Bienvenue sur MS, Invité
Forum interdit aux -18 ans. Merci de bien lire le règlement.
Aucun minimum de mots demandé, 1 RP par mois minimum.
Temporalité : le contexte se déroule de nos jours.
Communauté
Invité, membre ? Rejoins-nous sur Discord !
Découvrez la communauté au travers du tumblr.
Le Mystic Swan en vidéo et sur pinterest !
En ce moment sur Mystic Swan
Nouvel event, rejoignez la Neon Night Party, proposée et animée par Enigma !
Évolution majeure du roleplay : mise à jour du contexte.
Ouverture d'un espace city : Bangor est disponible !
Recherches
L'hôtel a besoin d'hommes ! Privilégiez les scénarios !
Groupe(s) à privilégier : Guardians, Guests, Shades,
Groupe(s) déconseillé(s) : Jewels

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller en bas

Giselle • Révolte dansante

Trigger Warning Dim 29 Aoû 2021 - 21:03

Giselle
GiselleDamned Soul
Voir le profil de l'utilisateur http://mystic-swan.forumactif.com http://mystic-swan.forumactif.com
Giselle (Ava Turner)
Identité
Lieu de naissance ~ Elle est née à Toronto, au Canada.
Nationalité(s) ~ Elle est Américano-canadienne.
Langue(s) parlée(s) ~ Anglais et Français, elle touche également quelques mots d'Italien.

Âge ~ Elle a célébré ses 32 ans, récemment.

Orientation sexuelle ~ Elle aime les courbes masculines, si longuement observées à travers les justaucorps, les muscles saillants se mouvant sous l'épiderme. Si elle a déjà été l'objet de convoitises féminines, elle n'a jamais donné suite, ne se considérant pas de celles qui pourraient apprécier la chose.
Statut civil ~ Célibataire auprès des instances administratives, mariée à la danse classique dans son cœur.

Groupe ~ Swan
Date d'arrivée au MS ~ Début janvier 2021

Caractère
Déterminée ~ Ambitieuse ~ Naïve ~ Désabusée ~ Révoltée ~ Belliqueuse ~ Remueuse de consciences ~ Fragile ~ Sensible ~ Passionnée

Au Mystic Swan
Moyen d'arrivée ~ Manipulée
Ressenti ~ Révoltée

Comportement face aux...
Guardians ~
Mauvais
Guests ~ Mauvais
Swan ~ Amical/Amer
Jewel ~ Amer
Shade ~ neutre
Histoire

Giselle • Révolte dansante 237204098  Giselle • Révolte dansante 306338806
Juin 1999 • 10 ans « Et quatrième… Tes pointes ! Ava, qu’est-ce que tu nous fais là ! » L’enfant sursauta, manquant de chuter, vacillant sur son pied pourtant droit, aligné avec le reste de sa jambe dans une hyperflexion de sa cheville. Sa mère s’avança vers elle, sévère, déterminée. Aujourd’hui, encore, elle ne saurait être parfaite. Aujourd’hui, encore, elle n’était que déception. « Redresse toi. Ouvre ton buste, tes épaules… On dirait un bossu. Ce n’est pas ainsi que je t’ai enseigné les choses ! » Elle avait envie de pleurer, envie de lui dire à quel point tout ceci lui faisait mal. Elle voulait lui dire qu’elle souhaitait arrêter, qu’elle n’avait jamais souhaité faire de ballet… Mais comment le faire entendre à celle qui, jadis, fut tant admirée pour sa grâce… Qui avait tout perdu dans la naissance de son unique enfant. Fort heureusement, il s’agissait d’une fille, plus facile à plier pou se genre de pratique, plus facile à pousser dans l’excellence. Ava avait le sentiment que, jamais, elle n’avait connu autre chose que la danse. Depuis ses trois ans, elle n’entendait parler que de positions, de pointes, de portés et de pas-de-bourrée. Alors qu’elle n’était encore que dans l’âge où l’exploration de son corps passe par l’environnement et les mouvements, elle devait déjà se montrer dans la maîtrise, dans l’excellence.

Ava n’avait jamais mis les pieds dans une école classique, ses parents lui ayant pris un professeur particulier, la poussant à passer les examens par correspondance, le suivi de sa scolarité se faisant par courrier. Elle ne côtoyait que peu de personnes de son âge. Si, lors des différents concours de danse qu’elle présentait par désir de sa mère de la voir un jour au moins aussi bonne qu’elle. Par désir de faire de sa fille ce qu’elle n’a su devenir dans son intégralité. Il y avait une sacrée psychologie à étudier chez madame Turner… Les autres jeunes enfants n’étaient alors que des rivales, des rats qu’il fallait piétiner à coup de pointes. Chaque première place méritait davantage de travail pour maintenir un tel niveau. Chaque échec était prétexte à travailler pour simplement devenir l’élite. Ava n’avait que dix ans et pourtant, elle craignait sa mère. « Et tu reprends… Mieux que ça ! Tu ne fais pas d’efforts ! Que vas-tu faire dans la vie si tu ne parviens pas à faire ça ! » Tremblante, l’enfant devait poursuivre sa troisième heure de travail. Elle devait continuer à danser, jusqu’à ce que son corps lâche. Ou jusqu’à ce que s’effondre son esprit.

***

Juillet 2007 • 18 ans Mademoiselle,

Nous avons le plaisir de vous annoncer que votre candidature afin d’intégrer le conservatoire de Vancouver a été étudiée et acceptée. Vous intégrerez de ce fait le corps de ballet de l’établissement ainsi que le programme d’enseignement spécialisé en danse classique.


Vancouver. Ce n’était pas New-York. Evidemment, cela, elle l’entendit des heures durant, elle qui avait échoué son autre concours d’entrée. Mais elle préférait s’éloigner du giron familial, elle souhaitait fuir cet environnement néfaste. Elle avait su obtenir son diplôme de fin d’étude. Ava ne rêvait toujours guère de chaussons et de collants. Elle souhaitait devenir médecin, ou infirmière. Mais quels pouvaient être ses désirs face à la volonté brute du dragon familial qui écrasait son avenir sous ses propres désirs, sous sa volonté farouche ? On lui finançait de la danse classique. Rien d’autre. Et Ava était fragile, doucement incapable de prendre des décisions aussi radicales. Intégrant alors l’établissement à l’âge de 18 ans, elle y apprit à danser avec moins de pression, moins de dureté. Les professeurs étaient sévères, oui, ils réclamaient l’excellence. Mais ils n’étaient plus sa mère. Et cette distance lui permettait de vivre plus agréablement les choses. Elle pouvait manger un plat qui autrefois, n’aurait jamais été permis. Si on surveillait leur santé, on leur apprenait à trouver un équilibre entre vie privée et la danse et ce fut certainement la première fois qu’Ava put sociabiliser. Loin des rivales New-Yorkaises, elle découvrit le partage, la compassion. Elle découvrit l’amitié.

***

avril 2011 • 22 ans« Simon s’est blessé… Il ne pourra pas interpréter Albrecht. » Un tremblement de terre. Giselle se retrouvait sans amant. Giselle se retrouvait à errer, dans la solitude. Enfin, c’est ce que songea celle qui l’interprétait, jusqu’à ce que Seymour, le chorégraphe, ne lui présente son nouveau partenaire. Albrecht. Elias Il était charmant. Il était gentil. Ils n’échangèrent que peu, trop occupés à parler avec leurs corps. Elle se laissa aller dans ses bras, soulevée du sol dans une confiance absolue. Ses mains ne cherchèrent pas à laisser des marques sur son corps. Ses mains étaient douces. Et quand il dansait… Elle découvrit ce que cet Art pouvait être, cette passion dévorante qui l’animait, ce besoin de danser pour exister. Secrètement, Ava s’en inspira, répétant à des heures plus nocturnes, solitaire, fermant les paupières pour mieux vivre l’instant.

Seymour avait fini par découvrir son secret, et le loup s’invita dans la bergerie. Il lui proposa de répéter. Il faisait cela avec beaucoup d’élèves. Trop, maintenant qu’elle connaissait le secret. Et pourtant, s’il frôla son corps, il ne chercha jamais à s’en emparer vraiment. Il ne fit que s’amuser à la séduire. Laissant ses lèvres gouter les siennes, elle devina aisément qu’il ne lui en demanderait que toujours plus. Et elle ne pouvait en parler sans risquer sa place. Alors, elle joua à ce jeu. Alors, elle laissa l’homme croire en sa chance. Sa manière d’agir, de ne pas résister… Tout cela dû jouer.

Sa rage et sa colère prit le pas sur technique, faisant d’elle une danseuse émérite. La meilleure. Et si Giselle fut un succès, ce fut tant grâce au chorégraphe qu’à son partenaire. Mais le bonheur fut de courte durée. Le bonheur s’évanouit quand il disparut, sans même lui laisser un numéro de téléphone où le joindre. « Il faut croire qu’il n’avait pas ce qu’il faut… Contrairement à toi, jolie princesse… Je vais t’emmener jusqu’aux étoiles, je te le promets. »

***

octobre 2013 • 24 ans Les larmes roulaient sur ses joues. Sa tête allait exploser. Son crâne n’était qu’une tempête chaotique. Stop Elle voulait que ça s’arrête. Elle voulait qu’on la laisse tranquille. C’était trop. Stop.

Elle était entrée au conservatoire de New-York, Elias lui ayant, malgré lui, offert ce qui lui manquait pour accéder à cette étape. Alors elle était revenue dans le giron de sa mère et de ses critiques. Tu as grossi. Tu n’es pas assez bonne. Après tous les sacrifices que l’on a fait pour toi. Moi, à ton âge… Mais elle n’était guère sa mère. Elle ne voulait guère devenir ce bourreau qui l’avait tant fait souffrir. Elle ne désirait pas mettre au monde un enfant qui subirait les mêmes angoisses qu’elle avait pu vivre. Se plongeant corps et âme dans la danse, elle retrouva Seymour. L’homme avait été consulté sur la chorégraphie du ballet qu’ils préparaient. Et elle devait, le lendemain, auditionner pour le rôle principal, cygne royal, cygne blanc, cygne noir. « Celle qui obtiendra cette place verra toutes les portes s’ouvrir devant elle. » Alors elle avait travaillé dur. Très dur. Elle ne sortait plus, sautait des repas. La danse. Encore la danse. Toujours la danse. Stop.

Elle avait été voir Seymour. Elle avait laissé les larmes couler le long de ses joues pour lui exprimer son souhait, sa volonté de n’être qu’un second rôle. L’homme avait su montrer le monstre sommeillant en lui. L’homme avait su lui rappeler que ce n’était guère avec ce genre de mentalité qu’elle obtiendrait sa place. « Si tu es venue… C’est que tu as besoin d’un coup de pouce, c’est ça ? » Alors l’homme avait laissé ses lèvres se poser dans son cou. Stop. Mais qui se refuse à Seymour ? La lueur malsaine de son regard s’était allumée à l’instant même où elle avait tenté de le repousser. Là. Tu vois ? Le corps fragile de la ballerine n’était que poupée dans les mains d’un marionnettiste qui en connaissait toutes les ficelles. Stop.

Observant son reflet dans le miroir de la salle de bain, elle se dévisagea longuement. Qui es-tu ? Elle n’était plus elle-même. Elle ne respectait plus son identité propre. La réussite, envers et contre tout… Mais surtout au dépend de son existence. La pensée folle lui traversa l’esprit. Celle de ne plus exister, tout simplement. Alors, elle avait pris la lame entre ses doigts, faisant ce qui lui semblait être le mieux. Stop.

***

Juillet 2014 • 25 ans Vivante. Pourquoi était-elle encore de ce monde ? Hospitalisée, elle était passée des soins intensifs au service de psychiatrie. Votre IMC nous indique une maigreur importante… Avez-vous des troubles du comportement alimentaire ? Oui. Mais c’était la norme dans son milieu, rien de surprenant, même pour les docteurs. Nous avons suspendu le droit de visite de vos proches, pour le moment… Nous allons procéder à un entretien afin d’évaluer si leur présence est positive ou non pour votre rétablissement. Non. En aucun cas. Qu’ils partent. Qu’ils disparaissent tous aussi loin que possible…

Esseulée, elle fut étroitement suivie par de nombreux spécialistes. Dépression. Le mot était rude à entendre. Il le fut plus encore pour sa mère lorsque, pour la première fois, elle fut conviée à un entretien familial. Son père culpabilisait. Son père s’en voulait de son absentéisme, se reprochait de n’avoir rien vu. Quant à sa mère… Mais tu aimes la danse, Ava, enfin ! Non. Pas comme ça. Pas tant que cette femme serait derrière elle à la pousser, à faire des choix à sa place. Enfin, les mots purent sortir. Enfin, elle put extérioriser son mal-être. Sa mère, la danse, Seymour… La parole s’était libérée dans le cabinet de son psychiatre qui l’encouragea à faire ce qu’il fallait. Aller jusqu’à déposer plainte. Mais l’homme était une pointure. L’homme était protégé. L’accuser quand on devinait aisément ce qu’il se tramait dans chaque salle de répétition où son ombre passait, c’était dire adieu à cette voie qui, aussi destructrice avait-elle pu être, était devenu une raison pour elle de vivre, également. Complexité réelle de son existence.

Elle refusa également l’envoi d’ordonnance restrictive, particulièrement à Seymour. Si elle devait se tenir loin de lui, alors elle devrait s’éloigner de la scène… Et c’était devenu son monde. La famille Turner explosa. Sa mère coupa abruptement les ponts quand son père se décida à devenir plus présent dans sa vie. Un mal pour un bien. Après huit longs mois ainsi hospitalisée, elle quitta sa petite chambre immaculée et ses compagnon d’infortune. Elle s’en retourna vivre sa vie.


***

Décembre 2020 • 31 ans « Ta mère a appelé… » Il n’avait pas besoin d’en dire davantage. Elle avait dû trouver une nouvelle excuse, un nouveau prétexte pour ne pas se rendre à la première. Ainsi soit-elle. Ava n’avait rien à se reprocher, lui ayant envoyé un billet au premier rang dès lors qu’elle avait su qu’elle tenait le premier rôle. Enfin, elle avait réussi. Danseuse étoile de l’opéra de New-York, elle était attendue sur bien des événements. Ava ne touchait plus le ciel, elle faisait désormais partie d’une constellation bien particulière. Ce soir, elle rejouait Giselle, comme une boucle trouvant sa fin, comme un rond parfait. Ce soir, elle ferait vibrer son public comme elle l’avait rarement fait. Le spectacle était une représentation unique pour laquelle les places s’étaient arrachées à prix d’or. A presque 31 ans, il était temps pour elle d’accepter autre chose, de se trouver une place couvée par une poule aux œufs d’or.

Un intermédiaire lui avait présenté un contrat. La famille royale du Luxembourg désirait l’intégrer dans son corps de ballet particulier pour les représentations données lors de réceptions, lors de la venue d’éminents invités. Une offre si généreusement payée qu’elle pourrait s’assurer un avenir plus que doré, n’ayant pourtant jamais couru après l’argent. A la fin du spectacle, elle rencontrerait celui qui représentait cette famille. Un chorégraphe de renom qui s’est largement fait connaître en Europe, disait-on. Elle avait bien établi quelques hypothèses… Mais elle n’aurait pu imaginer à quel point elle se trompait.

Auréolée par la réussite, couverte de fleurs et bercée par les applaudissements, elle avait offert à son public un bis des plus libérés, comme si rien n’avait plus d’importance. Certains soutenaient même qu’il était plus réussi que lors de sa première fois. Applaudie jusque dans ses coulisses par ses collègues, ses amis, elle retrouva également son géniteur, l’homme qui, du jour au lendemain, avait choisi de tout donner pour l’encourager sans jamais la pousser dans une voie ou une autre. Et cette éducation avait été la meilleure. Elle ne le remercierait jamais assez pour ce présent, pour sa présence. Regagnant sa loge, elle avait souri lors de l’annonce de la venue de son futur employeur… Et avait ravalé son air réjoui quand elle avait reconnu les traits de son visage. Seymour. Roi se pavanant parmi les cygnes, il ne sembla pas même s’inquiéter de la réaction de la blonde. D’un instant à l’autre, sans justification aucune, elle se braqua. Elle ne voulait plus y aller. Et toute l’assistance sembla ne pas comprendre. A nouveau, on l’incita. A nouveau, on tenta de la convaincre. Si elle y était formellement opposée, elle dut concéder que Seymour n’était que l’intermédiaire. Qu’il ne serait pas réellement là, quand bien même il souhaitait la conduire lui-même auprès de ses nouveaux employeurs. La voiture, d’abord, puis l’avion. Alors, à contrecœur, elle accepta. Et ce fut certainement la décision la plus bête de sa vie.

***

11 janvier 2021 • 31 ans Hurler. Frapper. Brasser de l’air de ses poings et de ses pieds. Elle se débattait comme un fauve, dans l’étau de chair que formait celui qu’elle identifia ès lors comme un ennemi. Dupée. Trahie. Aurait-elle pu espérer autre chose de Seymour ? L’homme l’avait conduite entre ces murs, lui signifiant sa volonté de faire une pause pour la nuit. Elle avait dormi durant tout le trajet, assommée par elle ne savait quelle étrange fatigue. En réalité, il l’avait drogué. Qui sait ce qu’il avait pu faire d’elle alors que l’inconscient l’avait saisie ? Rien, apparemment, mais son esprit fantasque avait pris le contrôle sur son corps et quand il présenta la demoiselle comme étant leur nouveau Swan, la peur, l’incompréhension, la colère et la rage s’était emparée d’elle.

Telle une forcenée, elle s’était jetée sur lui sur cette cible qu’elle haïssant, lui crachant à la figure tant au sens littéral qu’au figuré. Et lui semblait s’en amuser. Lui semblait vouloir la voir se débattre. Giselle. Il leur offrit ce nom, ce rôle qui avait tant été le sien depuis le premier jour de leur rencontre. On l’avait alors saisie, immobilisée, intimée de se calmer. On parlait de lui donner un calmant, de l’enfermer à l’isoloir… Ces paroles n’avaient aucun sens pour elle, l’ire dépassant le chemin de ses pensées pour venir s’écraser contre l’ego satisfait du chorégraphe. Je reviendrais prendre de tes nouvelles… Qu’il aille brûler en enfer et se faire dévorer par le Diable, ce bougre. Alors, happée par ces bras à la poigne de fer, elle fut emmenée au loin, par la force. Ses cris intriguèrent autant que les coups qu’elle pouvait porter aux plafonds et aux murs. Ses droits. Quels étaient-ils, ses droits en ces lieux ? Elle l’ignorait et pourtant, en cet instant, elle songea à son père. Et même à sa mère.

Conduite entre quatre murs nulle fenêtre pour mieux voir, nulle couche pour mieux dormir, elle passa les premières heures à hurler. Encore et encore, jusqu’à l’épuisement, elle vociféra insultes et menaces. Puis, vinrent les larmes, amères, salées. Les larmes de cette liberté arrachée, de cette peur poignante qui la dévorait. Qu’allait-on lui faire ? Quel était cet endroit ? Il lui fallut deux jours pour obtenir les premières réponses. Epuisée, elle n’eut d’autres choix que d’écouter. Et si, les premières heures, elle demeura farouchement opposée à tout ce système, elle finit par céder, courber l’échine… Non sans ressentir l’envie de se relever pour mieux frapper.

***

Février 2021 • 31 ans La tourmente devait prendre fin. Il n’avait fallu qu’une étincelle. Il n’avait fallu qu’une trainée de poudre. Envieuse de s’échapper, elle avait rejoint le mouvement contestataire. Prête à courir, ils avaient dû faire face aux Guardians… Et le chaos s’était abattu sur tout l’établissement.

Il y avait eu un premier corps, s’effondrant au sol. A cet instant, Ava n’avait compris qu’il n’était plus, qu’il ne se relèverait jamais. Les coups de feu avaient alors commencé à se faire entendre et, avec eux, cette volonté de se cacher, de fuir. Accompagnée d’une autre demoiselle, ignorant jusqu’à son nom, elle avait dévalé l’escalier. Elles auraient dû atteindre la porte d’entrée. Elle aurait dû pouvoir quitter cet enfer, avec ou sans lui. Mais, d’une balle parfaitement logée dans la tête de sa voisine, elle comprit qu’elle n’y parviendrait pas, à moins de le faire les pieds devant. Le sang avait giclé sur son épiderme pâle, venant le teindre d’un rouge immonde. Elle aurait voulu hurler, plaquant les mains sur sa bouche pour éviter que l’on comprenne sa présence. Elle ne pourrait pas fuir. Mais dans le chaos, elle ne devait pas mourir. Ouvrant la première porte qui se trouvait là, elle s’enferma dans une chambre, se faufilant sous le lit, jouant de sa silhouette squelettique pour mieux se cacher là où personne ne pourrait la trouver.

Elle avait encouragé les choses. Elle avait souhaité raviver la flamme des opprimés. Et voilà qu’elle achevait cette journée dans la crainte de ne pas voir le lendemain. Pleurant en silence, elle manqua de hurler quand, enfin, on la trouva à cette place, plus de 24h après les faits. Peu de monde la connaissait. Peu étaient capable d’affirmer sa participation à ce carnage. Alors, elle fut préservée.

***

Juin 2021 • 32 ans « Tu es si belle… Veux-tu bien le refaire, je te prie ? » Elle sourit, faussement flattée, se remettant en pointe, laissant son corps tout entier s’allonger dans l’espace. L’homme s’était approché, son verre de whisky à la main, venait soutenir son corps en laissant ses mains baladeuses glisser le long de sa cuisse. « Si belle… » Glissant ses lèvres dans sa nuque découverte, il y déposa quelques baisers, immobilisant la jeune femme.

La révolte avait fait taire tous ses désirs de fuite. Un temps durant, Giselle ne fut plus même capable de se montrer sur cette scène, traumatisée comme elle l’était de ce spectacle sanglant. Puis, peu à peu, on l’avait poussé à le faire. Pour les spectacles, principalement, et depuis peu, elle était de retour sur le marché des shows plus privés. L’Host qui était là n’en était pas à sa première fois en sa compagnie, payant pour une prestation intégrale. S’il la répugnait, la douce tête blonde avait fini par songer que c’était un sacrifice peut être nécessaire. Si elle ne pouvait sortir d’ici par la force… Le ferait-elle par la ruse ? Mais le prix à payer en vaut-il réellement la peine ?



HRP
Votre pseudo ~ Enaira
Vôtre âge ~ 29 ans

Avatar ~ Casimere Jollette (© tearsflight)
Type de personnage ~ Pré-lien

Multicompte ~ Non
Comment avez-vous connu MS ~ Forum partenaire
Mystic Swan

Trigger Warning Dim 29 Aoû 2021 - 21:10

Saffron
Saffronthose who suffer survive ϟ
Voir le profil de l'utilisateur http://mystic-swan.forumactif.com/t528-saffron-dolores-and-the-saffron-flower-clear-as-a-flame-of-sacrifice-breaks-out http://mystic-swan.forumactif.com/t530-saffron-dolores-anything-is-better-than-to-be-alone
La belle Giselle Giselle • Révolte dansante 2221033528 Très bon choix de scénario, tu es entre de bonnes mains avec Faust Giselle • Révolte dansante 4060101256

Bienvenue officiellement au MS Giselle • Révolte dansante 1895499648

Bon courage pour la suite de ta fiche Giselle • Révolte dansante 862994184


all I ever wanted all I ever needed ϟ
saffron & orchid

Trigger Warning Lun 30 Aoû 2021 - 10:40

Faust
FaustDanse avec ton âme
Voir le profil de l'utilisateur http://mystic-swan.forumactif.com http://mystic-swan.forumactif.com
Bienvenue officiellement ! Giselle • Révolte dansante 3779702907

Je te l'ai déjà dit mais je suis tellement contente que tu aie pris mon scenario ! Giselle • Révolte dansante 1180553253

Casimere est parfaite ! Giselle • Révolte dansante 2596765310

Bon courage pour la fin de ta fiche ! Giselle • Révolte dansante 4060101256

Trigger Warning Lun 30 Aoû 2021 - 18:29

Beleth
BelethThe Last Devil Before Hell
Voir le profil de l'utilisateur https://www.mystic-swan.net/t2395-guardian-beleth-responsable-du-purgatory https://www.mystic-swan.net/t2398-guardian-beleth-responsable-du-purgatory
Bienvenue officiellement! On ne manquera jamais d'étoiles blondes romantiques...  Giselle • Révolte dansante 1f618  Giselle • Révolte dansante 1f607

Trigger Warning Ven 3 Sep 2021 - 16:16

White Swan
White SwanDamned Soul
Voir le profil de l'utilisateur
Délais supplémentaire accordé jusqu'au 12.09.2021

Trigger Warning Ven 10 Sep 2021 - 13:13

Jasmine
JasmineDamned Soul
Voir le profil de l'utilisateur https://www.mystic-swan.net/t2397-jasmine-symbol-of-friendliness-modesty-and-simplicity https://www.mystic-swan.net/t2399-jasmine-delicate-flower-from-cuba
Bienvenue.
bon courage pour la suite.



diamond in darkness
night jasmine
the heartbeat no cardiologist has ever heard

Trigger Warning Sam 11 Sep 2021 - 9:34

Varcan
VarcanDamned Soul
Voir le profil de l'utilisateur https://www.mystic-swan.net/t2407-guardian-varcan-assistant-de-direction https://www.mystic-swan.net/t2409-guardian-varcan-assistant-de-direction
On veut la fin ! Giselle • Révolte dansante 4085798827

Trigger Warning Dim 12 Sep 2021 - 16:13

White Swan
White SwanDamned Soul
Voir le profil de l'utilisateur
Fiche validée
Sois le/la bienvenu(e), mon agneau !

☙ Nous sommes heureux de t'accueillir parmi nous. Maintenant validé(e), tu peux aller rédiger ta fiche de liens et poster dans celles des autres joueurs. Pour t'aider à trouver un partenaire et débuter le Role Play, consulte les recherches de RPs.

☙ Nous t'invitons également, si ce n'est pas déjà fait, à compléter les champs de ton profil afin d'y indiquer clairement la réelle identité de ton personnage (Prénom Nom), son occupation à l'hôtel et sa date d'arrivée.

☙ Si tu as la moindre question, n'hésite pas à envoyer un MP directement à ce compte. Un administrateur te répondra avec plaisir. Pour toute autre demande, nous te renvoyons vers ce sujet.

☙ Pour échanger avec la communauté, viens faire un tour sur la ChatBox ou bien sur le serveur Discord du forum !

Amuse-toi bien entre nos murs.
Bienvenue
au Mystic Swan Hotel

Revenir en haut Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum