sans compter sur la reconnaissance des gens. Son bien être spirituel et mental est essentiel et entre les mains de Perseus elle se sent particulièrement privilégiée. Elle est heureuse d'être l'élue, fait tout pour ne pas le décevoir, y compris arrêter les conversations quand il a besoin de calme. Tout en restant présente. Jasmine soupire doucement. Elle l'observe se pencher en arrière, pendant que ses mains caressent son torse, amènent l'eau chaude sur sa peau jusqu'à ses épaules. Un silence d'or les entoure, serein, agréable, comme cela arrive souvent. Parfois les conversations sont riches, parfois il n'y a pas besoin de mots pour que la communication entre leurs esprits se fassent. Et les gestes remplacent la parole, tandis que sa main à lui s'aventure à sa cuisse. Petit sourire, quand son regard rencontre de nouveau le sien, il s'avance de nouveau pour venir déposer délicatement ses lèvres sur les siennes. Elle répond à se baiser, le bout de ses doigts à sa mâchoire, baisers chastes qui deviennent langoureux tout en restant aussi doux, aussi lents. Lui offrir son corps ne la dérange pas, il a toujours fait preuve de respect et de douceur avec elle, chose qu'il manque a priori chez d'autres guests. Elle se sent chanceuse d'être sienne parce qu'elle ne rentre jamais couverte de bleus, ou bien elle ne finit pas en pleurs. Si au départ elle venait rejoindre sa couche lui livrer son ventre par devoir envers lui, dès la première fois elle a éprouvé bien du plaisir. Alors elle a envie aussi, le lui fait savoir parfois, que son corps la rend toute chose. C'est un bel homme, mais pas que. Elle a ses petites choses préférées sur lui, son physique et sa personnalité. C'est qu'elle a appris à le connaître. Alors elle n'hésite pas à être plus affectueuse, bien qu'étant très tactile de base. Jasmine l'embrasse avec une sensualité qu'il lui connaît bien, ça vient tirer les envies du bas de son ventre bien assez vite, sans doute lui aussi. Il leur arrive de rester nus et d'apprécier la simple caresse de leurs doigts sur un bras, sur le ventre. Et d'autres fois il leur faudra consommer pour calmer ces envies qui les prennent comme des pulsions animales.

Le désir sexuel elle le partage avec lui, elle se hisse sur ses hanches, son intimité en contact de sa virilité. Jasmine vient de nouveau tracer la ligne de son épaule à son cou de baisers avant de remonter à sa mâchoire, redessine le contour de celle ci de ses pouces et réclame ses lèvres avec cette douceur maîtrisée. Leurs corps se connaissent déjà ; s'il n'y a plus de phase de découverte et qu'ils savent les points les plus sensibles de leur anatomie c'est toujours pourtant une expérience des plus satisfaisantes quand elle se laisse aller avec lui. Son corps le reconnaît, le désire, mais elle prend son temps de savourer sa peau, éveiller leurs sens. Ses hanches glissent dans un mouvements très lent contre les siennes, un subtil mouvement de va et vient frotte leurs intimités de manière indécente. Elle espère qu'il aime, qu'il apprécie son corps, son parfum, le grain de sa peau, entendre ses soupirs à son oreille et sentir les battements de son cœur contre le sien. Parce que elle, elle aime beaucoup, il lui arrive de rêver de Perseus et de s'en retrouver les sens excités au matin. Et depuis qu'elle est à son service elle espère le rester le plus longtemps possible. Elle l'enlace, son corps collé au sien, d'une étreinte intime et secrète puis le taquine d'un coup de langue sous l'oreille.  

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Perseus (Edward)
Perseus (Edward)
(Admin) Mesmerized
In the opera house with no one else for miles 1581619451-crackship3
In the opera house with no one else for miles 1581619443-fd1acc0ba0a59ffa8cdb3846c28da8f4

Identité : Edward Campbell
Âge et date de naissance : 45ans, 19 avril 1975
Date d'arrivée : Décembre 2019
Occupation à l'hôtel : Receleur d'oeuvres d'art
Côté cœur : La perfection

Valeur :
In the opera house with no one else for miles JyvYkf114 / 1814 / 18In the opera house with no one else for miles IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Avoir une chambre personnelle
Circuler librement à Elysium
Circuler librement au Limbo

permanents
Circuler librement au Pandemonium
Circuler librement au Purgatory
Avoir un(e) Shade personnel(le)
Avoir un(e) Jewel personnel(le)
Participer aux soirées privées des Guardians

Messages : 25
Avantages : 112
Faceclaim : Michael Fassbender
Crédits : moip
Multicompte(s) : Amaryllis la fleur du désert et Satan, le Prince des Enfers

 Sujet: Re: In the opera house with no one else for miles   posté le Lun 17 Fév 2020 - 19:55

in the opera house with no one else for miles


Fort de sa proximité avec Tsadquiel, Perseus jouissait de tous les avantages que pouvait offrir ce lieu. Et un parmi tant d’autres mais certainement pas des moindres : Jasmine.

Elle était belle, cultivée, attentionnée, douce, les moments passés avec elle étaient sans doutes les seuls moments où il sentait le monde de pression quitter ses épaules pour s’évaporer.

Avec Jasmine, il partageait leurs pensées sur l’art, les voyages, la vie en générale. Ils se battaient de leur philosophie respective et entretenait des conversations si éclairées que le Guest aurait pu rester des heures à l’écouter. Et à cela, s’ajouter un corps des plus agréables à regarder et à toucher, goûter, prendre… Perseus avait un goût particulier pour l’exotisme et la peau de la Jewel le rendait fou. Quand elle se redressa pour s’installer sur ses hanches, il ne put s’empêcher de rejeter la tête en arrière quand elle vient lécher la peau mouillée de son cou. Son corps au-dessus du sien le rendait fou, ses mains se posèrent sur ses hanches alors qu’il sentit ses dernières frotter contre son bassin. En plus de l’eau, il sentit tout son bas ventre se réchauffer. Le rythme était lent, Perseus ne chercha pas à l’accélérer. Cette lenteur était une délicieuse torture qu’il cherchait à endurer le plus longtemps possible.

Mais arriva un moment où il céda à la tentation de passer à la suite. Après tout, pourquoi s’en priver ? Jasmine était à lui et elle semblait en avoir tout aussi envie que lui. Alors il se redressa et plongea sa tête dans le creux de son cou, le libérant de ses cheveux de jais d’un mouvement de la main pour venir promener sa langue de long de sa peau, goûtant les saveurs de cette dernière, s’amusant à la faire rougir en la mordillant légèrement, sentant le grain de sa barbe frotter contre celui si doux et lisse de sa peau dorée, elle ressemblait à une poupée tellement elle était parfaite et lui en restait terriblement humain.

La poigne sur ses hanches devint plus ferme et il la fit basculer sur le côté pour appuyer tout son corps sur son torse et se redresser. Faire l’amour dans une baignoire n’était pas de son genre ni de son rang mais il n’était pas non plus du genre patient quand il s’agissait de la beauté indienne qu’il tenait dans ses bras alors il ne perdit pas de temps à se sécher et la porta jusqu’au lit pour la déposer sur les draps et l’allonger comme si elle était la chose la plus précieuse qu’il possédait. A genoux au pied du lit et en face d’elle, il attrapa délicatement une de ses jambes et embrassa son pied, puis sa cheville, son tibia, son mollet, puis le côté de son genou, sa cuisse et l’intérieur de cette dernière. Sa peau avait un goût qu’il adorait et qu’il cherchait sans cesse à retrouver. Alors, sans plus attendre, il écarta lentement ses cuisses pour embrasser son pubis puis son intimité.


Beaucoup de Guests voyaient le Mystic Swan comme un endroit où ils étaient rois et où les Résidents n’avaient d’existence que dans la satisfaction de leurs fantasmes. Perseus voyait les choses différemment. Pour lui, ce genre de moments se partageait, le plaisir qu’il ressentait venait tout autant de lui que du fait de donner du plaisir à sa partenaire et, d’ailleurs, les mouvements de sa langue autour de son clitoris déclenchèrent ceux de sa main glissant délicatement entre ses propres jambes pour se masturber doucement. La nuit était encore jeune.


Revenir en haut Aller en bas
Jasmine (Lakshmi)
Jasmine (Lakshmi)
Resilient
Identité : Lakshmi Ajagavakar
Âge et date de naissance : 29 ans
Date d'arrivée : janvier 2017
Occupation à l'hôtel : masseuse tantrique
In the opera house with no one else for miles 200209045613244435

Valeur :
In the opera house with no one else for miles JyvYkf18 / 188 / 18In the opera house with no one else for miles IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Circuler librement au Pandemonium

permanents
Circuler librement au Limbo
Circuler librement à Elysium

Messages : 58
Avantages : 70
Faceclaim : deepika padukone
Crédits : winter soldier
Multicompte(s) : cassia / virginia

 Sujet: Re: In the opera house with no one else for miles   posté le Lun 17 Fév 2020 - 23:52

in the opera house with no one else for miles
Harmonie parfaite, qu'elle expérimente avec lui à chacun de leurs contacts. Elle ferme les yeux, son corps s'imprègne au sien tandis que les gestes se font plus empreints de sensualité. Ses lèvres redessinent les courbures parfaites de son cou, tandis qu'elle sent son torse se lever et s'abaisser dans une respiration plus irrégulière, témoin de son état d'esprit. Elle le transporte dans son monde, où le charnel et la spiritualité ne font qu'un. C'est sa spécialité, et elle est heureuse de voir qu'il y est sensible même s'il n'en a pas totalement confiance, leurs échanges se font dans un respect mutuel et une patience infinie. Il vient à son tour, goûter à sa peau épicée, gorgée de soleil, les frissons se réveillent en rangs le long de son dos. Elle expire, se rapproche de lui, se colle à lui.

Il interrompt l'échange, pour la mettre de côté, en sortant du bain elle l'imite, devine qu'il préfère le confort de son lit pour ces choses là. Ils n'en sont pas à leur première fois, il sait qu'avec elle ça peut durer de très longues heures et que dans un bain ce n'est pas non plus ce dont il a l'habitude. Elle s'essuie, puis se laisse porter, ses bras entourant sa nuque jusqu'à ce que son corps rencontre la fraîcheur des draps. Elle soupire de bien être, laisse son corps à disposition il fait ce qu'il veut d'elle, elle lui est dévouée.  Ses baisers remontant ses jambes passent en éclats de frisson, des pépites laissées qui accélèrent les pulsations de son cœur à chaque fois qu'il les laisse traîner. Elle perçoit la douceur de ses lèvres, sa poitrine encore légèrement humide se couvre de frissons, elle s'appuie sur ses coudes et écarte les cuisses pour le laisser passer au temple de ses désirs. Et cette audacieuse vient lui irradier le corps, douce et chaude contre ses énergies racines, remontent jusqu'au sommet de sa tête. Elle ferme les yeux et sent ces hormones du plaisir prendre dans tout son corps. Elle inspire et expire à un rythme qu'elle impose comme régulier tandis que son cœur augmente son allure. Quand elle ferme les yeux, elle voyage, il l'emmène, elle flotte, elle vole. Et elle le laisse faire, en pleine confiance, et en pleine connaissance de son corps, du plaisir qu'elle sait prendre. Elle inspire, ça prend un peu moins de temps mais ça vient, ça monte. Elle ne gémit pas, sa respiration est juste plus profonde, prouve le parfait contrôle qu'elle a de son corps. Mais quand l'orgasme lui vient elle laisse aller un soupir plus intense, laisse sa nuque se tordre en arrière.

Plaisir intense, le premier d'une série sans doute et laisse sur son visage une expression ensoleillée et épanouie. Elle se redresse, prend la main de Perseus et l'installe sur le lit  à son tour sur le dos. Puis elle pose ses lèvres sur le plexus solaire, ses doigts savants glissent sur ses aines. Puis un baiser à son pubis elle trace la ligne de son torse de sa langue. Laisse un passage, doucement, qui lui permet de s'installer au dessus de lui. Elle l'embrasse doucement sur les lèvres, sa langue caresse doucement la sienne tandis qu'elle pose sa paume chaude sur sa virilité déjà tendue. Elle le masse avec délicatesse, ses doigts savants cherchent toujours ce qu'il aime le plus. Et elle aime par dessus tout lui faire plaisir. Elle descend alors, pose des baisers sur son érection avant de délicatement le prendre en bouche. Elle y va lentement, le fait entrer et sortir d'entre ses lèvres. Il ne s'agit pas de faire la course à l'orgasme, elle emmène son corps dans ces sensations de bien être. Jasmine prend plaisir à le faire, rien que de voir son ventre se soulever à ses respirations plus profondes la mettent en bonne voie. Elle aide de sa main, masse, les gestes sont parfois plus appuyés, plus profonds mais toujours en rythme.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
In the opera house with no one else for miles
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Mystic Swan :: Mystic Swan :: Elysium :: Chambres :: Chambre #183
+
Sauter vers: