RechercherRechercher  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bonne année 2020 !
Mystic Swan vous présente ses meilleurs vœux pour cette nouvelle année ♥️
Soutenez MS !
Un petit mot sur Bazzart, PRD et quelques votes ♥️
Mystic Swan recherche
L'hôtel a besoin de Guardians Et surtout d'hommes pour renflouer ses rangs.
Nous invitons les potentiels nouveaux à privilégier les scénarios !
Event #8 ~ À venir
stay tuned
Partagez
Mystic Swan :: Hors-Jeu :: Archives :: RPs terminés
Aller en bas 

 At the beginning -- (18 ans et +)

Anonymous
Invité
Invité
 Sujet: At the beginning -- (18 ans et +)    posté le Dim 2 Juin 2019 - 21:52

Huit mois se sont écoulés depuis la disparition d’Estrella. Un matin elle s’est levée comme d’habitude pour aller au boulot et elle n’est jamais revenue. Depuis je vis un véritable calvaire. Je suis à sa recherche. À la recherche d’une infirme information qui me permettrait de savoir ce qui est arrivé. Ou est-elle? Pourquoi est-elle disparue ainsi sans prévenir ni moi ni sa famille? Une foule de questions qui restent encore et toujours sans réponses se pressent dans mon esprit.

La police a d’abord pensé à une fugue et puis voyant que cela ne correspondait pas à sa personnalité, ils ont envisagé un kidnapping. Et puis n’ayant aucune nouvelles information ou piste au sujet de sa disparition, ils ont classé le dossier. Pour ma part, je n’ai pas baissé les bras. Je continue à la cherchée. J’ai interrogé tous les membres de sa famille. Toutes ses amies et connaissances, mais rien. Tous sont aussi surpris que moi par sa disparition. J’ai fouillé dans toutes ses affaires pour trouver quelque chose qui pourrait expliquer sa disparition, mais je n’aie rien trouvée. J’ai enfreint une règle sacrée en lisant son journal personnel, mais je n’ai rien trouvé. Mon Estrella était heureuse. Nous étions amoureux et c’est de notre vie à deux et de nos projets qu’est rempli son journal. Nous n’avions pas de soucis. Aucun problème alors pour quelle raison elle aurait décidé de me quitter comme l’ont si souvent suggéré les policiers. Ils ont de nombreuses fois évoqué le fait que ma copine pourrait m’avoir quittée pour un autre homme, mais je ne peux y croire. Non pas Estrella. C’est la femme la plus droite que je connaissance. Elle est loyale et fidèle. Jamais elle ne m’aurait quittée de la sorte. Il y a donc forcément une explication.    

Aujourd’hui, j’ai décidé de tenter une nouvelle fois d’avoir un entretien avec son patron. C’est la seule personne de son entourage que je n’ai pas encore eu la chance d’interroger. Je sais que la police la rencontré, mais comme je n’ai pas eu accès au compte rendu des entretiens, je veux moi-même m’assurer que ce type ne cache pas une information. Ce n’est pas la première fois que j’essaie d’avoir un rendez-vous avec Monsieur Saunders, mais chaque fois sa secrétaire remet mon rendez-vous ou me dit qu’il est en dehors du pays pour affaire. Las de ces tentatives d’évitement, j’ai appelé tous les jours pour finalement décrocher un entretien de quelques minutes. Le jour du rendez-vous, je me présente à l’ancien bureau de ma fiancée et attends avec impatience mon entretien avec son patron. Je ne sais pas grand-chose au sujet de cet homme. La presse le décrit comme un magnat des affaires. Il est la représentation parfaite du rêve américain. Un type parti de rien et qui a fait fortune à force de persévérance et de travail. Je sais qu’Estrella le tenait en très haute estime et qu’elle se trouvait extrêmement chanceuse d’avoir décroché un stage dans son entreprise. Pour bien se faire voir aux yeux du patron de la boîte, elle ne comptait pas ses heures et il lui arrivait de rentrer très tard. Hormis son admiration pour Saunders, elle n’était pas très bavarde au sujet de ce qu’elle faisait comme boulot aussi je ne sais pas si leur relation était au beau fixe.

Quinze heures. La secrétaire de Saunders me fait signe que je peux la suivre dans le bureau du patron. Le bureau est désert et elle m’offre de m’asseoir sur un sofa. Elle m’offre à boire et j’accepte un peu d’eau. La pièce est immense et bien aménagée. Ce type a du goût et il aime le luxe. Ce qui attire d’abord mon regard est la vue magnifique qu’il a sur la ville. Je regarde ma montre. Les secondes me semblent interminables et puis tout à coup, j’entends la voix d’un homme qui s’approche. Il est pendu à son téléphone et semble surpris par ma présence dans son bureau. Voyant la surprise dans le regard de son patron, sa secrétaire lui rappel rapidement qui je suis et la raison de ma visite. Pas de doute, le type n’est pas heureux de me voir et il a certainement hâte d’en avoir fini avec moi. Je ne perds pas une seconde et je me lève du sofa en le voyant. Il dépose ses affaires sur son bureau et je me présente officiellement.

- Merci de me recevoir Monsieur Saunders. Je sais que vous êtes très occupé aussi je vais aller à l’essentiel. Mon nom est Alejandro Chavez. Je suis le fiancé d’Estrella Navajas… si je suis venu vous voir aujourd’hui, c’est pour vous poser quelques questions au sujet d’Estrella.

Je lui fais un léger compte rendu des évènements depuis la disparition de ma fiancée et lui demande s’il a remarqué quelque chose de suspect dans son comportement ou dans ses habitudes dans les jours qui ont précédé sa disparition. Emporté et nerveux, je le bombarde de questions au sujet d’Estrella. Le type m’écoute, mais je vois bien que son esprit est ailleurs. Son attitude me met en rogne. Il semble se foutre complètement de ce que je lui raconte et de ce qui est arrivé à son employée.
Revenir en haut Aller en bas
Orion (Rhys)
Orion (Rhys)
Mesmerized
At the beginning  -- (18 ans et +)   190818123014263245
At the beginning  -- (18 ans et +)   HWjA00u
DEEP IN YOUR VEINS ϟ Would you mind if I hurt you? Understand that I need to. Wish that I had other choices than to harm the one I love
At the beginning  -- (18 ans et +)   191014113804466553
At the beginning  -- (18 ans et +)   191014113807105200
FACINATING DOLLS ϟ mine. irresistible beauties where my hands possess you. I created you, to fascinate in my image. broken women become exalted dolls. You are my toys. My fuckdolls.
At the beginning  -- (18 ans et +)   EQjoN79
At the beginning  -- (18 ans et +)   15536422
At the beginning  -- (18 ans et +)   Good-girl1
SADISME (N.M)
1. Perversion sexuelle dans laquelle le plaisir ne peut être obtenu que par la souffrance infligée à l'objet du désir.
Sadisme et masochisme.
2. Goût pervers de faire souffrir.
Identité : Rhys Saunders.
Âge et date de naissance : 45 ans, 26.02.1974.
Date d'arrivée : 13.06.1998.
Occupation à l'hôtel : Guest privilégié. Négociateur pour le trafic de drogues.
Côté cœur : Marié à une femme dont la flamme s'est éteinte. Amouraché de son orchidée et de ses deux fleurs..

At the beginning  -- (18 ans et +)   Giphy

Valeur :
At the beginning  -- (18 ans et +)   JyvYkf117 / 1817 / 18At the beginning  -- (18 ans et +)   IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Avoir une chambre personnelle
Circuler librement à Elysium
Circuler librement au Limbo

permanents
Circuler librement au Pandemonium
Circuler librement au Purgatory
Avoir une Shade personnelle
Avoir une Jewel personnelle
Participer aux soirées privées des Guardians

provisoires
Demander un spectacle privé

Messages : 563
Avantages : 215
Faceclaim : Jude Law.
Crédits : ©a-h♥♥ (avatar) ; ©SWAN (signa) ; ©tumblr&©a-h♥♥ (gifs).
Multicompte(s) : Beleth, Emerald, Prometheus, Hermès, Ipheon.

 Sujet: Re: At the beginning -- (18 ans et +)    posté le Lun 3 Juin 2019 - 11:23

at the beginning
03 juin 2019, 15h00, Siège de Saunders Company & Co. , New-York City.

« Je n'ai pas le temps pour ses conneries. Tu dois lui vendre point barre. Ne me fais pas te regretter. » dis-je d'une voix assez remontée, portable collé à l'oreille alors que je pénétrais dans les bureaux de ma compagnie. A l'autre bout du fil un des revendeurs de ma précieuse marchandise et il pouvait me rapporter gros, il n'avait clairement pas le droit de se défiler sinon je ne me priverai pas pour le remplacer par quelqu'un de plus compétent. Je martelais le bouton de l'ascenseur une fois le hall d'entrée traversé, je pénétrais dans la cage une fois les portes ouvertes puis direction le dernier étage du building. « Je pars ce soir. Je serai en stand-bye deux semaines donc je compte sur toi pour que tout se pas... » oh non je n'ai pas été coupé, j'ai toujours du réseau, ce n'est que la présence de ma secrétaire et d'un homme dans mon bureau alors que j'ouvre la porte. « Qui est-ce ? » demandais-je à ma secrétaire collant mon téléphone à ma veste « Votre rendez-vous de quinze heure Monsieur Saunders. Monsieur Chavez. Il est ici au sujet de sa fiancée. » me dit-elle avant de s'éclipser et de retourner à ses affaires, refermant la porte de mon bureau. Je ne répondis pas à l'homme, remettant mon téléphone à l'oreille « Je dois te laisser. Je compte sur toi. » et je raccrochais aussitôt jetant presque mon téléphone sur mon bureau. Je le contournais pour venir m'asseoir dans mon siège et aussitôt l'homme assis en face de moi se levait pour me faire face et se présenter à nouveau et me rappeler qu'il était ici pour Estrella. Ma mâchoire se crispait aussitôt quand j'entendais son nom. Je ne disais rien alors qu'il continuait son monologue à me poser des questions, à me demander si elle agissait bizarrement les derniers jours qui ont suivit sa disparition. Je n'écoutais clairement qu'un mot sur deux de ce qu'il me disait, j'avais l'esprit ailleurs. Mais je revenais à la réalité en le regardant et en ouvrant enfin les lèvres. « Monsieur Chavez. Estrella était compétente, professionnelle et impliquée dans ce qu'elle entreprenait ici. Je ne lui portais pas plus d'attention que cela, je suis un homme débordé et j'ai mieux à faire que de m'intéresser à une simple stagiaire.. » lui dis-je. Ce n'était qu'un tissu de mensonge bien évidemment, je m'intéressais de près à Estrella à l'époque et cet alors que je fixais le sofa qui était derrière cet Alejandro et une bride de souvenir me revint en mémoire. Le soir-même où j'ai commencé à tester Estrella.

(Flasback) 29 Septembre 2018, 19h00, Siège de Saunders Company & Co. , New-York City.

« Je vous en prie Estrella, asseyez-vous. » dis-je à la stagiaire montrant de ma main le sofa juste en face de mon bureau. Il était bientôt dix-neuf heures et j'avais prévenu ma femme tout à l'heure par message que je risquais de rester au bureau une bonne partie de la soirée. Elle n'avait pas poser plus de questions que cela et tant mieux. Si je restais ici ce n'était clairement pas pour les affaires de la compagnie mais pour une affaire personnelle et elle était en face de moi. « Merci d'être restée Estrella. Je dois vous avouer avoir eu un emploi du temps chargé aujourd'hui. Et le seul moment que je pouvais avoir pour m'entretenir avec vous c'était celui-ci.  » Je me levais de mon siège pour contourner le bureau en prenant au passage un dossier. Je venais m'adosser contre l'armature de mon bureau juste en face d'elle et ouvrir le dossier. « Pour votre évaluation de fin de mois au sein de la compagnie, je dois dire que je suis vraiment satisfait de votre implication.. » je relevais les yeux vers elle, sourire chaleureux sur les lèvres.

03 juin 2019, 20h00, Mystic Swan, Maine.

Enfin de retour à l'hôtel. Je dois dire que j'avais hâte d'y retourné. Et ma hâte s'est empressé suite à mon entretien avec cet Alejandro Chavez dans l'après-midi. Je roulais dans la cour du Mystic pour m'arrêter devant l'entrée. Je descendais de ma voiture et un Guardian s'empressa de prendre ma valise et un autre de venir à moi pour prendre mes clés et aller garer ma voiture au parking. Une main dans un poche, je gravissais les marches pour pénétrer à l'intérieur du hall d'entrée. « Bonsoir ma jolie. Comment vas-tu ? Dis moi Dahlia est dans ma chambre ? » dis-je à la Jewel chargée de l’accueil des client. « Orion. C'est un plaisir de vous revoir au Mystic Swan. Je vais bien merci. Comme convenu monsieur, comme à chaque fois lors de votre arrivée elle vous attend dans votre chambre. » « Et Iris ? » « Iris affectée à l'entretien de l'hôtel pour la soirée comme convenu suite à votre appel Orion. » « Excellent dans ce cas. Merci. Mes amitiés à Tsadquiel. » « Je n'y manquerai pas Monsieur. Bonne soirée. » je quittais la Jewel prenant ma valise que le Guardian m'avait prit en arrivant puis je me rendais à l'étage, jusqu'à la porte de ma chambre. J'ouvrais la porte et je retrouvais après deux longs mois, ma petite poupée, ma chienne dévouée, Dahlia. « Bonsoir ma petite poupée. » dis-je pénétrant dans la chambre refermant la porte.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
 Sujet: Re: At the beginning -- (18 ans et +)    posté le Sam 8 Juin 2019 - 15:40



03 juin 2019, 15 h 15, Siège de Saunders Company & Co., New York

J’essaie de garder mon calme, mais tout dans son attitude me donne la nausée. Quelle suffisance. Quelle arrogance. Comment Estrella a pu supporter travailler pour un type pareil. Assis derrière son bureau, c’est à peine s’il me porte attention. Je le dérange dans sa petite routine et cela l’importune, mais je n’ai que faire de ce qu’il pense. J’insiste et le bombarde de questions. Finalement quand il ouvre la bouche, c’est pour me balancer qu’il n’est pas responsable de surveiller ses employés et il n’a que faire d’une petite stagiaire et même si celle-ci est disparue depuis plusieurs mois.

* sucio hijo de puta*

Furieux, je dois me retenir pour ne pas lui balancer des vannes ou mieux encore mon poing en pleine figure. J’essaie tant bien que mal de garder mon calme. C’est clair que je n’obtiendrai rien de lui. Je me force à lui sourire et le remercie pour la forme de m’avoir reçu. Je lui tends ma carte et avant de quitter son bureau, je lui dis : « Je vous laisse ma carte. Si jamais vous avez souvenir d’un détail ou de quelques choses, n’hésitez pas. »

Le type me regarde à peine et ne me raccompagne même pas à la porte de son bureau pour me saluer. Quel manque de classe! Assis dans son fauteuil, il semble perdu dans ses pensées et fixe son foutu sofa comme s’il s’agissait d’une œuvre d’art. Plus j’y pense et plus je me demande ce que ma chérie pouvait lui trouvé. J’espère qu’il traite mieux ses partenaires d’affaires parce qu’il risque un jour de se retrouver tout fin seul au sommet de sa tour d’ivoire.


(Flashback) 29 septembre 2018, 19 h, Siège de Saunders Company & Co. New York.

Mon réveil matin sonne. Un autre jour se lève. Je suis ma petite routine quotidienne et je me prépare pour le boulot. Après avoir pris une douche, j’enfile un chemisier ivoire, une jupe mi-genoux anthracite en tweed ainsi que la veste assortie pour compléter ma tenue. Je passe ensuite rapidement dans la salle de bain pour me coiffer d’un chignon, me maquille légèrement et finalement une touche de mon parfum. Le look parfait d’une jeune femme œuvrant dans le milieu des affaires. Rien de provocant. Un style épuré et propret pouvant convenir a toutes circonstances. C’est tout ce qui compte pour moi. Je ne vais pas au bureau pour parader, mais pour travailler et faire mes preuves. L’enjeu est de taille puisque je cherche à me faire un nom dans le milieu des affaires et décrocher à l’issu de mon stage un poste dans l’entreprise pour laquelle j’œuvre en ce moment.

Avant de quitter mon appartement, je passe rapidement à la cuisine pour avaler un café et embrasser mon fiancé. Je le retrouve comme tous les matins assis au soleil à lire ses journaux. Vêtu d’un costume coupé sur mesure, il a fier allure et il est de loin le plus bel homme que je connaisse. Je vais vers lui, je lui joue avec tendresse dans les cheveux avant de venir m’asseoir sur ses genoux.  

- Buenos días mi amor

Nous échangeons un premier baiser. Il me caresse le visage et nous restons un moment enlacé. Je suis si bien entre ses bras. Si seulement nous pouvions rester ainsi que lui et moi tout serait si simple, mais déjà ma montre m’indique qu’il est temps pour moi de partir si je ne veux pas être en retard. Je l’embrasse rapidement et lui souhaite une bonne journée et quitte la maison. J’enfile mon manteau et cours vers la station de métro la plus proche. Pas question de perdre de temps, en route vers le boulot, je révise mon rapport de stage. Il est prévu que je rencontre Monsieur Saunders en fin de journée pour faire le point sur mon travail des dernières semaines. Je suis évidemment angoissée à l’idée de me retrouver seule devant lui. Je ne l’ai rencontrée qu’une seule fois et il m’a profondément intimidée. Difficile d’expliquer ce que je ressens chaque fois que nos regards se croisent. Sa façon animale de me détailler du regard me mets chaque fois inconfortable. Pourvu que cette rencontre soit rapide sans quoi je risque de perdre mes moyens.

Je chasse rapidement ces pensées de mon esprit et me concentre sur les tâches qui m’attendent au bureau. La journée se déroule comme à son habitude. Assisse à mon bureau, je compile des données, trace des projections pour différends cas de figure et prépare un rapport sur le développement de nouveau marché. Il est près de dix-neuf heures quand mon téléphone sonne. Je regarde mon afficheur. C’est le nom de la secrétaire de Monsieur Saunders. Je réponds rapidement. Elle m’indique que son patron m’attend dans son bureau pour mon évaluation. Je la remercie et passe rapidement à la salle de bains pour me rafraîchir. Nerveuse, j’essaie de garder mon calme. J’ai les mains moites et le cœur qui bat à vive allure. Lorsque la porte de l’ascenseur s’ouvre sur le dernier étage de l’immeuble, je m’aperçois que mis à part le bureau de la secrétaire de Monsieur Saunders le reste de l’étage est occupé par une salle de conférence et l’immense bureau du patron. C’est la première fois que je viens à cet étage. Je suis impressionnée par tout ce que je vois. Sur les murs, je reconnais des œuvres d’art d’artistes connus et ne peux m’empêcher de me dire que ça doit être très inspirant de travailler dans un tel environnement.

- Mademoiselle Fernández?

Je suis rapidement ramenée à la réalité par la voix de Miss Spencer la secrétaire de Saunders. Cette dernière à son manteau et son sac à la main et avant d’entrer dans l’ascenseur, elle me dit : « Il vous attend ». Je la remercie d’un sourire et je prends une profonde inspiration avant de franchir la porte de l’immense bureau du PDG de Saunders Company & Co.

Dès mon entrée dans le bureau, je suis surprise la beauté de la vue que nous avons sur la ville. C’est tout à fait magnifique. Et puis, je le vois. Impossible de le manquer tant son magnétisme remplit toute la pièce. Toujours bien habillé et chic, il m’accueille sourire aux lèvres. Je lui souris à mon tour et le détaille un peu du regard. Sa journée de travail tirant à sa fin, il a abandonné sa veste et délassé un peu sa cravate. C’est un bel homme. Pas nécessairement mon style, mais il a un charisme indéniable. Il ne ressemble absolument pas à Alejandro, mais il a un petit quelque chose qui me trouble chaque fois que je le vois.  

« Je vous en prie Estrella, asseyez-vous. »

Je le remercie de son accueil et m’assois sur le sofa de cuir. Nos regards se croisent et je me sens automatiquement hypnotisée par ce vert profond et puissant.

« Merci d'être restée Estrella. Je dois vous avouer avoir eu un emploi du temps chargé aujourd'hui. Et le seul moment que je pouvais avoir pour m'entretenir avec vous c'était celui-ci. »

Il se lève, il contourne sa table de travail et prend un dossier dans ses mains. Intimidée, j’ai l’impression d’avoir perdu ma voix. Je ne sais pas quoi lui répondre et lui dit simplement que c’est la moindre des choses. Il se pose à quelques pas de moi et ouvre le fameux dossier qu’il détaille du regard avant de poser ce même regard ensorcelant sur moi. Bouleversée par autant d’intensité, j’ai la soudaine impression qu’il peut lire en moi comment si je passais une radiographie de l’âme.

« Pour votre évaluation de fin de mois au sein de la compagnie, je dois dire que je suis vraiment satisfait de votre implication. »  

Une fois encore je ne trouve rien à lui dire que merci. Quelle conne je dois faire. Il va finir par croire que je suis sotte si je continue à jouer les dindes sans cervelle. Si seulement il pouvait éviter de me regarder comme il le fait. Je prends mon courage en main et lui explique à quel point, je trouve mon travail intéressant et stimulant. Nous discutons des derniers rapports que je lui ai fait parvenir et durant plusieurs minutes nous avons une discussion des plus sérieuses. Je suis suspendue à ses lèvres alors qu’il m’explique sa vision du marché. Tout sourire et de bonnes humeurs, il en profite également pour me donner quelques conseils du métier avant de m’offrir un verre. Bien que je ne boive que très rarement de l’alcool, j’accepte un verre de vin blanc.

Alors que mon patron est occupé à préparer nos verres, je me lève et je vais près de la fenêtre pour admirer la vue. Absorbée par ce divin spectacle, je n’entends pas ses pas qui se rapprochent de moi. Ce n’est que lorsque je vois sa silhouette se dessiner dans la vitre que je réalise qu’il est derrière moi. Il me tend mon verre et je le remercie. Nerveuse, je me tourne vers lui et dit : « C’est tout simplement magnifique. Vous avez beaucoup de chance d’avoir une telle vue sur la ville et plus particulièrement sur le parc. C’est de loin l’endroit que je préfère à New York »

Nous partageons quelques mots au sujet de la ville et je sirote doucement mon verre. Je suis à la moitié de ce dernier lorsque je commence à avoir de plus en plus chaud. Je me sens étourdie et lui demande gentiment si je peux retirer ma veste.

03 juin 2019, 20 h, Mystic Swan, Maine.

Il est près de dix-neuf heures trente. Je rentre en scène pour faire mon premier numéro de danse. Le Neon Lounge est plein à craquer. Je bouge au son de la musique tout en retirant mes vêtements avec sensualité. Je cherche quelqu’un du regard, mais je ne le vois nulle part. Mon cœur se serre dans ma poitrine tant il me manque. Mon numéro terminé, je sors de scène et un gardien vient me voir.

- C’est fini pour toi ce soir. Orion va arriver d’ici une heure et il te veut dans sa chambre. Va vite te préparer.

Folle de joie, je lui saute au cou et je cours vers ma chambre pour me changer et me préparer pour mon Maître. Je suis étonnée par cette visite surprise. Il ne devait pas revenir au Mystic avant plusieurs jours, mais, peu m’importe, l’important, c’est qu’il serait ici sous peu et qu’il m’a demandée. Je veux croire que je lui ai manqué et qu’il s’ennuie de nos petits jeux. Je prends un grand soin de me préparer pour lui. Je me douche, parfume mon corps et enfile seulement un petit peignoir de soie pour me rendre dans la chambre de mon cher Maître. Une fois dans la pièce, je m’installe sur le sofa avec une revue et j’attends son arrivé. Lorsque j’entends le bruit d’une carte d’accès qui ouvre la porte, je retire rapidement mon peignoir et je vais vers la porte pour accueillir mon Maître. Je me pose à ses genoux la tête baissée et j’attends qu’il me donne la permission de me relever.
Revenir en haut Aller en bas
Orion (Rhys)
Orion (Rhys)
Mesmerized
At the beginning  -- (18 ans et +)   190818123014263245
At the beginning  -- (18 ans et +)   HWjA00u
DEEP IN YOUR VEINS ϟ Would you mind if I hurt you? Understand that I need to. Wish that I had other choices than to harm the one I love
At the beginning  -- (18 ans et +)   191014113804466553
At the beginning  -- (18 ans et +)   191014113807105200
FACINATING DOLLS ϟ mine. irresistible beauties where my hands possess you. I created you, to fascinate in my image. broken women become exalted dolls. You are my toys. My fuckdolls.
At the beginning  -- (18 ans et +)   EQjoN79
At the beginning  -- (18 ans et +)   15536422
At the beginning  -- (18 ans et +)   Good-girl1
SADISME (N.M)
1. Perversion sexuelle dans laquelle le plaisir ne peut être obtenu que par la souffrance infligée à l'objet du désir.
Sadisme et masochisme.
2. Goût pervers de faire souffrir.
Identité : Rhys Saunders.
Âge et date de naissance : 45 ans, 26.02.1974.
Date d'arrivée : 13.06.1998.
Occupation à l'hôtel : Guest privilégié. Négociateur pour le trafic de drogues.
Côté cœur : Marié à une femme dont la flamme s'est éteinte. Amouraché de son orchidée et de ses deux fleurs..

At the beginning  -- (18 ans et +)   Giphy

Valeur :
At the beginning  -- (18 ans et +)   JyvYkf117 / 1817 / 18At the beginning  -- (18 ans et +)   IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Avoir une chambre personnelle
Circuler librement à Elysium
Circuler librement au Limbo

permanents
Circuler librement au Pandemonium
Circuler librement au Purgatory
Avoir une Shade personnelle
Avoir une Jewel personnelle
Participer aux soirées privées des Guardians

provisoires
Demander un spectacle privé

Messages : 563
Avantages : 215
Faceclaim : Jude Law.
Crédits : ©a-h♥♥ (avatar) ; ©SWAN (signa) ; ©tumblr&©a-h♥♥ (gifs).
Multicompte(s) : Beleth, Emerald, Prometheus, Hermès, Ipheon.

 Sujet: Re: At the beginning -- (18 ans et +)    posté le Sam 8 Juin 2019 - 16:22

at the beginning
03 juin 2019, 15h00, Siège de Saunders Company & Co. , New-York City.

Si il croit sincèrement que je vais me faire le plaisir de lui dire ce qui est arrivé à sa petite fiancée chérie, il se fourvoie. Je le vois fulminer dans son regard alors qu'il voit très bien que je n'ai que faire de notre rendez-vous. J'ai accepté après de nombreux essais de sa part d'espérer s'entretenir avec moi. Pour qu'il me lâche enfin la grappe. Je joue les indifférents, lui disant que je n'ai que faire de me préoccuper de simples stagiaires. Au moins je sais qu'il ne cherchera pas à en savoir plus, il doit me détester et c'est tant mieux. Je ne le porte pas plus en estime et dans mon cœur. Mais je paierai cher pour voir sa tête en découvrant sa petite Estrella aujourd'hui, il tomberai de haut à n'en pas douter. L'homme se lève du sofa et tend sa main vers moi pour me passer sa carte. Je la prends mais ne daigne même pas de le raccompagner. Il a su trouver l'entrée, il trouvera la sortie. Une fois disparu de ma vue, je viens déchirer la carte et la laisser tomber en morceaux dans ma poubelle.

Ce soit au Mystic je pense avoir un moment intéressant avec Dahlia. Je veux m'assurer qu'il soit sorti de sa vie, qu'elle n'ait plus une once de pensée pour lui et si c'est le cas je m’assurerai que ce ne soit plus le cas. Mais je ne peux m'empêcher de repenser à ce fameux soir, et je reste à fixer le sofa, mes coudes sur le bureaux et mes mains entrelacées l'une dans l'autre.

(Flasback) 29 Septembre 2018, 19h00, Siège de Saunders Company & Co. , New-York City.

Elle est si belle, si désirable malgré le fait qu'elle porte ce col roulé. Mais ce n'est qu'un détail auquel je remédierai très vite. Je viens contourner mon bureau pour m'adosser contre celui-ci face à elle et lui faire part de mon ressenti quand à son évaluation. Une excellente implication de sa part dans son travail qui ne peut que me ravir. Et elle ouvre ses lèvres que je trouve si pulpeuses et qui serait encore plus mise en valeur avec un rouge à lèvres carmin. Elle me dit merci et m'explique qu'elle aime son travail ici, qu'elle est passionnée par tout ce qu'elle exerce. Nous entamons par la suite une discussion des plus sérieuses sur ce que nous visons au sein de la compagnie comme but et elle semble hypnotisée par mon regard. Je ne peux m'empêcher de sourire en lui parlant. Elle acquiesce souvent en silence, bougeant simplement la tête et me lâche quelques sourires timides alors que je viens la conseiller sur son travail pour s'améliorer d'avantage.

« Un verre Mademoiselle Fernandez ? » lui demandais-je mettant fin à notre discussion puis l'entendant accepter je souriais me redressant pour aller à mon bar privé. Je sortais une bouteille de vin blanc -toutes les femmes sans exception aime le blanc- et deux verres à vin. Les posant sur le comptoir, je versais le vin dans mon verre et pour le sien, j'attendais. Oui j'attendais en jetant un regard derrière mon épaule pour la voir, elle était postée à la baie-vitrée de mon bureau, obnubilée par la vue qu'il offrait. Occasion parfaite pour venir sortir de ma poche de pantalon un sachet, l'ouvrir et glisser un cacheton dans son verre. Je rangeais le sachet et servais le vin. Je me rapprochais d'elle verres en mains, me postant derrière elle. Et se retournant, je lui adressais un sourire « Tenez. » elle prit le verre et après avoir trinqués ensemble elle en bu une gorgée. Il fallait qu'elle en boive plus pour m'assurer qu'elle est avaler la totalité du cachet dissout. Alors c''est pour quoi sa remarque sur la vue de New-York tombait à pic. J'en profitais pour lui parler de la ville, la voyant boire quelques gorgées par ci par là au fur et à mesure de notre discussion. Puis quand elle me demandait si elle pouvait retirer sa veste, je ne pu que sourire avec jubilation. « Bien-sûr oui. Je vais même vous en débarrassez si vous le permettez. » posant mon verre et le sien sur mon bureau j'attendais qu'elle se retourne pour me coller à elle et attraper les pans de sa veste, elle m'aidait à l'en débarrasser et je venais renifler son odeur. Odeur de jasmin que j'aimais énormément. Je venais ensuite m'éloigner d'elle pour poser la veste sur l'accoudoir du sofa et me retournant vers elle je constatais que le rouge lui montait aux joues. « Vous vous sentez bien Estrella ? » lui demandais-je avec un faux air innocent. Me rapprochant d'elle, fixant ce regard. Dans quelques instants elle sera totalement à ma merci et ne jurera que par moi.

03 juin 2019, 20h00, Mystic Swan, Maine.

Hâte de retrouver ma petite chienne. J'avais pensé à mon entrevue avec son con de fiancé, enfin ex-fiancé non ? Et j'étais tourmenté à l'idée qu'elle puisse encore penser à lui. Arrivé à l'hôtel, je fus accueillis comme à mon habitude puis une fois monté jusqu'à ma chambre, aussitôt ouvrant la porte que je vis Dahlia se lever du sofa retirant son peignoir et venant à moi, se mettant à genoux et baissant la tête. Quelle merveilleuse petite chienne obéissante. « Tu es si obéissante ma petite poupée. » dis-je venant m'accroupir à sa hauteur et relever son menton avec mon index pour qu'elle me regarde « Bonne chienne que tu es je t'autorises à parler. » lui dis-je venant caresser de mon index ses lèvres pulpeuses. Et je me redressais « Relève toi. Va me servir un verre tu seras une gentille fifille. » dis-je refermant la porte et me débarassant de ma veste que je jettais sur le lit pour me rendre sur le sofa. Je la regardais, vue magnifique sur ses fesses naturellement ferme qui me faisait sourire. « Je t'ai manqué Dahlia ? » évidemment que je lui avais manqué mais je voulais l'entendre de sa bouche. « Qu'as tu fais en mon absence. Viens me raconter. » lui dis-je tapotant la place à côté de moi sur le sofa.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
 Sujet: Re: At the beginning -- (18 ans et +)    posté le Mar 11 Juin 2019 - 21:20



(Flasback) 29 septembre 2018, 19h30, Siège de Saunders Company & Co., New York City


La pièce est vaste et pourtant bien aérer, mais j’ai chaud. Je suis moite et en sueur. Il m’aide gentiment à retirer ma veste et je l’en remercie. Bien que mon verre soit vide, j’ai l’impression d’avoir la gorge en feu. J’ai soif. Si soif comme si j’étais sur le point d’être déshydraté. Une fois n’est pas coutume, mais je lui redemande gentiment de me resservir. Si ma tête tourne en sortant du bureau, je prendrai un taxi. Pas question de me déplacer en métro si je suis ivre. Je bois si peu souvent que cela va forcément avoir un impact sur mon corps et ma psyché.

Son verre également vide, Monsieur Saunders nous sert à nouveau du vin alors que je retourne m’asseoir sur le sofa. Toujours moite et prise de coup de chaleur, je déboutonne les premiers boutons de mon chemisier et prends la coupe de vin que mon patron me tend. Je baigne de nouveau mes lèvres dans le liquide alcoolisé et lui souris.

« Vous vous sentez bien Estrella? » me demande-t-il me voyant essuyer quelques gouttes de sueur sur mon front avec une serviette de table.

- Oui oui je vais bien. J’ai seulement très chaud. C’est plutôt inhabituel pour la saison à moins que ce soit la ventilation de votre bureau qui soit déficiente …

Réalisant que je viens de dire tout haut un reproche à mon patron, je m’excuse et mes joues deviennent aussi rouges qu’une tomate. Qu’est-ce qui m’arrive? Je me reconnais plus. Moi qui suis d’un naturel réservé, voilà que je parle de tout et de rien avec cet homme qui même s’il est mon supérieur est un parfait inconnu. Cherchant à meubler le silence qui s’est installé entre nous je le complimente sur le choix du vin et lui demande s’il a déjà visité l’Espagne. Il fait un léger signe négatif de la tête et se rapproche de moi. Je dois faire un effort humain pour ne pas le dévorer du regard. Cet homme dégage un tel charisme que c’est quasi impossible de rester indifférente. Sans trop savoir pourquoi, je me lance dans un long monologue sur mon départ prochain de l’entreprise et de mon mariage.

- Comme vous le savez, mon stage ici se termine dans deux semaines. J’ai énormément apprécié l’expérience et je vous remercie pour votre confiance. Après mon stage, je pars pour quelques semaines en Espagne dans ma famille pour me marier. Si jamais nous nous revoyons un jour, je serai une femme mariée …


Pourquoi diable lui dire une telle chose? Je perds véritablement la tête. Comme si ma petite personne et mon état civil pouvaient l’intéresser. Nerveuse et inconfortable, je déglutis avec difficulté et je me lève pour mettre de la distance entre nous. Maladroite, j’accroche mes pieds dans la table basse et le contenu de mon verre me tombe dessus. Me voyant mal prise, Monsieur Saunders vient à mon aide et lorsqu’il me tend la main pour m’aider à me relever ce contact me fait perdre le peu de dignité qu’il me reste. Je m’accroche à son bras et ne peux m’empêcher de humer son parfum et le toucher. J’ai immédiatement envie de ses lèvres. Mon regard croise le sien et puis sans pouvoir me contrôler davantage, je me hisse sur le bout des pieds pour l’embrasser. D’abord, un baiser du bout des lèvres et puis voyant qu’il ne me repousse pas, je glisse ma langue dans sa bouche. Il embrasse comme un Dieu et j’ai l’impression qu’un volcan est sur le point d’exploser en moi. Je passe d’abord mes mains sur son torse et descends doucement sur ses fesses. J’ai l’impression de ne plus m’appartenir. Mon esprit est confus et je ne pense qu’à une seule chose … à lui. J’ai une envie folle de lui. Plus rien d’autre ne semble avoir de l’importance. Pressée de pouvoir goûter le parfum de sa peau contre mes lèvres, je défais méticuleusement les boutons de sa chemise et défais son nœud de cravate.

03 juin 2019, 20h00, Mystic Swan, Maine

L’attente ma parue interminable, mais à présent qu’il est là, j’ai dû mal à contenir ma joie. J’ai envie de l’embrasser et de le toucher. J’ai toujours cette boule d’angoisse dans le ventre quand il n’est pas là. Toujours peur de ne plus le revoir. Toujours peur qu’il m’abandonne et qu’il décide de me remplacer par une autre. Assisse en position de soumission à ses pieds, j’attends qu’il me donne la permission de me relever et de lui parler. Sourire aux lèvres, il glisse l’une de ses mains sur le dessus de ma tête et me donne l’autorisation de me relever. Comme à son habitude, il me réclame un verre et je cours immédiatement le servir. Il retire sa veste et la dépose sur son lit et vient s’installer sur le sofa. Au même moment, je reviens vers lui et lui tends son verre. Je passe ensuite derrière le sofa pour lui masser la nuque et les épaules.  

« Je t'ai manqué Dahlia ? »


- Énormément …je me languis toujours de vous …

Désireux de m’avoir tout près de lui, le maître me montre la place près de lui et me demande : « Qu'as-tu fait en mon absence ? Viens me raconter. » Je souris et l’embrasse délicatement dans le cou avant de venir prendre place tout près de lui.

« Rien de bien spécial. La routine. J’ai répété de nouveaux morceaux pour variée mes prestations et j’ai … enfin, vous le savez … »


J’hésite à lui dire que j’ai été sollicitée par un grand nombre de clients pour passer une nuit parfois plus en leur compagnie. Je ne compte plus mes visites dans les salles de jeu en compagnie de clients adeptes de jeux sexuels et de plaisir plus tordus, voire même violents. Certains le sont tellement que j’ai dû faire appel à un gardien pour que le jeu ne prennent des allures de carnage. Malheureusement, j’en garde des marques sur les cuisses et j’ai peur de la réaction de mon maître quand il va s’en apercevoir. Question de détourner son attention, j’en profite pour me coller contre lui et ainsi cacher les deux fameuses marques sur mes cuisses.

- Vous avez faim? Vous voulez que je fasse demander un plateau? …


Je caresse doucement ses cheveux et ajoute : « À moins que vous avez d’autres envies plus pressantes … »
Revenir en haut Aller en bas
Orion (Rhys)
Orion (Rhys)
Mesmerized
At the beginning  -- (18 ans et +)   190818123014263245
At the beginning  -- (18 ans et +)   HWjA00u
DEEP IN YOUR VEINS ϟ Would you mind if I hurt you? Understand that I need to. Wish that I had other choices than to harm the one I love
At the beginning  -- (18 ans et +)   191014113804466553
At the beginning  -- (18 ans et +)   191014113807105200
FACINATING DOLLS ϟ mine. irresistible beauties where my hands possess you. I created you, to fascinate in my image. broken women become exalted dolls. You are my toys. My fuckdolls.
At the beginning  -- (18 ans et +)   EQjoN79
At the beginning  -- (18 ans et +)   15536422
At the beginning  -- (18 ans et +)   Good-girl1
SADISME (N.M)
1. Perversion sexuelle dans laquelle le plaisir ne peut être obtenu que par la souffrance infligée à l'objet du désir.
Sadisme et masochisme.
2. Goût pervers de faire souffrir.
Identité : Rhys Saunders.
Âge et date de naissance : 45 ans, 26.02.1974.
Date d'arrivée : 13.06.1998.
Occupation à l'hôtel : Guest privilégié. Négociateur pour le trafic de drogues.
Côté cœur : Marié à une femme dont la flamme s'est éteinte. Amouraché de son orchidée et de ses deux fleurs..

At the beginning  -- (18 ans et +)   Giphy

Valeur :
At the beginning  -- (18 ans et +)   JyvYkf117 / 1817 / 18At the beginning  -- (18 ans et +)   IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Avoir une chambre personnelle
Circuler librement à Elysium
Circuler librement au Limbo

permanents
Circuler librement au Pandemonium
Circuler librement au Purgatory
Avoir une Shade personnelle
Avoir une Jewel personnelle
Participer aux soirées privées des Guardians

provisoires
Demander un spectacle privé

Messages : 563
Avantages : 215
Faceclaim : Jude Law.
Crédits : ©a-h♥♥ (avatar) ; ©SWAN (signa) ; ©tumblr&©a-h♥♥ (gifs).
Multicompte(s) : Beleth, Emerald, Prometheus, Hermès, Ipheon.

 Sujet: Re: At the beginning -- (18 ans et +)    posté le Mar 25 Juin 2019 - 11:00

at the beginning
(Flasback) 29 Septembre 2018, 19h30, Siège de Saunders Company & Co. , New-York City.

Elle avait chaud. Je jubilais intérieurement en voyant la drogue commencer à faire son effet mais je faisais l'innocent, agissant toujours aussi professionnellement avec elle. Lorsqu'elle me demande si elle peut retirer sa veste, je ne peux que sourire et lui accorder ce souhait, venant même l'aider à la lui retirer, me collant presque à elle, frissonnant en ayant senti les effluves de son parfum de jasmin. La veste posée sur le sofa, elle s'y installa alors que je venais resservir nos verres puis alors que je lui apportais le sien je lui demandais -faussement- si tout allait bien. Et elle se justifiait et je souriais buvant une gorgée « Ne vous excusez pas. Cela doit être en effet la climatisation. » lui dis-je alors que je venais m'installer à côté d'elle sur le sofa. Je sentais cette certaine gêne chez elle mais elle coupait vite court au silence en me parlant du choix du vin et en me demandant si j'avais déjà visité l'Espagne. Nous parlâmes quelques peu de ce pays avant qu’elle n'en vienne à me parler de son avenir. Aussi professionnel que privé. « Quel dommage. » répondis-je simplement. Elle quittait l'entreprise dans deux semaines. Elle allait se marier. Quel dommage en effet et je vis son regard se plonger dans le mien. Passion électrisante qu'elle détache en se levant, se raclant légèrement la gorge alors que maladroitement elle vient se prendre le pied dans le tapis et trébucher. Je me lève aussitôt et vient à sa hauteur venant lui tendre ma main. Lorsqu'elle la prend, je sens des picotements au bout des doigts, j'en frissonne alors qu'elle se redresse.

Et là je ne peux qu'être satisfait de ce nouveau prototype de drogue. Elle reste collée à moi, et elle vient se hisser pour venir m'embrasser. Elle perd petit à petit la raison, et je le sentais par ce baiser, appuyée de plus en plus au fil des secondes. Ses mains passaient sur mon dos puis ses doigts caressaient mes fesses et je souriais alors qu'elle remontait ses mains pour venir commencer à défaire les boutons de ma chemise et mon nœud de cravate. Je voulais continuer à jouer.

« Estrella. Non.. » j'avais rompu le baiser et pris ses poignets, je prenais un air frustré, il était faux évidemment. « Je suis votre patron.. vous êtes fiancée.. je suis marié.. nous ne devrions pas. » j'essayais de tester sa raison. De voir si elle luttait encore ou non. Et je n'attendais qu'une chose. Qu'elle envoie son fiancé se faire foutre et qu'elle reprenne possession de mes lèvres. Là j'aurai la preuve qu'elle a complètement flanché face à la drogue et qu'elle est totalement à ma merci.

03 juin 2019, 20h00, Mystic Swan, Maine.

Dahlia est là. A genoux à mes pieds, la tête baissée. J'ai le sourire aux lèvres, toujours admiratif de ce conditionnement qui la fait devenir chienne parfaite. Et après lui avoir donné l'autorisation de se relever et de me parler, je lui demande d'aller me servir un whisky, comme toujours à chaque fois que j'arrive à l'hôtel. M'installant dans le sofa, je reluque sa paire de fesses exotique et je souris alors qu'elle se retourne pour revenir vers moi et m'apporter mon verre. Elle contourne le sofa pour se poster derrière moi et commencer à me masser les épaules. Je sais évidemment que je lui manque mais l'entendre encore et encore de sa bouche me plait. Et alors que je tapote la place à côté de moi pour qu'elle me rejoigne, je veux savoir ce qu'elle a fait en mon absence. « Je le sais oui. » elle est faite pour ça, conditionnée pour ça. Quand je suis à l'hôtel, il n'y a que moi qui puisse la toucher, la baiser et la malmener mais lorsque je suis absent, tous ont droit de lui passer dessus. Je n'ai pas non plus eu tous les droits sur elle, elle m'appartient peut-être mais elle reste propriété de l'hôtel et de ses bons vouloirs. Elle vient se coller à moi et passe sa main dans mes cheveux alors qu'elle me demande si j'ai faim. Je souriais la regardant « En effet Dahlia. J'ai une envie plus pressante. » dis-je venant passer ma main sur sa joue. « Vois-tu j'ai rencontré une personne au bureau aujourd'hui. Et elle a eu le don de peser le doute en moi. Et je ne suis pas homme à douté Dahlia. » ajoutais-je continuant de caresser sa joue avec mon pouce. « Il cherchait Estrella Fernandez. » et maintenant, je voulais voir comment elle allait réagir. J'agirais en conséquences.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
 Sujet: Re: At the beginning -- (18 ans et +)    posté le Jeu 27 Juin 2019 - 14:23

(Flasback) 29 septembre 2018, 19h45, Siège de Saunders Company & Co., New York City

J’ai l’impression de ne plus habiter mon corps. Comme si une autre entité avait pris le contrôle de mes sens. Sens qui sont d’ailleurs en totale déroute. La chaleur me fait faire des folies, mais je me sens poussée des ailes. J’ai des envies et cette fois pas question de les refoulées. Je me jette sur lui. Je lui retire sa cravate et défais les premiers boutons de sa chemise. Son odeur me donne le vertige. Instinctivement, mes lèvres touchent les siennes. Le baiser timide du départ devient nettement plus passionnel et ensuite plus rien. Monsieur Saunders se met à jouer à la vierge offensée. Rôle qui en principe devrait me revenir. Je ne comprends plus rien. Il me repousse. Me rappelle à l’ordre en me disant qu’il est mon patron. Qu’il est marié. Et puis quoi encore?

Frustrée par son rejet, je vide le fond de mon verre et je me jette à nouveau sur lui. Je le fais tomber sur le canapé et déchire sa chemise. Mes lèvres lèchent la peau de son torse et lui murmure : « Ce sera notre secret… D’ici quelques jours, je ne serai qu’un souvenir… je ne demande rien d’autre… »

Je prends possession de ses lèvres et l’embrasse furieusement. Il ne dit rien, mais ne reste pas pour autant simple spectateur. Je peux sentir ses mains dans mon dos. Avec son aide, je retire mon chemisier et mon soutien-gorge. Mes seins trop longtemps comprimés et assoiffés de caresses pointent effrontément sous ses yeux. Le regard figé au sien, je le libère à mon tour de sa chemise et parcours son torse de baiser.

Je n’ai plus de contrôle sur mon esprit. Je ne suis que chaleur et envie. Envie de lui. Envie de sentir ses mains partout sur mon corps. Sentir ses lèvres contre les miennes et finalement le sentir profondément encré en moi. Entre ses mains, je veux devenir une femme. Quelle étrange pensée. Moi qui croyais que ce serait Alejandro qui ferait de moi une amante après avoir fait de moi sa femme. Suis-je en train de faire une erreur? Le doute s’insère doucement dans mon esprit et à mon tour, je ne suis plus certaine de faire le bon choix.

Alors que je sens ses lèvres sur mes tétons, je le repousse et me relève du sofa. Prise de panique, je cherche mes vêtements sur le sol et lui dit : « Non… c’est mal… je ne devrais pas… qu’est-ce qu’il va penser de moi… je dois partir… et… », je me tourne vers lui. Je suis partagée entre mon envie de quitter ce bureau à la course et me jeter sur lui. Je crois devenir folle. Je lui jette un regard alors que j’essaie de rattacher mon soutien-gorge. Mes seins sont lourds. Le simple contact de sa langue sur eux les a rendus sensibles. Plus sensibles que jamais.

Dans ma poitrine mon cœur bat à vive allure. J’ai l’impression de perdre pied.

« Oh mon Dieu qu’est-ce que j’ai fait? Qu’est-ce que vous allez penser de moi à présent… »


03 juin 2019, 20h15, Mystic Swan, Maine.

Assisse tout près de lui, je joue mon rôle à la perfection. Je suis douce et attentive à ses besoins. Je suis câline. Je veux qu’il sente mon désir toujours ardent pour lui. Lui montré que son absence m’a fait souffrir. Que peu importe le nombre de clients que je dois satisfaire, il est le seul capable de me faire jouir. Le seul à qui j’appartiens corps et âmes. Du moins, c’est ce que j’essaie de me faire croire parce que depuis quelque temps, il se montre plus distant avec moi. Je sais qu’il voit plusieurs autres femmes au sein du Mystic. Je sais que je ne suis plus la seule à lui apporter du plaisir. La seule à se soumettre à ses moindres désirs et cela me fait mal. Profondément mal. J’ai tout abandonné pour lui. J’ai tout quitté et oublié qui j’étais pour lui et voilà ce qu’il fait de moi. Une poupée. Une chienne. Un objet. Jamais il ne m’aimera comme je l’aime. Comme je mériterais de l’être. Une part de moi commence à le haïr. Est-ce normal? Je chasse rapidement cette pensée pour me concentrer sur lui. Lui uniquement.

Alors que je lui propose de manger un morceau, il me surprend en me parlant de moi. De cette partie de moi que je cherche constamment a refoulé. Que je n’ai jamais véritablement oublié et qui refait surface de plus en plus. Estrella. Je ferme les yeux et sans pouvoir les bloquer des larmes coulent sur mes joues. Je les chasse rapidement, mais il est trop tard. Je sais qu’il les a vus.
Revenir en haut Aller en bas
Orion (Rhys)
Orion (Rhys)
Mesmerized
At the beginning  -- (18 ans et +)   190818123014263245
At the beginning  -- (18 ans et +)   HWjA00u
DEEP IN YOUR VEINS ϟ Would you mind if I hurt you? Understand that I need to. Wish that I had other choices than to harm the one I love
At the beginning  -- (18 ans et +)   191014113804466553
At the beginning  -- (18 ans et +)   191014113807105200
FACINATING DOLLS ϟ mine. irresistible beauties where my hands possess you. I created you, to fascinate in my image. broken women become exalted dolls. You are my toys. My fuckdolls.
At the beginning  -- (18 ans et +)   EQjoN79
At the beginning  -- (18 ans et +)   15536422
At the beginning  -- (18 ans et +)   Good-girl1
SADISME (N.M)
1. Perversion sexuelle dans laquelle le plaisir ne peut être obtenu que par la souffrance infligée à l'objet du désir.
Sadisme et masochisme.
2. Goût pervers de faire souffrir.
Identité : Rhys Saunders.
Âge et date de naissance : 45 ans, 26.02.1974.
Date d'arrivée : 13.06.1998.
Occupation à l'hôtel : Guest privilégié. Négociateur pour le trafic de drogues.
Côté cœur : Marié à une femme dont la flamme s'est éteinte. Amouraché de son orchidée et de ses deux fleurs..

At the beginning  -- (18 ans et +)   Giphy

Valeur :
At the beginning  -- (18 ans et +)   JyvYkf117 / 1817 / 18At the beginning  -- (18 ans et +)   IxEBp2d
Privilèges : automatiques
Avoir une chambre personnelle
Circuler librement à Elysium
Circuler librement au Limbo

permanents
Circuler librement au Pandemonium
Circuler librement au Purgatory
Avoir une Shade personnelle
Avoir une Jewel personnelle
Participer aux soirées privées des Guardians

provisoires
Demander un spectacle privé

Messages : 563
Avantages : 215
Faceclaim : Jude Law.
Crédits : ©a-h♥♥ (avatar) ; ©SWAN (signa) ; ©tumblr&©a-h♥♥ (gifs).
Multicompte(s) : Beleth, Emerald, Prometheus, Hermès, Ipheon.

 Sujet: Re: At the beginning -- (18 ans et +)    posté le Lun 1 Juil 2019 - 11:41

at the beginning
(Flasback) 29 Septembre 2018, 19h45, Siège de Saunders Company & Co. , New-York City.

La drogue fait effet dans son organisme, la raison l'abandonne pour laisser ses pulsions parler. Et je jubile. Estrella la timide n'est clairement plus, j'ai réveillé son ardeur et sa fougue qui la pousse à m'ôter ma cravate et déboutonner ma chemise sans parler de ce baiser qui me fait frémir entièrement. Je suis si satisfais de moi, de cette nouvelle drogue, elle est la première à la tester et le résultat n'en est que plus convaincant. Mais je veux jouer avec elle, avec sa raison, la voir totalement s'abandonner alors j'en viens à rompre le baiser brusquement et jouer le mari innocent qui est en train de fauter. Et sa réaction ne peut que me plaire, malgré que je l'ai repoussé, elle revient à la charge, finissant son verre et se jetant sur moi. Tombant assis sur le canapé, elle se colle à moi et déchire ma chemise, et elle lèche mon torse de ses lèvres avant de me dire que ce serait notre secret, qu'elle veut profiter du moment présent puisque d'ici quelques jours elle ne serait plus qu'un souvenir. Je ne dis rien, aimant beaucoup trop ce qu'il se passe et je viens balader mes mains dans son dos pour lui ôter son chemisier et son soutien-gorge qui valsent dans l'immense pièce. Je découvre ses seins pour la première fois, ils sont si naturels, si fermes, ses tétons sont durs et je les désire plus que tout. Puis elle m'ôte ma chemise qui rejoint le reste de ses affaires et aussitôt je viens prendre possession de ses seins, suçant avec vigueur ses tétons mais sans savoir pourquoi, elle me stoppe, me repousse et se relève du canapé.

C'est clair. Sa raison essaye de reprendre le dessus, elle doute et dit à haute voix qu'elle ne devrait pas, elle s'inquiète du jugement de son fiancé et je me crispe la mâchoire. Elle recupère son soutien-gorge et essaye de le rattacher, honteuse de savoir ce que je pouvais penser d'elle à présent. Je me levais et je rapprochais d'elle. « Tu es si désirables... » dis-je me collant contre son dos. « J'aime l'odeur de ton parfum... » je déposais un baiser dans sa nuque et au passage posait mes mains sur son soutien-gorge, malaxant ses seins « Laisse-toi allez.. Estrella... tu as raison.. ce sera notre secret, personne ne sera au courant.. » et je venais arracher son soutien gorge pour l'envoyer valser, et je revenais face à elle. Je la poussais contre mon bureau et je me mettais à genoux, défaisant la fermeture de sa jupe pour la descendre jusqu'à ses chevilles et écarter son bout de tissu pour venir fourrer ma tête entre ses cuisses. J'allais reprendre le dessus sur sa raison. Elle allait complètement s'abandonner. Oubliant tout le reste. Ne pensant qu'à moi. Grâce à ce cuni et la drogue parcourant son corps.

03 juin 2019, 20h15, Mystic Swan, Maine.

Je viens couper court à ce moment qui semblait si parfait pour nos retrouvailles. Contre moi, lovée, elle voulait savoir si j'avais faim mais j'avais une envie bien plus pressante. Savoir si elle était toujours à moi ou si le doute persistait encore chez elle. Et je lui parlais de la visite que j'avais reçu ce matin au bureau, son fiancé. Je ne le citais pas clairement mais lui énoncer son véritable prénom à elle avant qu'elle ne soit ici fût révélateur. Et je la vois fermer les yeux, je vois ses larmes couler, j'ai ma réponse. Elle y pense encore. Et je n'aime pas du tout ça. « Tu penses encore à lui pas vrai ? » dis-je venant prendre sa mâchoire entre mes mains, le regard sévère et la voix autoritaire « Je pensais que tu avais tout oublier de ton ancienne toi. Tu me déçois. » et je venais lâcher sa mâchoire pour lui coller une gifle. Je me levais ensuite du canapé pour me rendre à la fenêtre. Sans un mot. En colère. Son conditionnement n'est plus si opérationnel. Déception.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
 Sujet: Re: At the beginning -- (18 ans et +)    posté le Dim 7 Juil 2019 - 13:35

(Flasback) 29 septembre 2018, 20h00, Siège de Saunders Company & Co., New York City

Confuse, je ne sais plus ou j’en suis. Quoi faire? Dois-je écouter mon instinct et quitter cette pièce immédiatement ou commettre l’irréparable. J’ai l’impression de n’avoir jamais eu un choix aussi important à faire. Je tremble de partout. J’ai chaud et froid à la fois, mais surtout un terrible mal de tête qui me paralyse sur place. Et puis je l’entends se lever. J’entends ses pas sur le tapis. Il s’approche de moi. Il pose d’abord une main sur mon épaule et puis je sens ses lèvres sur ma nuque.

« Tu es si désirable... J'aime l'odeur de ton parfum... »

Sa voix chaude me donne des frissons. Ses lèvres sur ma peau sont comme un électrochoc. Comment résister? Je lutte contre mon envie, mais je sens ma résistance fondre comme neige au soleil. Lorsque je sens l’une de ses mains sur mes seins, je me cambre contre lui. C’est si bon. J’ai enfin l’impression de laisser tomber mille livres de pression et d’interdits. J’ai envie de m’abandonner. Je me mords la lèvre inférieure quand il glisse à mon oreille que ce sera notre secret. Il arrache mon soutien-gorge de ma main et l’envoie valser sur le sol. Il se pose ensuite vers moi et du bout des doigts, il me pousse contre son bureau. Il pousse ce qui s’y trouve et m’indique de m’y asseoir et je le vois ensuite se mettre à genoux devant moi. Il descend d’abord ma jupe et ensuite ma petite culotte. Je ne porte alors que mes bas de soie, mais j’ai l’impression d’être nue. Nue pour la première fois devant un homme. Je ne suis terriblement gênée, mais il ne me laisse pas longtemps méditer sur la question. Voilà qu’il écarte mes cuisses et qu’il se pose devant cette partie de mon corps trop longtemps négligé. Je sens d’abord ses doigts caresser mon sexe et puis sa langue. Étrangère à ce genre d’assaut, ma vulve se contracte et puis elle s’entrouvre pour l’entraîner plus profondément. Ne sachant pas ce qui m’arrive, je m’abandonne à ces premières caresses et rapidement, il accentue ses mouvements sur ce petit bouton de chair délicat. Jamais je n’ai ressenti autant de plaisir et pourtant je suis consciente que ce n’est qu’un début. J’ai beau être vierge, je ne suis complètement ignorante.

Dès que sa langue effleure mon clitoris, je pousse un premier cri de plaisir. C’est si bon. Si intense que j’en redemande. Je passe une main dans ses cheveux et l’encourage à continuer. Je suis happée par le plaisir. En transe. Rien n’est comparable à cette magnifique sensation et je suis avide de connaître la suite.

- Oh ouiiii… ne vous arrêtez pas… c’est si bon…

Encourager par mes suppliques sa langue farfouille l’intérieur de mon corps et continue à taquiner mon bouton de chair avec ses doigts. Incapable de me retenir, un volcan fait irruption en moi. Je sens un liquide chaud couler entre mes cuisses. Mon corps et cœur s’emballent. Est-ce que je viens de vivre mon premier orgasme?

03 juin 2019, 20h30, Mystic Swan, Maine.

Ce nom appartient au passé. Une autre vie. Rien à voir avec ce que je suis aujourd’hui. Y penser me fait mal. J’essaie d’enfouir ce passé loin dans mon esprit, mais l’entendre prononcer mon nom dans sa bouche me donne la nausée. J’ai honte. Honte de ce que je suis devenue. Je ne peux me retenir de pleurer. Lorsque je réalise que des larmes coulent sur mes joues, je les chasse rapidement, mais il est trop tard. Il est déjà sur moi. Il prend ma mâchoire entre ses mains et me regarde avec dégoût. Je voudrais disparaître. Ne pas devoir lui répondre, mais c’est impossible.

« Tu penses encore à lui pas vrai? Je pensais que tu avais tout oublié de ton ancienne toi. Tu me déçois. »

Lui mentir serait une erreur. Lui avouer ma faute aussi. Je me contente donc d’un simple geste de la tête. Peu importe ce que je vais lui dire, il sera déçu. Il voudra me punir donc autant me soumettre à sa volonté. Voyant que je refuse de lui répondre, il me gifle. Je peux sentir sa colère et sa hargne dans le regard qu’il me jette. Ma joue est en feu, mais je m’en moque. Je ne dois pas le laisser partir. Je me répète que j’ai mérité sa colère. Que je suis nulle. Que je suis vilaine et que je ne le mérite pas. Je frissonne de peur, mais je rampe vers lui. Toute pensée de révolte quitte mon esprit. Je ne veux pas le perdre. Il est désormais le centre de ma vie. Ma seule raison de vivre.

- Maître pardonne moi… je suis vil… je ne te mérite pas… je te promets que je vais effacer ce nom et tout ce qui y est rattaché une fois pour toutes. Pardonne-moi maître… je suis à vous… rien qu’à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
At the beginning -- (18 ans et +)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Mystic Swan :: Hors-Jeu :: Archives :: RPs terminés
+
Sauter vers: